logoprin

Exercice de crise sismique RICHTER04

06.10.2014
Outre l’entraînement des services gestionnaires de la crise, les exercices RICHTER visent une forte sensibilisation des acteurs et, en particulier des collectivités locales, à la gestion des conséquences d’un séisme. Ils contribuent également à l’élaboration et l’actualisation des dispositions spécifiques "séisme" du plan ORSEC.

Pour ce faire, et en plus du soutien apporté par le BRGM à la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) et à la préfecture des Alpes de Haute-Provence pour l’organisation et l’animation de l’exercice RICHTER04, le ministère de l'intérieur a souhaité – comme pour les précédents exercices RICHTER – bénéficier de l'expertise et de l'expérience du BRGM pour la constitution de jeux de données réalistes, incluant une estimation quantifiée des dommages et des estimations (qualitatives et globales) du nombre de victimes, permettant d’évaluer les capacités de réaction et d’intervention lors de différentes phases de la crise.

Contexte de réalisation

Dans le cadre de la politique d'exercice de crise de la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) du ministère de l'intérieur, un scénario départemental de crise sismique est réalisé chaque année depuis 2007. Le BRGM intervient en appui de la DGSCGC dans la préparation et l’animation de ces exercices « RICHTER ». Il est, à ce titre, intervenu en 2013 dans l’organisation de l’exercice cadre RICHTER04, mené les 3 et 4 octobre 2013, dans le département des Alpes de Haute-Provence.

Objectifs du donneur d’ordre

  • Développer l’expertise du ministère de l’intérieur pour l’organisation et l’animation des exercices RICHTER ;
  • Tester et développer la capacité d’organisation et de réaction des différents organismes impliqués dans la gestion de crise (dans la phase d’urgence ainsi que dans celle de l’accompagnement), à la suite d’un événement sismique destructeur (gérer les populations sans-abris, organiser les secours,…) ;
  • Sensibiliser les acteurs, et notamment les collectivités, à la gestion du risque sismique ;
  • Tester les outils d’information rapide sur les dommages en cas de séismes.

Scénario sismique du séisme principal modélisé par le BRGM pour l’exercice RICHTER04.

Scénario sismique du séisme principal modélisé par le BRGM pour l’exercice RICHTER04. © BRGM

Programme des travaux

Dans le cadre de l’exercice RICHTER04, le BRGM est intervenu en appui de la DGSCGC pour garantir la méthodologie de montage de l’exercice telle que proposée par Winter et al. (2008) et décrite dans le guide thématique « séisme » du ministère de l’intérieur.

Son travail a consisté à :

  • constituer un atlas de crise, basé sur la simulation réaliste d’un scénario de séisme et de ses conséquences ;
  • appuyer la DGSCGC et la préfecture des Alpes de Haute-Provence dans l’organisation et l’animation de l’exercice.

En parallèle, le BRGM a mobilisé plusieurs experts pour l’exercice, afin de tester les capacités de l’établissement à appuyer les services de l’État dans un contexte de gestion de crise sismique.

Résultats obtenus

Dans un premier temps, le BRGM a généré un scénario sismique en cohérence avec le contexte sismologique des Alpes de Haute-Provence, sur la base des données historiques de la base de données SISFRANCE (BRGM/EDF/IRSN).

De manière à atteindre les objectifs assignés par la préfecture des Alpes de Haute-Provence à l’exercice RICHTER04, le BRGM a ainsi simulé deux séismes successifs : le premier de magnitude 6.2 avec une rupture de faille localisée au Nord-Ouest de la ville de Digne-les-Bains, et le second de magnitude 5.6 localisé sous la ville de Barcelonnette, dans le Nord-Est du département.

Pour plus de réalisme, le relief accidenté du département, tout comme les importants remplissages sédimentaires des vallées, ont également été pris en compte pour leur capacité à générer des effets de site (modification des mouvements vibratoires associés au piégeage d’ondes sismiques par les formations géologiques superficielles ou par les reliefs).

En parallèle, une analyse de premier ordre de la vulnérabilité du bâti d’habitation vis-à-vis du risque sismique a été conduite à l’échelle du département, valorisant notamment la méthodologie déclinée lors de l’étude de microzonage sismique de la commune de Lourdes réalisée par le BRGM en 2006. À l’aide du logiciel de simulation de dommages Armagedom © BRGM, la confrontation des scénarios sismiques et de ces enjeux vulnérables a ensuite conduit à des simulations des dommages aux biens et aux personnes à l’échelle du département. Celles-ci ont abouti aux chiffres cumulés pour les deux séismes de près de 1.100 bâtiments d’habitation partiellement ou totalement effondrés, environ 90 victimes décédées et plus de 11.000 sans-abris. Dans l’atlas de crise remis aux membres de la direction de l’animation, ces dommages aux biens et aux personnes ont été spatialisés et qualifiés sur l’ensemble du département des Alpes de Haute-Provence.

Le BRGM est ensuite intervenu tout au long du montage de l’exercice aux côtés de la DGSCGC et de la préfecture des Alpes de Haute-Provence, pour accompagner les services et les communes dans la rédaction d'un synopsis basé sur cet atlas de crise.

Pendant l’exercice qui s’est déroulé les 3 et 4 octobre 2013, le BRGM s’est impliqué à différents niveaux : en prenant une part active à l’animation et à sa coordination, et en mobilisant ses équipes pour participer à l’exercice en tant que « joueurs », avec notamment l’affectation d’un expert de la direction régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur au sein du Centre Opérationnel Départemental.

A noter qu’un séisme de magnitude 5.3 – l’un des plus puissants en métropole depuis dix ans - est survenu dans la région de Barcelonnette seulement six mois après l’exercice (le 7 avril 2014), permettant aux services opérationnels départementaux de mettre en application les enseignements tirés de l’exercice, et au BRGM d’être en mesure de fournir rapidement aux autorités des scénarios de dommages réalistes.

PARTENAIRES

  • Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) du ministère de l'intérieur
  • Service Interministériel de Défense et de la Protection Civile (SIDPC) des Alpes de Haute-Provence