Ingénieurs, chercheurs, chefs de projet, techniciens dans les métiers des géosciences, mais aussi managers et collaborateurs dans les fonctions support, telles sont les nombreuses opportunités d’emplois que nous proposons chaque année au BRGM.

Métiers de la recherche et d’appui à la recherche

Au BRGM, il existe deux catégories de métiers :

  • Les métiers de la recherche, qui incluent la connaissance géologique et la compréhension des processus liés au sol et au sous-sol par l’observation et la modélisation, dans le but de répondre aux défis des changements globaux. Ils sont exercés par des chercheurs, des ingénieurs et des techniciens.
  • Les métiers d’appui et d’accompagnement de la recherche, qui regroupent des fonctions de nature administrative ou de support aux métiers de la recherche.

Des métiers complémentaires

Ces deux environnements sont étroitement liés au sein des équipes BRGM, puisque les fonctions supports travaillent en collaboration avec les chercheurs, les ingénieurs et les techniciens pour une recherche d’excellence sur des projets à haute envergure.

Système d'extraction en ligne et analyse des phytosanitaires dans l'eau, Orléans

Être chercheur·euse/ingénieur·e et technicien·ne au BRGM

Au BRGM, les chercheurs et ingénieurs interviennent pour la conception des projets de recherche, l’analyse et l’interprétation des résultats et le partage de l'information scientifique. Plus d'une centaine de techniciens participent également à la production scientifique.

Les métiers de la recherche

Des exemples de thématiques scientifiques au BRGM

Au BRGM, il existe 10 grands domaines thématiques regroupant plusieurs activités. Chaque domaine thématique englobe différents métiers avec des spécialités variées :

  • Développement et administration des systèmes d’information
  • Architecture, maintenance, exploitation et sécurité de l’infrastructure informatique
  • Calcul, visualisation 3D et réalité virtuelle
  • Interopérabilité et diffusion internet
  • Intelligence artificielle
  • Acquisition de connaissances géologiques et géophysiques
  • Cartes géologiques numériques
  • Valorisation des données du sous-sol
  • Référentiel géologique de la France
  • Systèmes d’information géologiques
  • Modélisation 3D du sous-sol
  • Géologie appliquée au stockage du CO²
  • Fonds documentaire cartographique
  • Identification des réserves
  • Maîtrise de l’impact des exploitations
  • Expertise des sites de déprise minière
  • Connaissance des ressources et des marchés
  • Outils d’exploitation des ressources minérales
  • Stratégie de développement
  • Réseaux de chaleur géothermiques
  • Géothermie haute température
  • Systèmes géothermiques de nouvelle génération
  • Pompes à chaleur géothermiques
  • Animation des filières professionnelles de la géothermie
  • Information et communication pour le développement de la géothermie
  • Stockage géologique
  • Stockage en aquifère
  • Critères de sécurité
  • Réduction des émissions de gaz carbonique
  • Modélisations prédictives
  • Intégration européenne des recherches et des règlementations
  • Collaborations internationales
  • Fonctionnement des hydro systèmes
  • Modèles prédictifs
  • Cartographie 3D des aquifères
  • Cartographie du fond géochimique national
  • Connaissance de mécanismes liés aux pollutions diffuses
  • Outils de gestion
  • Mise en banque et diffusion des données
  • Outils d’aide à la décision
  • Gestion des ressources transfrontalières
  • Gestion opérationnelle d’installations hydrauliques de sécurité
  • Exploitation/surveillance de dispositifs de prévention
  • Maîtrise d’ouvrage déléguée de travaux de mise en sécurité
  • Gestion des archives techniques intermédiaires minières
  • Gestion/diffusion de l’information minière
  • Mécanismes des aléas géologiques
  • Conception de systèmes de surveillance et de modélisations prédictives
  • Cartographie des aléas géologiques et des risques induits
  • Aménagements des zones urbaines et du littoral
  • Mise à disposition des bases de données
  • Evaluation de la vulnérabilité
  • Changement climatique
  • Analyse de sécurité
  • Impact des pollutions et évaluation des risques
  • Gestion globale des déchets
  • Systèmes de confinement
  • Procédés de recyclage/valorisation
  • Techniques de dépollution
  • Inventaires des anciens sites industriels
  • Management environnemental de sites
  • Assistance pour l’élaboration des règlementations
  • Tierce expertise de dossiers d’études
  • Réseaux de surveillance
  • Traçabilité, fiabilité des mesures
  • Mesures sur sites et mesure en continu
  • Indicateurs globaux d’alerte
  • Laboratoire de référence
  • Reconnaissance internationale
lyschs crétacés de Zumaïa (Espagne) visités lors d’une winterschool organisée dans le cadre du projet Orogen.

Lyschs crétacés de Zumaïa (Espagne) visités lors d’une winterschool organisée dans le cadre du projet Orogen.

© BRGM - T. Baudin

En quoi consiste l’activité de recherche ?

  • La conception des projets de recherche : contribuer à l’avancement des connaissances théoriques dans son domaine de recherche.
  • La production scientifique : publier des articles dans des revues, des ouvrages, des rapports.
  • L’analyse et l’interprétation des résultats : valoriser des recherches en déposant des brevets, en participant à des congrès, des colloques et des séminaires.
  • Le partage de l'information scientifique : contribuer à la vulgarisation scientifique d’une part en interne à destination de l’ensemble du personnel BRGM, et d’autre part en externe à travers des articles et des conférences.
  • La transmission des compétences : encadrer des doctorants, post-doctorants, jeunes chercheurs, alternants, stagiaires, dispenser des cours à l’université.

Métiers de la recherche : hydrogéologue, au carrefour des géosciences et de l'environnement

Portrait vidéo de Delphine Allier, hydrogéologue au BRGM. L'hydrogéologie vise à mieux comprendre une ressource essentielle à la vie : l'eau. 

© Centre Sciences 

Après un bac S et une prépa scientifique, j'ai fait ma formation dans une école d'ingénieurs, l'ENTPE, l'Ecole nationale des travaux publics de l'État. Je me suis spécialisée ensuite dans l'environnement. Je voulais travailler dans l'environnement pour interagir aussi avec mon environnement. Et par conviction. C'est le domaine de l'eau qui m'a le plus attirée. 

Dans un 1er temps, je m'occupe de la cartographie de cette ressource, sachant que c'est une ressource invisible, donc assez difficile à cartographier. Il s'agit de comprendre comment elle interagit avec l'Homme, S'il y a des relations entre les eaux souterraines et les eaux de surface. Comment, quand on extraie de l'eau pour l'agriculture ou pour l'eau potable, on va agir sur cette eau souterraine. Si elle sera en quantité suffisante pour satisfaire tous ces besoins. Et puis, la qualité de celle-ci. On veille à ce qu'il y ait une bonne qualité. On essaye de voir si elle est protégée des pollutions de surface. 

On connaît très peu les aquifères et les nappes en France et dans le monde. Il y a encore beaucoup de choses à découvrir. Les métiers de la recherche sont déjà valorisants. On est garants, en quelque sorte, d'une science. Et puis, on la transmet. On fait beaucoup de conférences, on participe à des formations. On a l'impression de contribuer à la gestion des ressources. C'est aussi valorisant parce que ça reste assez concret. 

Un des avantages de la recherche scientifique, c'est qu'on est libre. On peut organiser son temps en fonction de ses projets. Et puis, ça peut être très varié. On peut faire du travail de bureau avec beaucoup de cartographie ou de la modélisation avec des outils informatiques. On peut aussi participer à des projets internationaux, se déplacer, aller sur le terrain. Ou aussi travailler avec des personnes au laboratoire, des techniciens. Il y a cette diversité de choix qui s'offre à nous. 

On est aussi force de propositions dans le montage des projets. S'il y a quelque chose qui nous tient à cœur ou des partenariats qui marchent bien sur des projets, on peut décider de monter des projets avec des équipes avec qui on s'entend bien. Ça laisse une grande liberté dans le choix de ses projets et dans le déroulement de son travail au quotidien. 

Plus d'une centaine de techniciens présents dans les directions et délégations régionales et à Orléans

Au BRGM, nos techniciens scientifiques occupent par exemple les postes de :

  • Archiviste : il·elle regroupe un ensemble de compétences permettant l’organisation et le contrôle de la sélection, de la conservation, de la destination et du sort final des documents de l’établissement. L’archivage vise également l’identification, la mise en sécurité et le maintien disponibles l’ensemble des documents qui engagent l’établissement vis-à-vis de tiers ou de son activité future et dont le défaut représenterait un risque.
  • Chimiste : il·elle a pour mission de concevoir, développer et mettre en œuvre des méthodologies à haute valeur ajoutée en analyse, de contribuer aux méthodologies en expérimentation de laboratoire dans les milieux (sol, eau) et d’assurer la production d’analyses pour l’ensemble du BRGM.
  • Technicien·ne mesures physiques : il·elle est en charge de suivre le fonctionnement des installations de gestion des eaux et de mesures de gaz, d’assurer ou de suivre les travaux de maintenance comme de rénovation qu’elles exigent, et d’en faire le reporting. Ceci se fait la plupart du temps avec le concours de sous-traitants spécialisés en charge des installations.
  • Géomaticien·ne : il·elle est chargé, pour le compte des chefs de projet, d'établir des cartes, plans et schémas à l'aide d'outils numériques (Qgis, Autocad), de renseigner et de gérer diverses bases de données géomatiques, environnementale ou foncières. Il·elle participe au géoréférencement des ouvrages surveillés au travers des levés de terrain et est amené·e à renforcer l'équipe de surveillance pour la collecte de données.
  • Technicien·ne eau et risques : il·elle est en charge de l’étude et du suivi des principales nappes d’eaux souterraines (niveaux piézométriques, pollutions, potentiel hydrogéologique, forages), de l’évaluation du potentiel géothermique du territoire et contribue à la prévention des risques naturels et anthropiques.

Les missions de nos techniciens

  • Participer à la mise au point et à l’adaptation de techniques ou méthodes nouvelles.
  • Contribuer aux enquêtes scientifiques selon les domaines d’activités.
  • Gérer l’instrumentation et l’expérimentation.
  • Analyser et traiter les données recueillies.
  • Prendre part aux campagnes de terrain.

Intégrer le BRGM en tant que chercheur·euse, ingénieur·e ou technicien·ne

Pour devenir chercheur·euse ou ingénieur·e au sein du BRGM, vous devez être titulaire d’un diplôme de niveau Bac+5 et/ou d’un doctorat dans un des domaines de recherche détaillés ci-dessus. Vous possédez au moins une première expérience dans ce même domaine pour les profils juniors/débutants, et jusqu’à 20 ans d’expérience pour les profils séniors à multiples expertises.

Pour devenir technicien·ne au sein du BRGM, vous devez être titulaire d’un diplôme de niveau bac+2 à bac+3.

Interview de Jean-Louis Nedellec par France 24 sur la surveillance environnementale de l’ancien site minier de Salsigne, Aude

Être en appui à la recherche au BRGM

Les fonctions supports concourent au fonctionnement de l’établissement, notamment en soutien aux métiers scientifiques.

L’appui à la recherche par les métiers supports

Au BRGM, les personnes qui interviennent en support des scientifiques occupent les fonctions suivantes :

  • Finances : Ensemble des activités qui rendent possible et organisent le financement du BRGM, dans le respect des règles juridiques et financières, fiscales et déontologiques. Son objectif d'anticipation se traduit dans la préparation et le suivi des budgets, ainsi que dans les simulations d'investissements.  
  • Achats (publics) : Ensemble de compétences permettant de rechercher, sélectionner et acquérir des produits, des services et des fournitures selon la stratégie d'achat de l'entreprise et dans le respect des différentes réglementations applicables.
  • Juridique : Ensemble de compétences permettant l’exercice du conseil dans les domaines du droit commercial, du droit fiscal et douanier, du droit des affaires et des sociétés, du droit du travail, du droit de la commande publique, du droit de l’environnement et du droit minier, du droit des assurances, du droit de l’immobilier et de la construction, dans le but de sécuriser les activités du BRGM, tant en matière de rédactions et de négociations contractuelles que de gestion des litiges et des contentieux.
  • Gestion des ressources humaines : La gestion des ressources humaine regroupe l’ensemble des activités visant à assurer le développement des compétences des salariés pour répondre aux besoins de l'activité et de son développement tels que définis dans les axes stratégiques de l’entreprise, entretenir la mobilisation et la motivation des salariés, impliquer la hiérarchie dans le management des équipes, impulser et piloter la politique sociale de l'entreprise, garantir le respect des obligations découlant de la réglementation sociale en matière de Gestion des Ressources Humaines et d'Hygiène, Santé, Sécurité et Conditions de Travail.
  • Systèmes d’information : Ensemble de compétences permettant de fournir aux différentes entités de l’EPIC les moyens techniques informatiques et le support à leur activité tout en ayant pour objectifs l’anticipation des besoins, la qualité des prestations et l’optimisation budgétaire.
  • Environnement de travail : Ensemble d’activités qui permettent de fournir aux diverses entités de l'EPIC les supports nécessaires à la conduite de leurs activités : proposer, mettre en œuvre et coordonner toutes les activités et les travaux nécessaires au bon fonctionnement de tous les sites de l'EPIC, avec un souci d'efficacité, d'optimisation des coûts et réduction de l'empreinte environnementale.
  • Communication : La communication est un métier transversal accompagnant l’ensemble des parties prenantes du BRGM dans leurs besoins de communication. La principale mission de la communication est de définir et mettre en œuvre la stratégie du BRGM en matière de communication, afin d’accroître la notoriété de l'établissement, de valoriser son image et de diffuser l'information et la connaissance dans le domaine des géosciences, auprès des différents publics internes et externes.
  • Secrétariat : Ce métier d’assistanat représente le premier interlocuteur des collaborateurs, mais aussi de leurs partenaires extérieurs. C’est un métier de bureau qui consiste à s'occuper, pour le compte d'un autre employé ou agent, de son courrier, de ses communications téléphoniques, de la rédaction des comptes rendus de réunions, de la gestion de son emploi du temps, de mettre en forme les documents, classer les dossiers, organiser les déplacements, etc. Il allège de certaines activités notamment en contribuant à l'organisation de ses actions, il est indispensable pour le fonctionnement de l’équipe.

Intégrer le BRGM

Pour intégrer une fonction support au sein du BRGM, vous devez être titulaire d’un diplôme de niveau bac+2 à bac+5.