Suite à la propagation du coronavirus à travers le monde et aux mesures de confinement prises par les différents gouvernements à partir de mars 2020, de nombreux effets directs (fermeture de mines) et indirects (chute de la demande, difficultés logistiques, etc.) ont touché l’industrie minière.
12 octobre 2021
Compilation des prix des métaux / LME : London Metal Exchange (2020)

Compilation of metal prices / LME: London Metal Exchange (2020).

© BRGM

Le besoin

Dans le cadre de sa mission d’appui aux services publics de l’Etat, l’équipe d’Intelligence Minérale du BRGM a entrepris, dès le mois de mars, la réalisation d’une série de notes de synthèse destinées à apporter des éléments d’éclairage sur les impacts potentiels de la pandémie sur les chaines mondiales de production de métaux. Ces éléments, à destination des pouvoirs publics, avaient pour but d’orienter au mieux les politiques d’approvisionnement en matières premières non énergétiques en réponse à cette crise inédite.

Les résultats

Il s’agissait en premier lieu d’analyser les stratégies des pays producteurs de métaux en réponse à la crise sanitaire. En effet, certains gouvernements avaient imposé l’arrêt strict des activités minières pendant plusieurs semaines, conjointement aux premières mesures de confinement, quand d’autres avaient maintenu ces dernières, les rangeant dans la catégorie « activités essentielles » comme l’Argentine ou le Québec. Ainsi, dès le mois d’avril, il fut possible d’évaluer l’écart avec les prévisions initiales de production de l’année 2020 et de mesurer l’impact potentiel de périodes d’arrêts répétées sur la production mondiale d’un certain nombre de métaux. En matière de tonnages, les impacts globaux se sont finalement avérés limités, touchant environ 1 à 2% de la production mondiale d’un grand nombre de substances (or, argent, cuivre, cobalt, etc.).

Plusieurs secteurs d’études ont été privilégiés par la suite, en particulier le décryptage des circuits logistiques mondiaux, qui jouent un grand rôle dans l’explication des mouvements des prix à court et moyen termes.

Comme illustré ci-dessus, les premiers mois de l’année ont vu une baisse mécanique des prix de nombreux métaux, essentiellement liée à la chute de la demande à l’annonce des premiers confinements, dont les métaux dits « industriels » comme le plomb, le zinc, et l’aluminium. En mai et juin, la reprise de l’activité industrielle chinoise et les différents plans de relance menés dans le pays ont effacé cette baisse et contribué à un retour à des niveaux de prix élevés.

Un exemple marquant est le minerai de fer (australien), dont le prix dépasse les 100 US$/t (prix spot) au début du mois de juin 2020 pour la première fois depuis août 2019, suite à l’annonce de la suspension temporaire de plusieurs mines du brésilien Vale pour enrayer la contamination. De plus, les incertitudes autour de la capacité des producteurs brésiliens à délivrer, en raison d’une forte aggravation de la situation sanitaire dans le pays, ont poussé les producteurs d’acier chinois à accroître leurs stocks. Les importations chinoises de minerai de fer ont ainsi augmenté d’environ 5 % (pendant la période janvier-mai 2020 par rapport à la même période en 2019) et la production d’acier du pays a atteint un niveau record à fin 2020 : près d’un milliard de tonnes.

Impact du Covid-19 sur la production minière mondiale : tonnages

Impact of Covid-19 on worldwide mining production: tonnages.

© S&P Global Market intelligence

L’utilisation

Ces notes ont été rédigées pour le Bureau de la politique des ressources minérales non-énergétiques du ministère de la transition écologique, elles peuvent également être diffusées à d’autres services de l’Etat.

Les partenaires

  • Bureau de la politique des ressources minérales non-énergétiques (Ministère de la transition écologique)

Rapports publics

Si aucune diffusion publique n’a été réalisée dans le cadre de cet appui spécifique, d’autres productions à destination d’un public averti ou d’une portée plus large sont régulièrement diffusées sur le portail mineralinfo.fr. L’expertise du BRGM en termes d’analyses de marchés, de recherche et de veille sur les thèmes de l’approvisionnement responsable, du recyclage ou du développement de l’économie circulaire des ressources minérales non énergétiques sont ainsi partagées.

Quelques exemples