Le BRGM est chargé, dans le cadre de ses missions de service public, de capitaliser et de diffuser l'information géoscientifique et environnementale et de veiller à ce que ces données soient accessibles à une large communauté d'utilisateurs (administrations, associations, citoyens, entreprises, bureaux d’études, scientifiques...).
11 octobre 2021
 La Banque de données du Sous-Sol (BSS), ses écrans de saisie ou de consultation pour aider à la modélisation.   La Banque de données du Sous-Sol (BSS), ses écrans de saisie ou de consultation pour aider à la modélisation. 

 La Banque de données du Sous-Sol (BSS), ses écrans de saisie ou de consultation pour aider à la modélisation. 

© BRGM

Le besoin

Parmi ces données géoscientifiques et environnementales, les descriptifs géologiques et techniques des ouvrages souterrains (forages, sondages, puits ou travaux de fouille, ...) sur le territoire français (métropolitain et outremer) sont répertoriés et bancarisés dans la Banque du Sous-Sol (ou BSS), base de données nationale, créée en 1941 et pérenne depuis 1959.

Les informations relatives à chaque ouvrage (rentrant dans un processus de déclaration administrative ou pas) sont rassemblées dans des dossiers archivés par chaque direction régionale du BRGM sur le territoire de sa compétence. Parallèlement, ces données sont informatisées (pour les données de base telles que la localisation de l'ouvrage, son objet, son utilisation, son état, ses ayant droits...) ou numérisées (pour les données complémentaires telles que les coupes géologique ou technique, les informations hydrogéologiques ou géotechniques ou le plan de localisation) de manière à ce que l'ensemble des dossiers soit accessible au public via le portail InfoTerre du BRGM.

Les résultats

La BSS contient à ce jour plus de 890 000 dossiers accompagnés de plus de trois millions de documents numérisés. Elle a également fait l’objet de plus de 300 000 connexions en 2020 sur le visualisateur InfoTerre, qui ont engendré le téléchargement de plus de 2 100 données concaténées départementales. Des accords de partenariat ont de plus été signés avec des organismes publics ou des sociétés privées, grands pourvoyeurs de données afin d’enrichir la base (Orano, VNF, FONDASOL...).

En sus de ces informations géologiques et techniques, d’autres projets, bases de données thématiques ou Systèmes d’information (SI) viennent compléter les données déjà collectées. On peut par exemple citer la BSS « eau », qui a comme vocation de suivre l’évolution de la qualité et de la quantité des eaux souterraines ; le site de télédéclaration des ouvrages de géothermie de minime importante ou la mise en place de la télédéclaration unifiée des ouvrages souterrains dans certaines régions (projet DUPLOS).

La BSS est en continuelle évolution. C’est ainsi que plusieurs chantiers seront lancés en 2021 parmi lesquels :

  • la normalisation des termes lexicaux actuels afin d’être en accord avec l’ensemble des registres interopérables mis en place par le BRGM ;
  • la mise en place d’un SI-Géotechnique permettant de mieux décrire et bancariser les informations de mécanique des sols, de mécanique des roches des ouvrages de génie civil ;
  • la préfiguration d’une « BSS Qualité » permettant de qualifier les ouvrages afin de ne retenir que ceux qui sont scientifiquement intéressants.

Enfin l’interface de saisie et de bancarisation, actuellement sous internet protégé, va être revue et modernisée afin de mieux répondre aux besoins des gestionnaires et notamment des thématiciens (géologues, hydrogéologues, géotechniciens...) susceptibles de sélectionner ou d’améliorer les informations déjà collectées.

L'utilisation

Les informations issues de la BSS interviennent dans la plupart des études de géosciences sur le territoire national. Les domaines d’application des données de la BSS sont principalement :

  • l’aménagement du territoire, l’environnement, la recherche de sites, de tracés d’infrastructures ;
  • l’exploration, l’exploitation et la protection de la ressource (eau, matériaux, géothermie, etc.) ;
  • le positionnement de données thématiques dans leur contexte géologique (cartes, modèles 2D ou 3D).

Lors d’un sondage effectué en 2016, la répartition des différents utilisateurs de la BSS et de ses données dans le cadre de leurs activités professionnelles ou personnelles était la suivante :

Répartition des différents utilisateurs de la BSS (2016). Répartition des différents utilisateurs de la BSS (2016).

Répartition des différents utilisateurs de la BSS (2016).

© BRGM

Les partenaires

  • MESRI