Le territoire de Clamart reste marqué par une catastrophe liée au sous-sol qui s’est produite en 1961 (effondrement dû aux carrières souterraines). Aussi, la forte récurrence d’inondations par remontées de nappe a poussé la mairie à répondre aux inquiétudes de la population en sollicitant le BRGM afin de cartographier les zones sensibles, en vue de les intégrer aux documents d’urbanisme.
11 octobre 2021
Mesures physico-chimiques à la Fontaine Sainte-Marie (Clamart, 2019). Mesures physico-chimiques à la Fontaine Sainte-Marie (Clamart, 2019).

Mesures physico-chimiques à la Fontaine Sainte-Marie (Clamart, 2019).

© BRGM - T. Dupaigne

Le besoin

Les remontées de nappe en Ile de France sont la conjonction de deux phénomènes, l’un naturel (présence d’eau dans des couches sédimentaires), l’autre humain (urbanisation rapide et parfois en incohérence avec le substrat géologique). Leur insuffisante maîtrise provient de la méconnaissance des phénomènes hydrogéologiques, qui s’explique par le fait qu’ils concernent majoritairement des nappes « accessoires », peu exploitées et donc peu suivies. Face à l’inquiétude de ses administrés, la mairie a donc souhaité comprendre les mécanismes générant ces phénomènes sur son territoire afin de les prendre en compte dans sa gestion de l’urbanisation.

Mesure piézométrique en contexte urbain : gare de Clamart (Clamart, 2019). Mesure piézométrique en contexte urbain : gare de Clamart (Clamart, 2019).

Mesure piézométrique en contexte urbain : gare de Clamart (Clamart, 2019). 

© BRGM

Les résultats

L’étude s’est déroulée en quatre phases :

  • Etude bibliographique comprenant notamment une interprétation des données géologiques, qui a permis la mise en évidence de deux failles (prolongation de la faille de Meudon et sa réplique), expliquant la présence de plusieurs sources. Les documents historiques ont aussi mis en évidence l’existence d’un ancien ru, aujourd’hui canalisé en souterrain ;
  • Enquête auprès de la population : recensement des remontées de nappe sur toute la commune ;
  • Missions de terrain : réalisation de deux campagnes de mesures de niveau d’eau sur 40 points ;
  • Cartographie et recommandations : définition des zones sensibles et propositions de mesures à mettre en œuvre.

L’utilisation

Les résultats, qui visent à répondre aux attentes de la population, ont été présentés au conseil municipal de Clamart en février 2021. La mairie va désormais former ses agents à l’utilisation des données afin de proposer un accueil des habitants concernés. Un suivi piézométrique est enfin en cours de développement afin de mieux comprendre et anticiper les phénomènes. La collectivité Vallée-Sud-Grand-Paris (à laquelle Clamart appartient) souhaite également engager une démarche de ce type pour en intégrer les résultats au PLUi.

Mesures physico-chimiques à la Fontaine Sainte-Marie (Clamart, 2019). Mesures physico-chimiques à la Fontaine Sainte-Marie (Clamart, 2019).

Les conclusions du BRGM sont cruciales pour nos projets. Cette étude nous a aidé à valider nos choix en montrant qu’il n’y avait pas de risque de remontée de nappe plus important qu’ailleurs au niveau du stade. Elle va aussi contribuer à la prévention pour monter des plans d’intervention en cas de crue et améliorer la gestion de crise.

Jean-Patrick Guimard, adjoint à l’urbanisme de la ville de Clamart

Les partenaires

  • Mairie de Clamart