Les inondations par remontée de nappe sont des phénomènes majeurs, résultant d’événements pluvieux de forte intensité et/ou répétés sur plusieurs mois voire plusieurs années, qui peuvent engendrer des dégâts importants. Il est d’autant plus primordial de pouvoir cibler les zones sensibles aux remontées de nappe pour la gestion et l’anticipation de ces phénomènes, que ces derniers peuvent être amplifiés sous l’effet du changement climatique.
14 octobre 2021
Cartographie remontée de nappe sur le bassin de l’Authie. Cartographie remontée de nappe sur le bassin de l’Authie.

Cartographie remontée de nappe sur le bassin de l’Authie.

© BRGM

Le besoin

Depuis le 1er janvier 2018, les intercommunalités ont pris la compétence de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (Gemapi) et peuvent désormais assurer la nécessaire continuité entre gestion de l’eau et prévention des inondations.

Au regard des enjeux et des travaux déjà réalisés ces dernières années sur les différents aspects des risques liés aux crues par les eaux souterraines, l’Etat et ses opérateurs ont identifié un certain nombre de besoins et sollicité le BRGM pour venir en appui aux services de l’Etat et aux collectivités territoriales en matière :

  • d’appui méthodologique et d’expertise technique aux services de l’Etat (élaboration ou révision de PPRi et instruction de PAPI) et aux porteurs de PAPI ;
  • d’identification et de caractérisation de l’aléa inondation par remontée de nappe ;
  • de réalisation de cartographies locales de sensibilité aux remontées de nappe.

Les résultats

Les travaux du BRGM ont ainsi permis d’améliorer la carte nationale de sensibilité aux remontées de nappe sur certains territoires, en fonction des données disponibles et de la présence d’enjeux (bassin de la Thève, nappe alluviale d’Alsace, Bassin d’Arcachon, Seine moyenne et amont, …). Des études de préfaisabilité pour les PPR sont également en cours ou en projet (bassin de l’Authie, bassin du Croult Petit Rosne, vallée du Thérain, bassin de la Chiers, …).

Enfin, un guide méthodologique pour la réalisation des cartes de sensibilité à l’échelle locale (hors contextes karstiques et urbains) a été produit. La méthodologie détaillée dans ce guide, soumise à un comité d’experts et validée par la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR), suit les étapes suivantes :

  • Etape 1 : Analyse du contexte hydrogéologique et préparation du jeu de données,
  • Etape 1 bis : Utilisation et traitement de l’imagerie satellitale (optionnel),
  • Etape 2 : Estimation de la cote piézométrique maximale,
  • Etape 3 : Analyse géostatistique et interpolation de la surface piézométrique,
  • Etape 4 : Production d’une carte de sensibilité aux remontées de nappe.

La détermination de l’échelle de résolution de la carte finale est dépendante des échelles de résolution du MNT et de la grille de la surface piézométrique maximale interpolée. Des classes de sensibilité doivent être adaptées à la qualité des résultats obtenus sur le secteur d’étude. Par exemple, pour le bassin versant de l’Authie, l'échelle d’utilisation préconisée est le 1/50 000e voire 1/25 000e sur les secteurs présentant le moins d’incertitudes et une carte des zones sensibles aux inondations par remontée de nappe avec quatre classes de sensibilité dépendantes de la profondeur de la nappe en situation de très hautes eaux a été proposée :

  • Zones très sensibles (cartographiées en rouge): niveau de nappe au-dessus du sol,
  • Zones sensibles (cartographiées en orange): niveau de nappe entre 0 et 2,5 m de profondeur,
  • Zones peu sensibles (cartographiées en jaune): niveau de nappe entre 2,5 et 5 m de profondeur,
  • Zones non sensibles ou pas de débordement (cartographiées en blanc) : niveau de nappe à plus de 5 m de profondeur.

L’utilisation

Ainsi, sur la base d’un diagnostic territorial précis à l’échelle de la zone étudiée, les cartographies à l’échelle locale permettent de déterminer les zones les plus sensibles aux risques d’inondations par remontée de nappe, d’aider à la détermination des Territoires à Risques importants d’Inondation (TRI) et d’analyser la pertinence de prescription d’un Plan de Prévention des Risques naturels interdépartemental sur les communes les plus impactées par le phénomène d’inondation par remontée de nappe.

Ces cartes peuvent également faciliter la définition de piézomètres indicateurs pour la prévention d’inondation par remontée de nappe en cas d’événement climatique de très forte intensité et extrême. En effet, les points fiables localisés dans les zones en rouge pourraient être équipés d’un système d’alerte en temps réel et les modèles calés sur ces piézomètres permettraient de fournir des prévisions à différentes échéances (semaine, mois, saison) selon le scénario climatique envisagé.

Les limites de l’application de la méthodologie sont présentées dans le guide, notamment pour certains contextes hydrogéologiques (karsts, zones imperméables) et secteurs spécifiques (grands secteurs urbains ou très industrialisés, secteurs après mine).

Les partenaires

  • DGPR
  • CEREMA
  • DREAL, DDT