L’île de Mayotte est victime d’une forte érosion de ses sols. Le processus est dû à des pratiques parfois inappropriées, accélérées par les fortes pentes de l’île et les intenses pluies tropicales qui la balayent. Une cartographie prédictive des formations de surface réalisée en couplant géologie et géophysique a permis de mettre en évidence les formations les plus sensibles à l’érosion.
5 octobre 2021
Erosion des sols à Mayotte en contexte urbain (Longoni, 2020)

Érosion des sols à Mayotte en contexte urbain (Longoni, 2020).

© BRGM - V. Landemaine

Carte lithologique de surface (tranche 0-1 m) au 1/10 000e de l’île de Mayotte (2020).

Carte lithologique de surface (tranche 0-1 m) au 1/10 000e de l’île de Mayotte (2020).

© BRGM

Le besoin

Le projet EROMAY s’inscrit dans le cadre de la Feuille de Route pour la lutte contre l’érosion des sols à Mayotte portée depuis 2012 par les autorités publiques et en particulier la DEAL. Cette feuille de route propose un ensemble d’actions à réaliser sur le continuum bassin versant - lagon afin d’identifier, de quantifier et de contrôler les différents facteurs biophysiques déterminants de l’érosion hydrique des sols en milieux naturel, agricole et urbain, dans le but, in fine, de préserver l’atout majeur environnemental, économique et touristique de Mayotte : son lagon. Afin de répondre aux besoins de caractérisation des matériaux susceptibles d’être mobilisés par l’érosion et transportés jusqu’au lagon, il est nécessaire d’avoir à disposition une information sur la nature lithologique des terrains à l’affleurement et sur la toute première tranche du sol (les premières dizaines de centimètres jusqu’à un mètre environ).

Les résultats

Le projet EROMAY a permis de disposer d’une carte prédictive de la lithologie des formations superficielles (tranche 0-1 m) sur l’ensemble de l’île de Mayotte à l’échelle 1/10 000e. Cette carte est le résultat d’un traitement croisé des données géophysiques (issues du levé d’électromagnétisme héliporté de 2010), morphologiques (pente et courbure du MNT) et d’observations fines de terrain (expertise géologique). La comparaison visuelle entre la carte géologique au 1/30 000e avec la nouvelle carte lithologique de surface au 1/10 000e permet de se rendre compte de l’amélioration significative apportée grâce à la précision des données de surface.

L’utilisation

Les informations acquises sur l’érodibilité des sols (sensibilité d’un sol à l'érosion en fonction de sa composition et de sa structure) à l’échelle du territoire constituent une donnée d’entrée du modèle d’érosion Watersed (Landemaine, 2016) utilisé pour évaluer les exports sédimentaires sur l’ensemble des bassins versants de Mayotte.

Les résultats de ce projet soulignent également l’intérêt majeur de l’approche couplant géologie et géophysique et du potentiel des données issues des levés d’électromagnétisme pour élaborer des cartographies lithologiques prédictives pertinentes utilisables pour de nombreux sujets comme l’érosion des sols, les risques mouvements de terrain, ….

D’autres projets sont actuellement en cours autour du couplage géophysique/géologie comme, par exemple, en Martinique, pour une problématique d’aléa glissement de terrain.

Les partenaires

  • SGAR (Financement Contrat de Convergence)