La succession de tempêtes en février et mars 2021, associées à des surcotes atmosphériques, a généré une dégradation de l’isthme de Miquelon-Langlade conduisant à l’affaissement du talus littoral et une rupture de la route attenante. Le BRGM a été sollicité, avec le Cerema, par la DTAM de Saint-Pierre-et-Miquelon dans le cadre de la gestion de cette crise érosive de l’isthme.
16 septembre 2022
Encoche d’érosion sur l’isthme de Miquelon-Langlade suite aux tempêtes de février–mars 2021 (PK16 Isthme de Miquelon-Langlade, 2021). Encoche d’érosion sur l’isthme de Miquelon-Langlade suite aux tempêtes de février–mars 2021 (PK16 Isthme de Miquelon-Langlade, 2021).

Encoche d’érosion sur l’isthme de Miquelon-Langlade suite aux tempêtes de février–mars 2021 (PK16 Isthme de Miquelon-Langlade, 2021).

© DTAM - Franck Maljean

Le besoin

Le BRGM a apporté à la Direction des Territoires, de l’Alimentation et de la Mer (DTAM) son appui à la gestion de crise sur la base de la connaissance acquise grâce aux travaux précédents sur la dynamique côtière du site et de son expérience en termes de gestion des problématiques d’érosion du littoral. De mars à juin 2021, une dizaine de réunions de travail ont ainsi été réalisées avec la DTAM et le Cerema, afin de suivre au plus près l’évolution de l’érosion et de proposer des solutions adaptées au territoire.

Protocole proposé pour l’archipel en période de crise pour le déclenchement du suivi du littoral. Protocole proposé pour l’archipel en période de crise pour le déclenchement du suivi du littoral.

Protocole proposé pour l’archipel en période de crise pour le déclenchement du suivi du littoral. 

© BRGM

Les résultats

Tout au long de la crise érosive, différentes productions ont été réalisées par le BRGM et ses partenaires :

  • un premier diagnostic et des recommandations d’urgence ont été formulées dans le rapport d’expertise du BRGM dès le début de la crise ;
  • des fiches « constats de la situation » ont été régulièrement éditées par la DTAM et publiées sur le site de la préfecture ;
  • une note sur les travaux d’urgence, proposant la mise en œuvre de sacs en géotextile (big-bags) comme moyen de protection d’urgence de très court terme, a été rédigée par le Cerema. Un premier dispositif expérimental de big-bags a ainsi été mis en œuvre ;
  • une analyse de la cyclicité de la dynamique sédimentaire sur le site et des interactions avec les dispositifs d’urgence sur le terrain a été réalisée par le BRGM ;
  • un diagnostic de l’ouvrage existant et des orientations pour l’aménagement du site (confortement du talus par enrochement, réfection totale de la chaussée, proposition de rechargement artificiel en sable) a été dressé par le Cerema.

Enfin, afin d’anticiper sur la gestion de crise à l’avenir, un protocole de suivi du littoral en période de tempête a été proposé par le BRGM. Ce dernier est basé sur l’adaptation à l’archipel d’outils et méthodes développés ailleurs en France : formulaire d’observation, protocole de déclenchement du suivi du littoral en période de crise, sensibilisation à l’application BRGM i-InfoTerreTM.

L’utilisation

Suite à cette action, des travaux pour l’aménagement du site ont été mis en œuvre. La route est actuellement ré-ouverte et les tempêtes de l’hiver 2022 ne semblent pas l’avoir impactée. Des études complémentaires sont actuellement menées par le BRGM autour de la question du rechargement en sable de l’avant côte. Il s’agit, en premier lieu, de collecter les données permettant d’apporter des éléments sur la faisabilité d’un tel rechargement (identification d’un gisement en mer, levé bathymétrique, modélisation hydro-sédimentaire).

Vue aérienne sur la lagune du Grand Barachois (au nord), et l’isthme de Miquelon-Langlade, un cordon littoral sableaux (2012) Vue aérienne sur la lagune du Grand Barachois (au nord), et l’isthme de Miquelon-Langlade, un cordon littoral sableaux (2012)

La coupure de la route de l’isthme de Miquelon-Langlade consécutive aux tempêtes de l’hiver 2021 a été une véritable catastrophe pour la population de l’archipel, très attachée à la préservation de l’isthme. L’apport scientifique pointu du BRGM et du Cerema, leur connaissance du site et leur réactivité, nous ont été d’un grand secours pour gérer la situation de crise localement puis basculer sur la recherche de solutions.

Yves de MONTGOLFIER, Adjoint à la directrice, Direction des Territoires, de l’Alimentation et de la Mer de Saint-Pierre et Miquelon

Les partenaires

  • Direction des Territoires, de l’Alimentation et de la Mer (DTAM) de Saint-Pierre-et-Miquelon
  • CEREMA