Le projet ReCon Soil étudie la réutilisation potentielle des déchets d’excavation et des sédiments d’origine locale dans la construction de sols fertiles dans une logique d’économie circulaire.
26 janvier 2022
Prélèvement de l’horizon de surface d’un technosol

Prélèvement de l’horizon de surface d’un technosol vieux de 100 ans développé sur des scories métallurgiques (Nord-Pas-de-Calais, France) 

© BRGM 

Enjeux et besoins

L’industrie paie plus de 3,5 milliards d’euros par an pour éliminer les déchets des chantiers de construction au Royaume-Uni et en France. Pour cela, le secteur de la construction veut trouver de nouveaux moyens de revaloriser les déchets de chantiers en toute sécurité, notamment si ceux-ci contribuent à réduire les émissions de carbone et agissent comme une technologie sobre en carbone.

Un sol sain est l’essence même de l’agriculture et la garantie du maintien d’une production d’aliments de qualité. Or, la sécurité alimentaire et la durabilité agricole demeurent deux des principaux enjeux mondiaux du 21e siècle.

Pour cette raison, le projet ReCon Soil étudie la réutilisation potentielle des déchets d’excavation et des sédiments d’origine locale dans la construction de sols fertiles dans une logique d’économie circulaire.

Le projet ReCon Soil est doté d'un budget total de 2,5 millions d'euros, dont 1,8 million est financé par le Fonds européen de développement régional via le programme Interreg France (Manche) Angleterre (FCE).

Logo du projet ReCon Soil

Logo du projet ReCon Soil. 

 © Interreg France (Manche) Angleterre

Résultats attendus

  • Mettre au point de nouvelles recettes de sols fabriqués à partir de déchets de construction, de sédiments de dragage dans une logique d’économie circulaire et déployer des démonstrateurs en Angleterre et France de construction de sol à partir de ces recettes.
  • Élaborer et fournir un schéma directeur pour la production et l'utilisation de sols reconstitués.
  • Développer des réseaux de technologie à faible émission de carbone, avec des membres issus des secteurs privés et publics, particulièrement les secteurs de la construction, de l'agriculture.
  • Former 200 travailleurs, afin de rendre la filière de construction de sol plus opérationnelle.

Rôle du BRGM

  • Établir une base de données des déchets locaux ayant un potentiel dans la reconstitution des sols dans un contexte agricole ou d’aménagement urbain.
  • Développer et tester des formulations de sol à partir des déchets identifiés en mettant au point un démonstrateur de construction de sol à l’échelle pilote pour étudier leur innocuité, ainsi que leur potentiel de séquestration de carbone.
  • Établir une analyse du cycle de vie de cette approche de valorisation de déchets en tant que technologie à faible émission de carbone et d'identifier les avantages environnementaux potentiels.

Partenaires

  • University of Plymouth
  • Université le Havre Normandie
  • CL:AIRE
  • Eden Project Learning
  • University of East Anglia
  • BRGM
  • Caté (Comité d’Action Technique et Economique, Bretagne)