Afin d’assister l’Agence de l’eau Rhin-Meuse dans la rédaction de son état des lieux des masses d’eau 2019, le BRGM a réalisé un état des lieux des pressions industrielles et de leurs impacts, potentiels ou avérés, sur la qualité des eaux souterraines du bassin Rhin-Meuse.
8 octobre 2021
Calcul cumulé de la  note « Pression – Transfert – Impact » pour les eaux souterraines des communes du Grand Est et du bassin Rhin-Meuse (période 2012-2017). Calcul cumulé de la  note « Pression – Transfert – Impact » pour les eaux souterraines des communes du Grand Est et du bassin Rhin-Meuse (période 2012-2017).

Calcul cumulé de la note « Pression – Transfert – Impact » pour les eaux souterraines des communes du Grand Est et du bassin Rhin-Meuse (période 2012-2017).

© BRGM

Le besoin

L’Agence de l’eau Rhin-Meuse souhaitait, dans l’état des lieux (EDL) des masses d’eau du bassin de 2019, améliorer la prise en compte de l’impact des pressions industrielles sur la qualité des eaux souterraines et identifier des secteurs sur lesquels des actions pourraient être nécessaires afin d’améliorer leur qualité.

Les résultats

Cette étude, qui s’est basée sur l’exploitation des données acquises de 2012 à 2017, a été réalisée en deux étapes :

  • Evaluation pression industrielle / transferts vers les eaux souterraines / impacts sur la qualité des eaux souterraine. Cette étape a permis de quantifier les niveaux de pression, de transfert et d’impact pour toutes les communes de la région Grand Est et du bassin Rhin-Meuse et a servi de base au rapportage pour l’EDL 2019 ;
  • Analyse approfondie de l’impact des pressions industrielles sur la qualité des eaux souterraines sur une sélection de 7 zones retenues comme présentant des enjeux prioritaires à l’issue de l’étape 1. Cette seconde étape, a consisté en une analyse approfondie de l’impact des pressions industrielles sur la qualité des eaux souterraines des zones à enjeux afin de renseigner au mieux la nature des impacts, la localisation des eaux souterraines impactées ainsi que les zones industrielles au droit desquelles un impact avéré est connu (sites BASOL, dossiers ICPE…). Des recommandations ont été proposées pour chaque zone en fonction du niveau de la pression industrielle, de l’état qualitatif des eaux souterraines, de la disponibilité des données et des enjeux recensés.

L’utilisation

Les résultats de la première étape ont été utilisés par l’Agence de l’eau pour la rédaction de l’EDL 2019. Les résultats de la deuxième étape ont permis d’identifier certains secteurs pour lesquels les données disponibles ne permettaient pas d’exclure un impact de la qualité des eaux souterraines en lien avec un ou plusieurs sites industriels. Des études complémentaires ont depuis été engagées, avec l’inspection des installations classées de la DREAL.

La Vologne, Xonrupt-Longemer La Vologne, Xonrupt-Longemer

L’étude pression/impact comprend deux volets : un premier à l’échelle du bassin Rhin Meuse et un deuxième avec des zooms sur quelques territoires du bassin. Cette étude permettra d’apporter aux acteurs de terrain une première vision des enjeux "sites et sols pollués" sur les eaux souterraines par la mise à disposition d’outils de visualisation et d’indicateurs obtenus par le croisement d’un grand nombre de données.

Philippe Ricour, Agence de l’Eau Rhin Meuse

Les partenaires

  • Agence de l’eau Rhin-Meuse
  • DREAL Grand Est
  • ARS Grand Est