Étude socio-économique de l’importance stratégique des nappes profondes du bassin de l’Adour

Le BRGM a réalisé, pour l’Institution Adour, un diagnostic de la situation des nappes profondes du bassin de l’Adour et de leurs usages. Il a également accompagné la mise en œuvre d’une réflexion prospective sur leur évolution future et leur gestion dans le but d’amorcer une concertation entre les acteurs concernés par la gestion de ces nappes.
6 septembre 2020
Cartographie des prélèvements dans les nappes profondes du bassin de l’Adour

Cartographie des prélèvements dans les nappes profondes du bassin de l’Adour, par secteur d’usage (2016)

© BRGM

Le besoin

Dans de nombreux territoires du bassin de l’Adour, l’alimentation en eau des populations et des activités économiques dépend en grande partie des nappes profondes, qui constituent une ressource stratégique pour le territoire puisqu’il n’existe pas, ou peu, de ressources de substitution. Ces nappes sont cependant menacées par une baisse des niveaux piézométriques, et par l’apparition de pollutions. 

En complément de travaux en cours visant à améliorer la connaissance hydrogéologique des nappes profondes, l’enjeu de cette étude était d’engager une concertation entre les acteurs concernés, en produisant une vision partagée de ces ressources et de leur intérêt stratégique et économique pour le territoire, et en accompagnant une réflexion prospective sur leur devenir et leur gestion future. 

Les résultats

L’étude a mobilisé les acteurs à travers une série d’enquêtes et d’ateliers, afin de : 

  • Générer une vision partagée de la ressource, de son fonctionnement, de ses usages et de ses enjeux de gestion ; 
  • Aider les acteurs à envisager les conséquences de l'inaction et les leviers d'action possibles, via des scénarios ; 
  • Engager la discussion sur les objectifs communs, les principes de gestion et les actions opérationnelles.

A l’issue des ateliers, il y a eu consensus sur le fait que les nappes profondes représentent une ressource essentielle pour l’avenir du territoire. Les acteurs s’accordent ainsi sur la nécessité de :

  • Réserver les nappes profondes à l’alimentation en eau potable, considérée comme l’usage prioritaire. Certains proposent aussi comme prioritaire l’usage thermal, cette activité étant l’un des piliers de l’économie locale ;
  • Réaliser des économies d’eau dans tous les secteurs ; 
  • Protéger les nappes profondes contre les pollutions de surface. 
Évaluation de la démarche par les participants

Évaluation de la démarche par les participants (22 réponses exprimées).

© BRGM

L’utilisation

Les ateliers ont fait émerger une volonté commune des acteurs de poursuivre la réflexion et de mettre en œuvre, à court terme, une stratégie de gestion des nappes profondes. Les acteurs notent qu’il est encore nécessaire d’améliorer la connaissance de la ressource pour pouvoir mieux la gérer. Toutefois, pour une partie des participants, il ne faut pas attendre pour commencer à prendre des décisions et mettre dès maintenant en place des actions de protection. Certaines actions, par exemple les économies d’eau, peuvent notamment être mises en place rapidement.

La mise en place d’une gouvernance adaptée à cette ressource, qui s’étend sur quatre départements et dont les usages évoluent, reste le principal enjeu et représente probablement une priorité d’action.

Les partenaires

  • Institution Adour
  • Agence de l’Eau Adour Garonne
La source de la Loue, résurgence du Doubs

Avec cette étude, notre établissement aborde un nouveau champ d’action : les nappes souterraines. Les ingénieurs du BRGM, très pédagogues, ont rendu accessible leur approche grâce aux connaissances mises à notre disposition. Nous sommes désormais dans la phase d’accompagnement des acteurs du territoire.

Aurélie Darthos, Directrice générale des services techniques, Institution Adour