La mobilisation de nouvelles ressources en eaux souterraines constitue un défi majeur en Bretagne, en particulier en contexte de changement climatique global. Afin de répondre à ce besoin, le projet ANAFORE vise à identifier les contextes géologiques et hydrogéologiques les plus favorables à la présence de systèmes aquifères productifs en domaine de socle.
12 octobre 2021
Répartition de 100 forages d’eau les plus productifs en Bretagne par typologie hydrogéologique ; les zones potentiellement productrices (ZPP) sont identifiées en griset (Schroetter et al., 2020).

Distribution of the 100 most productive water boreholes in Brittany by hydrogeological type; potentially productive zones (PPZ) are shown in grey (Schroetter et al., 2020).

© BRGM

Le besoin

Face à la menace de l’impact du changement climatique global sur les ressources en eau, le BRGM, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, la Région Bretagne et l’ARS Bretagne, a proposé d’engager le projet ANAFORE afin d’identifier les secteurs de forte production potentielle en eau souterraine de bonne qualité. Ces secteurs sont destinés à être proposés en tant que Nappe à Préserver pour l’Eau Potable (NAEP) ou comme Zone de Sauvegarde pour le Futur (ZSF) dans le cadre du futur Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Loire Bretagne 2022-2027.

Forage productif breton (débit instantané important de 120 m3/h). (Secteur Fougères, Ille-et-Vilaine, 2010).

A productive borehole in Brittany (high instantaneous flow rate of 120 m3/h). (Fougères area, Ille-et-Vilaine, 2010). 

© BRGM

Les résultats

Dans le cadre de ce projet, ce sont 100 des forages parmi les plus productifs de Bretagne qui ont bénéficié d’une étude détaillée pour préciser leur contexte géologique par le biais d’une analyse multicritère : nature des roches porteuses, analyse tectonique (fracturation), degré d’altération, réinterprétation des données de géophysique mais aussi fonctionnement hydrogéologique (réinterprétation des essais de pompages par la méthode des dérivées, chimie des eaux, etc). Chaque ouvrage a fait l’objet d’une fiche descriptive détaillée reprenant l’ensemble des résultats. Toutes ces investigations ont permis de définir dix typologies favorables caractérisées par la présence de failles/fractures, l’altération des roches ou encore un contexte géologique particulier, voire singulier. Cette étude a finalement permis d’identifier 38 zones de socle potentiellement productrices, à préserver pour la production d’eau potable.

L’utilisation

Les travaux menés au cours du projet ANAFORE constituent un outil pour anticiper les décisions liées à l’aménagement du territoire ainsi que pour l’élaboration et/ou la révision des documents stratégiques de gestion de l’eau et notamment le SDAGE Loire Bretagne. Ainsi, les 38 zones potentiellement productrices identifiés ont été proposées NAEP pour le futur SDAGE Loire-Bretagne 2022-2027, ce qui permettrait de préserver ces ressources souterraines pour un usage prioritaire. Les typologies établies permettront, en dehors de ces NAEP, d’améliorer de manière significative la recherche de nouvelles ressources productives et, plus globalement, de mieux comprendre et donc préserver les ressources en eau souterraine.

Répartition de 100 forages d’eau les plus productifs en Bretagne par typologie hydrogéologique ; les zones potentiellement productrices (ZPP) sont identifiées en griset (Schroetter et al., 2020).

Proposer une cartographie des ressources en eau souterraine les plus productives et de bonne qualité pour mieux les préserver dès aujourd’hui est un enjeu majeur dans la perspective du changement climatique. Leur exploitation devrait être réservée à l’alimentation en eau potable ou à un usage nécessitant une eau de très haute qualité.

Pascal Billault, chef de projet gestion quantitative à l’Agence de l’eau Loire Bretagne

Les partenaires

  • Agence de l’Eau Loire-Bretagne
  • Région Bretagne
  • ARS Bretagne