Sommaire
    Comment agir collectivement face aux risques de sécheresse ? Le projet européen Water for Tomorrow vise à améliorer la gestion de l'eau en Angleterre et en France.
    17 août 2021
    Logo INTERREG VA France (Channel) England

    Logo INTERREG VA France (Channel) England.

    © INTERREG

    Enjeux et besoins

    Water for Tomorrow est un partenariat transfrontalier de 5 structures en Angleterre et en France. Le projet développera et testera des outils innovants de gestion de l’eau et des processus de développement de nouvelles règles de gestion. Ceux-ci permettront une gestion plus réactive à court terme des épisodes de sécheresse, et une meilleure planification des investissements et de la gestion de l’eau à long terme pour les territoires.

    Ce projet à hauteur de 4 millions d’euros est financé par le programme européen INTERREG VA France (Channel) England, qui a engagé 2,8 millions d'euros par l’intermédiaire du Fonds européen de développement. Le projet se poursuivra jusqu’en mars 2023.

    Résultats attendus

    Les réalisations attendues sont les suivantes :

    • Nouvelles méthodes de collecte de données, modèles hydro-économiques et nouveaux logiciels pour améliorer l’allocation de l’eau et l’alerte rapide en cas de pénurie d’eau ;
    • Collaboration multisectorielle qui soutient l’adoption et le déploiement de ces systèmes et l’utilisation de technologies intelligentes dans la gestion des ressources en eau dans l’espace FMA.

    5 sites pilotes ont été définis, dont trois en Angleterre et deux en France :

    • Sud Finistère, France
    • CABBALR, France
    • Broadland Rivers, Angleterre
    • Cam Ely Ouse, Angleterre
    • East Suffolk, Angleterre

    Rôle du BRGM

    Le BRGM Bretagne possède une expertise et des compétences pointues dans le domaine de la connaissance et la gestion des eaux souterraines et des autres compartiments hydrauliques associés. Le pôle "Nouvelles ressources en eau et Economie" de Montpellier, très impliqué dans le projet Water for Tomorrow, permet de développer des approches économiques appropriées pour répondre aux nouveaux besoins de gestion intégrée de l’eau et plus généralement de l’environnement et des géo-ressources.

    Chaos granitique, Finistère

    Site pilote "Sud Finistère"

    Ce territoire cumule plusieurs activités consommatrices d’eau potable : élevage, industrie, tourisme croissant et démographie influencée par la littoralisation.

    Water for Tomorrow - site pilote du Sud Finistère : sécuriser l'alimentation en eau potable

    Comment agir collectivement face au manque d'eau ? Le projet européen Water for Tomorrow vise à améliorer la gestion de l'eau en Angleterre et en France. Le Sud Finistère est l'un des 5 sites pilotes du projet.

    © BRGM

    En Bretagne, l'alimentation en eau potable était assurée par de petits syndicats et services communaux qui exploitaient des ressources locales. Ces ressources locales sont devenues insuffisantes face à la demande croissante, notamment en zone littoral. On a donc développé des réseaux pour transférer vers ces zones de l'eau potable produite à partir des grands cours d'eau ou de barrages. Cette stratégie de sécurisation qui s'est avérée efficace pendant près de trois décennies risque pourtant de devenir insuffisante car la consommation augmente, les sécheresses sont plus intenses et plus fréquentes et on abandonne parfois des ressources locales car contaminées par des produits phytosanitaires. On retrouve tous les ingrédients de cette situation dans le sud-est du département du Finistère où l'alimentation en eau a été sécurisée à la fin des années 80 par un réseau de canalisations de gros diamètre qui dessert six communautés de communes avec de l'eau potable qui est produite à Châteaulin à partir de la rivière Aulne. Cette infrastructure de sécurisation est gérée par le Syndicat mixte de l'Aulne.

    Le Syndicat mixte de l'Aulne c'est un outil qui a été créé par les collectivités du territoire et qui permet, parce qu'il dispose d'une ressource solide, la réserve de Saint-Michel notamment, et d'un soutien d'étiage presque garanti, mais là aussi, on est inquiet, il permet à chacun de se secourir en période estivale, et quand ses propres ressources se tarissent. Donc il est un outil indispensable sans qui on aurait déjà eu des pénuries d'eau sur le territoire. Sur le territoire de la presqu'île de Crozon, le Syndicat mixte de l'Aulne est peu sollicité l'hiver et très fortement l'été. Les proportions vont jusqu'à 80 % de notre eau en provenance du Syndicat mixte sur les mois de juillet, août et première quinzaine de septembre. On voit bien là l'enjeu pour nous et je dirais la dépendance à ce Syndicat et à cet outil-là.

    Jusqu'à aujourd'hui, on soutient l'étiage à partir de la retenue St-Michel. La retenue St-Michel, c'est 13 millions de mètres cubes. 10 millions, aujourd'hui, qui sont utilisables, si elle est pleine, pour le soutien d'étiage. Ça représente une grosse capacité. Par contre, c'est pas illimité et on se rend compte que sur certaines années, comme 2017, on a eu des difficultés pour remplir cette retenue.

    On s'interroge sur les niveaux de sécurisation par rapport à l'intensification des effets du changement climatique. Donc on a souhaité collectivement avec l'ensemble des acteurs de l'eau mener une réflexion globale, prendre un peu recul par rapport à ces sujets. Les problématiques de changement climatique n'ont pas de frontières, c'est-à-dire que ça ne va pas concerner un territoire et pas un autre. Il faut avoir conscience que ces enjeux de raréfaction de la ressource vont concerner tout le monde, avec des tensions différentes selon les secteurs. Mais c'est important, que face à ces enjeux, tous soient unis avec un même objectif pour y faire face.

    Le projet Water For Tomorrow va permettre d'accompagner les acteurs de ce territoire dans une réflexion prospective L'objectif étant de les aider à réfléchir à développer des stratégies d'adaptation de la gestion de l'eau de façon plus collective. La réflexion va s'appuyer sur le développement d'un modèle mais aussi et surtout sur une concertation qui associera élus, techniciens et scientifiques.

    Water for Tomorrow - site pilote du Sud Finistère : modèle de l’approvisionnement en eau potable

    Comment agir collectivement face au manque d'eau ? Le projet européen Water for Tomorrow vise à améliorer la gestion de l'eau en Angleterre et en France. Le Sud Finistère est l'un des 5 sites pilotes du projet.

    © BRGM

    Sur le territoire du Syndicat mixte de l'Aulne se pose la question de la résilience du système d'approvisionnement en eau potable face à l'évolution de la demande et de la disponibilité des ressources. Dans ces conditions, les besoins de sécurisation des collectivités auprès de leur ressource Aulne risquent de s'accentuer à l'avenir. Or cette ressource Aulne va aussi être impactée par le changement climatique.

    Vu l'importance de cette ressource à l'échelle départementale, c'est tout à fait cohérent d'avoir un outil pour nous aider à anticiper ou du moins à mieux réagir en temps de crise. Parce que des crises, on en aura forcément.

    C'est pour ça que nous avons construit un modèle hydro-économique représentant le système d'approvisionnement en eau potable sur l'ensemble du territoire, sécurisé par le Syndicat mixte de l'Aulne.

    Pour construire ce modèle, on commence par recenser toutes les ressources mobilisables, et on schématise comment l'eau peut être acheminée jusqu'aux communes de façon à satisfaire leurs besoins en eau. Nous avons pour cela sollicité les acteurs locaux pour trouver quelles ressources peuvent satisfaire quelles demandes en tenant compte des interconnexions du territoire. Nous avons aussi besoin de caractériser toutes les contraintes qui s'exercent sur les capacités de production. Il peut s'agir de contraintes techniques ou réglementaires sur les capacités de prélèvement, de traitement, ou bien sur le transport d'eau. Il peut aussi s'agir de contraintes sur la disponibilité des ressources.

    Alors ici, on est sur le site de Kergamet. Nous avons deux forages et un petit champ captant avec un puits principal. Sur ce site-là, on a des ressources très impactées par les périodes d'étiage. Dès la mi-juillet, on commence à avoir des soucis sur le niveau du champ captant comme c'est une ressource très superficielle. On utilise donc en plus grosse quantité l'eau des forages. Et également, ce qu'on peut faire, c'est importer de l'eau des ressources voisines de Saint-Avé, et également, on a la possibilité par ces ressources de prendre de l'eau du Syndicat mixte de l'Aulne, qui permet de sécuriser une partie de notre territoire par les imports qu'on peut faire en période d'étiage ou également si on a des soucis sur nos ressources.

    Les spécificités du SMA, c'est qu'on est, comme sur toute la région Bretagne, sur des aquifères de socle composés de schiste et de granit qui ont des réserves relativement limitées en comparaison aux gros aquifères sédimentaires. Sur ce type d'aquifère, on va avoir une remontée des nappes pendant la période de recharge, puis ça va diminuer tout au cours de l'année pour atteindre des minima sur la période d'août-septembre. Et ça implique par la suite une baisse de la production des ressources les plus superficielles. C'est des éléments qui sont pris en compte dans le modèle, individuellement pour chacune des ressources, qu'elles soient de type puits, forage ou des ressources superficielles.

    Ce modèle hydro-économique est implémenté informatiquement de façon à pouvoir simuler l'impact de différents scénarios futurs. Pour chaque scénario, le modèle va chercher à optimiser l'organisation de l'approvisionnement en eau potable sur le territoire pour satisfaire au mieux les besoins en eau sous contrainte des capacités de production. Ainsi, le modèle va déterminer dans quelle mesure il va être possible ou non de satisfaire les besoins en eau dans le scénario considéré.

    Il y a énormément d'intérêts à réaliser de la modélisation pour ce type d'étude. L'intérêt le plus important, c'est de pouvoir combiner une multitude de scénarios bien plus importante qu'avec des méthodes traditionnelles. L'intérêt de l'outil, ça va être justement de simuler ces confrontations et ces superpositions de scénarios et de paramètres pour nous permettre d'identifier plus finement quelles sont nos zones de fragilité et de vulnérabilité dans cette partie du département.

    Water for Tomorrow - site pilote Sud Finistère : Vers une stratégie de gestion collective

    Comment agir collectivement face au manque d'eau ? Le projet européen Water for Tomorrow vise à améliorer la gestion de l'eau en Angleterre et en France. Le Sud Finistère est l'un des 5 sites pilotes du projet.

    © BRGM

    Le Syndicat Mixte de l’Aulne (SMA) intervient dans la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable (AEP) du quart sud-ouest du Finistère. Son territoire d’action de 1300km² regroupe 5 EPCI qui rassemblent près de 180 000 usagers, et s’étendra prochainement à un 6ème EPCI. Chacun de ces territoires dispose de ressources propres et fait appel au SMA, selon les cas, en alimentation permanente ou en sécurisation ponctuelle.

    Ce territoire cumule plusieurs activités consommatrices d’eau potable : élevage, industrie, tourisme croissant et démographie influencée par la littoralisation. Ces besoins croissants sont confrontés à une diminution de la disponibilité des ressources (étiages, pollutions diffuses…), et il est possible que les réseaux AEP ne permettent pas de satisfaire tous les besoins à un horizon temporel plus ou moins proche.

    La multitude des points de prélèvements et le rôle de sécurisation collective du SMA justifient de réfléchir à la gestion durable des ressources de façon globale sur le territoire dans son ensemble, pour plus d’efficacité.

    Vue des champs, Picardie

    Site pilote "CABBALR"

    La Communauté d'agglomération Béthune-Bruay Artois Lys Romane (CABBALR) cherche à mieux prédire l’évolution future des ressources et besoins en eau pour les intégrer dans sa stratégie de développement du territoire.

    Water for Tomorrow - site pilote "CABBALR" : les enjeux de la gestion de l'eau sur le territoire

    Comment agir collectivement face au manque d'eau ? Le projet européen Water for Tomorrow vise à améliorer la gestion de l'eau en Angleterre et en France. La Communauté d'agglomération Béthune-Bruay Artois Lys Romane (CABBALR) est l'un des 5 sites pilotes du projet.

    © BRGM / Agence de l'eau Artois-Picardie / CABBALR

    L’eau n’a historiquement pas été une préoccupation majeure sur le territoire de la CABBALR, du fait de l’abondance d’une ressource souterraine et d’une pluralité des autorités organisatrice de l’eau sur son territoire : la nappe de la Craie.

    Néanmoins, les sécheresses de 2017 à 2019 ont conduit à une baisse des niveaux piézométriques, qui pourrait se pérenniser avec les changements climatiques. Parallèlement, les usages sont en cours d’évolution : augmentation de la demande en eau agricole, expansion des zones industrielles, développement de l’urbanisation.

    La CABBALR cherche donc à mieux prédire l’évolution future des ressources et besoins en eau pour les intégrer dans sa stratégie de développement du territoire et mieux se préparer aux situations de crise.