Volcan à Mayotte : nouvelles conclusions des campagnes océanographiques

De nouvelles campagnes océanographiques ont été menées à Mayotte au mois de juillet 2019, autour de la naissance d'un nouveau volcan sous-marin au large de l'île.
2 août 2019
Roches draguées sur le nouveau volcan

Roches draguées sur le nouveau volcan (Mayotte, juin 2019). 

© BRGM - Anne Lemoine 

Dans le cadre du programme de recherche mené à Mayotte pour comprendre l'origine des séismes qui touchent l'île depuis mai 2018, le BRGM a participé aux nouvelles campagnes océanographiques MAYOBS3 et MAYOBS4 qui se sont déroulées au mois de juillet 2019.

Ces campagnes d'observation se concentrent sur le volcan sous-marin en formation découvert en mai 2019 à 50 km de l’île de Mayotte et à 3 500 m de profondeur. La découverte de ce nouveau volcan sous-marin permet de mieux comprendre les séismes constatés depuis un an.

Une cartographie de la ride volcanique

Les campagnes "MAYOBS3" et "MAYOBS4" ont permis de cartographier la ride volcanique entre le volcan actif (à environ 50 km de l’île) et la zone sismique (à environ 15 km de l’île). La sismicité a diminué. Les séismes sont profonds (20 à 50 km). Des séismes profonds ont également été localisés entre la zone sismique principale (15 km de l’île) et la terre. Présents depuis le début, ils n'avaient pas été localisés lors des précédentes missions en raison de leur faible magnitude (entre 1 et 3).

Une nouvelle coulée identifiée

Les données récoltées confirment que la hauteur du volcan n’a pas évolué (sommet à 2 850 mètres de profondeur). En revanche, depuis le mois de juin, une nouvelle coulée volcanique a été identifiée sur le flanc ouest du volcan sous-marin. Son épaisseur atteint plus de 150 mètres. Le volume estimé est de 0,3 km3.

 Bathymétries lors des campagnes MAYOBS2 et MAYOBS4

Bathymétries relevées lors des campagnes MAYOBS2 et MAYOBS4. La nouvelle coulée est visible sur l'image de droite. 

© Équipe MAYOBS4 

Les campagnes "MAYOBS3" et "MAYOBS4" ont également permis de détecter des émissions de fluides ainsi que des panaches d’origine volcanique. Ces panaches n’atteignent pas la surface. Ceux du sommet du nouveau volcan, détectés en mai et juin, n’existent plus, alors que d’autres, plus petits, ont été détectés sur la nouvelle coulée.

Les premières images du fond

Deux plongées scampi (caméra près du fond) ont été réalisées sur le volcan. Elles montrent des laves en coussins et des laves cordées typiques de laves plus fluides. Des prélèvements de fluides ont été réalisés dans les panaches ; les analyses sont en cours. 

Des prélèvements de roches effectués sur les coulées récentes

Des prélèvements de roches ont été effectués sur les coulées récentes grâce à quatre dragues.

Les campagnes MAYOBS ont donc permis une très riche collecte de données. Les équipes scientifiques poursuivront à terre l’analyse de ces données pour mieux appréhender les risques éventuels associés à ces phénomènes sismo-volcaniques.
 

 Lave en coussins (à gauche) et laves cordées (à droite)

Lave en coussins (à gauche) et laves cordées (à droite). Photos prises par la caméra de fond Scampi sur la nouvelle coulée. 

© Équipe MAYOBS4