Pour mieux présenter les riches ressources géologiques du Bassin parisien, le service géologique national (BRGM) vient de dévoiler une nouvelle carte ludique et pédagogique centrée sur Paris.
23 mai 2022
Carte géologique pédagogique de Paris et ses environs. Carte géologique pédagogique de Paris et ses environs.

Carte géologique pédagogique de Paris et ses environs (BRGM Éditions, 2022).

© BRGM

Les emblématiques toits en zinc de Paris, les carreaux blancs du métro, le fer de la tour Eiffel, les pierres de Notre-Dame et des immeubles Haussmanniens sont quelques éléments d’un monde minéral méconnu qui règne pourtant en maître sur notre capitale et ses environs.

Malgré cette omniprésence discrète, nous faisons rarement le lien avec le sous-sol. Pourtant, outre ces exemples célèbres, de nombreux minéraux sont utilisés dans notre quotidien (santé, transport, construction, énergie). Bien que le recyclage se développe toujours plus, l’extraction de matières premières demeure une industrie toujours active dans le Bassin parisien.

Afin de permettre de visualiser facilement d’où viennent nos ressources, l’emplacement des nappes d’eau souterraine et les secteurs pouvant présenter des risques naturels, le BRGM a mis au point une nouvelle carte géologique à visée pédagogique.

Quelques exemples d'applications de cette nouvelle carte pédagogique

Des ressources minérales utiles

Les ressources minérales n’ont pas de frontières et ne se répartissent pas de manière aléatoire. Elles sont le fruit d’une longue histoire géologique sur plusieurs millions d’années, une durée souvent difficile à appréhender pour la plupart d’entre nous. Les carrières des environs de Paris sont ainsi autant de fenêtres sur le sous-sol, difficilement observable dans cette région de plaine.

L’extraction des ressources minérales répond depuis toujours aux besoins de nos sociétés. C’est particulièrement le cas à l’ère du numérique et de la transition énergétique, où le monde dématérialisé et les nouveaux modes de mobilité sont de grands consommateurs de matières minérales. La demande actuelle est donc particulièrement importante.

Le gypse, servant à fabriquer le plâtre et le ciment, est par exemple classé comme richesse d’importance nationale et d’intérêt européen. Une ressource d’autant plus stratégique qu’une très grande partie des ressources est difficile à atteindre en raison de l’urbanisation galopante. La carrière de gypse de Montmorency (Val d’Oise) est l’une des plus importantes de France (Société du Grand Paris).

L’eau, une ressource vitale et… souvent souterraine

Il n’y a pas que de la roche, dans le sous-sol. Il y a aussi de l’eau !

En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour. Les besoins quotidiens pour la population francilienne sont ainsi de 1,8 million de m3, soit plus de 500 piscines olympiques.

Une grande partie de l’eau que nous consommons provient des nappes phréatiques. La connaissance du sous-sol joue donc un rôle majeur pour caractériser cette ressource vitale.

En Île-de-France, on trouve plusieurs nappes phréatiques superposées, principalement dans des terrains calcaires et sableux. Ces nappes sont isolées par deux écrans argileux majeurs, souvent marqués en surface par la présence de sources dont l’eau a pu être captée et acheminée au cœur de la capitale.

Élément intéressant, les compositions en sels minéraux contenus dans l’eau varient selon la nature des roches environnantes. Entre le nord et le sud de Paris, on ne trouve d’ailleurs pas les mêmes teneurs en sulfates, carbonates, calcium, magnésium et sodium.

Aménagements et risques

La connaissance et la maîtrise du sous-sol représentent des enjeux majeurs pour l’établissement des constructions et des réseaux souterrains.

Il faut ainsi éviter les anciennes carrières, les zones de dissolution du gypse, prendre garde aux éboulements et aux secteurs où les nappes souterraines sont susceptibles de remonter, ou encore anticiper le phénomène de retrait-gonflement des argiles qui peut occasionner des désordres majeurs sur les bâtiments en surface. De ce fait, la réalisation de monuments a parfois représenté des défis techniques.