Plat’Inn : économie circulaire, entre le laboratoire et l’échelle industrielle

Avec sa plateforme technologique Plat’Inn, le BRGM renforce ses capacités expérimentales au service de l’économie circulaire et des écotechnologies. Chaînon intermédiaire entre la recherche et l’application, cet outil est notamment destiné aux PME-PMI et aux programmes de RDI (Recherche, Développement, Innovation) des grands donneurs d’ordre du secteur.

Plat’Inn cible le développement d’éco-technologies pour le traitement des ressources minérales primaires et secondaires et le recyclage des déchets, avec des capacités de quelques dizaines de kilos à près de 5 tonnes, soit l’échelle pilote ou semi-industrielle, étape ultime avant l’industrialisation des procédés mis au point. 

Fruit du redéploiement et du renforcement, sur 1000 m2, des moyens expérimentaux de la Halle pilote du BRGM, la plateforme a bénéficié de 2 M€ d’investissements – soutenus par la Région Centre-Val de Loire et Orléans Métropole – qui lui ont permis de se doter d’équipements de dernière génération pour le traitement/valorisation de la matière. 

Une trentaine de projets en cours 

Plat’Inn intègre différents outils multi-échelle de minéralurgie/métallurgie (concassage/ broyage, déchiquetage, échantillonnage, tri physico-chimique, traitement thermique, traitement hydrométallurgique) permettant des traitements en voie humide et en voie sèche. La plateforme vise également le renforcement des domaines d’excellence du BRGM que sont aujourd’hui la biolixiviation (extraction de métaux par des méthodes biologiques), l’électro-fragmentation ou les micro-ondes (fragilisation de la matière et séparation sélective) et la flottation (concentration). Elle dispose, enfin, d’outils de modélisation des procédés et d’évaluation environnementale (ACV : analyse du cycle de vie). 

Une trentaine de projets sont actuellement conduits au sein de ce véritable “laboratoire-usine”. Ils résultent des programmes de recherche et d’expérimentation propres au BRGM, de projets de RDI collaborative français (ANR) ou européens (Horizon 2020), et de nombreux partenariats industriels. Ces projets s’intéressent plus spécifiquement à la valorisation des déchets miniers et industriels, des déchets de la déconstruction urbaine et des déchets de produits en fin de vie, comme les équipements électriques et électroniques (DEEE).