Relocaliser l’extraction des ressources minérales : en Europe, les défis du lithium

Le lithium fait partie des matériaux essentiels à la transition énergétique. En Europe, il est importé alors que le continent en abrite des ressources considérables.
1 juin 2020
Exemple de roche riche en lithium

Exemple de roche riche en lithium qui donne la couleur violette de cette roche appelée pegmatite composée de micas lithinifères, de feldspath et de quartz (Haute-Vienne, 2009).

© BRGM - Eric Gloaguen

La France importe près de 100% de ses métaux et une partie significative des roches et minéraux de son industrie. La relocalisation de notre approvisionnement en matières premières minérales constitue donc un défi essentiel pour assurer une plus grande indépendance stratégique et améliorer les bilans carbone et économique de notre appareil productif. 

Car les matières premières de la transition énergétique et digitale se trouvent en fait dans notre sous-sol, sous nos pieds. Ces métaux tels que le nickel, le cuivre, le cobalt, le lithium ou encore les terres rares, entrent notamment dans la composition des batteries de nos ordinateurs, tablettes, smartphones, mais surtout dans celles équipant les véhicules électriques. 

Le potentiel en ressources minérales de la France est très largement sous valorisé à ce jour. Le pays abrite en effet d’importantes ressources en roches et minéraux industriels ainsi que de nombreux métaux (tungstène, antimoine, or, plomb, zinc, germanium, cuivre, lithium et molybdène). 

L’exemple du lithium, aujourd’hui raffiné principalement en Chine mais produit massivement en Australie et au Chili, est à ce titre un cas d’école. Le BRGM a réalisé en 2018 un inventaire des ressources en lithium en France métropolitaine, qui a mis en lumière certaines sources de lithium dans des roches dont le potentiel de valorisation est certain.