banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le lac d’Issarlès occupe un maar, dépression circulaire née d’un cratère d'explosion d'origine phréato-magmatique (Le lac d’Issarlès, Haute-Loire, 2007). © BRGM - François Michel

Dem'Eaux : vers un outil de gestion de l'eau sur le bassin de Thau

Communiqués de presse - 03.07.2017
Le lancement du projet Dem’Eaux Thau a lieu aujourd’hui à Sète. Ce démonstrateur illustrera le savoir-faire régional dans le domaine de l’eau à travers un partenariat entre organismes de recherche, université et entreprises.

L’objectif de Dem'Eaux Thau est de mieux comprendre les ressources en eau souterraine afin de développer d’ici 2020 un modèle de gestion. Le bassin de Thau a été choisi pour tester ce démonstrateur. Projet inscrit au Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020, d’un montant de 5,2 millions d’euros, son financement est assuré par l’Etat (12%), la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (26%), l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (17%), le fonds européen FEDER (11%), Montpellier Méditerranée Métropole (4%), la commune de Balaruc-les-Bains, le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, les unités de recherche et entreprise partenaires.

Emergence de la Vise dans le bassin de Thau

Emergence de la Vise dans le bassin de Thau.

Alimentation en eau potable sur des villes comme Sète, activité conchylicole au niveau de l’étang, thermalisme sur la presqu’île avec ses dizaines de milliers de curistes annuels… ces usages sont dépendants des ressources en eau souterraine dans le secteur de Thau et de Balaruc-les-Bains. Or cette ressource est complexe, car sur ce secteur convergent différents réservoirs superficiels et profonds : eaux karstiques froides des Causses d’Aumelas et de la Gardiole, eaux d’origine marine (lagune et mer), eaux thermales chaudes et minéralisées. L’aquifère de la presqu’île de Balaruc a notamment subi des intrusions d’eau saumâtre par l’intermédiaire de la source sous-marine de la Vise, située dans l’étang de Thau. Lors de ce phénomène dit « d’inversac », cette source absorbe l’eau saumâtre de la lagune au lieu de fournir de l’eau douce utile à la vie biologique de l’étang. Six mois d’inversac ont ainsi été observés en 2010 ou en 2014, avec par exemple pour conséquence l’abandon de la source Cauvy pour l’alimentation en eau potable.

Établir les conditions d’une exploitation raisonnée

Les enjeux économiques, la fragilité de l’équilibre entre les différents réservoirs et la complexité de leur fonctionnement ont justifié que le projet de démonstrateur Dem’eaux s’ancre sur ce territoire. Les compétences régionales mobilisées couvrent la géologie, l’hydrogéologie, la géochimie, la modélisation, la gestion des données… Des campagnes de mesure en surface et en profondeur seront menées dès l’automne 2017. L’objectif est de développer un outil de gestion des eaux souterraines intégrant l’impact des prélèvements mais aussi des changements globaux comme le dérèglement climatique. A terme, la démarche scientifique fournira les éléments techniques indispensables à une gestion patrimoniale et concertée de la ressource en eau animée par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau. Ce transfert de technologie permettra aux instances de concertation et plus particulièrement à la Commission Locale de l’Eau du SAGE Thau-Ingril d’établir les conditions d’une exploitation raisonnée des ressources, en maintenant la qualité des eaux de la lagune de Thau et les activités économiques qui en dépendent.

À PROPOS DU PROJET

Le projet Dem’Eaux Thau durera jusqu’en 2020. Coordonné par le BRGM, il est mené en partenariat avec d’autres unités de recherche (UMR Géosciences Montpellier, UMR Hydrosciences) et une entreprise spécialisée en informatique (Synapse), ainsi que les gestionnaires de la ressource en eau du territoire (Syndicat mixte du bassin de Thau).

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le communiqué de presse

CONTACT PRESSE

Alice Chaumerat

+33 (0)2 38 64 48 47

+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34