banner-ombre-top
banner-ombre-left
Vue sur les maars de Moya situés en Petite-Terre (Moya, Mayotte, 2012). © BRGM - Dominique Tardy

Un séisme ressenti à Mayotte le 27 octobre 2016

03.11.2016
Un séisme a été ressenti le 27 octobre 2016 vers 9h02 (heure locale) dans une grande partie de l’archipel de Mayotte. Le BRGM rend public un point de situation actualisé au 3 novembre 2016.

Avertissement

Cette note initialement produite le 27 octobre dernier a été actualisée après l’analyse des témoignages reçus et des données des trois stations accélérométriques du BRGM situées à Mayotte.

Ce que l’on sait du séisme du 27 octobre 2016

Un séisme a été ressenti le 27 octobre 2016 vers 09h02 (heure locale) dans une grande partie de l’archipel de Mayotte. Des témoignages indiquent que le séisme a été ressenti dans plusieurs localités de l’île (Mamoudzou, Dzaoudzi, Bandrélé, …). Par exemple à Bandrélé, au 1er étage d’une habitation, une habitante témoigne avoir entendu un énorme bruit, perçu le sol se soulever et ressenti le passage de deux vaguelettes.

Contrairement au dernier séisme ressenti dans l’archipel le 21 septembre dernier, ce séisme du 27 octobre n’a pas été enregistré par les principaux réseaux internationaux, qui localisent tous les séismes de magnitude supérieure à 4,5 dans cette région du monde. Ceci confirme la magnitude relativement faible de ce séisme récent du 27 octobre 2016, sans doute inférieure à la magnitude 4,5.

Cependant, ce séisme a bien été ressenti à Mayotte, ce qui indique, malgré sa plus faible magnitude qu’il a du se produire à une distance proche et que sa magnitude était notable (supérieure à 3).

Le BRGM est membre du Réseau Accélérométrique Permanent français (RAP) et à ce titre son implantation régionale à Mayotte entretient trois stations accélérométriques :

  • A Kawéni (Mamoudzou) dans les locaux du Brgm : Cette station est télétransmise en continu vers le réseau national.
  • Sur Petite Terre dans les locaux de la Préfecture (Dzaoudzi). Cette station n’est pas connectée au réseau en permanence.
  • Sur la commune de Dembéni, dans les locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte à Iloni. Cette station n’est pas non plus connectée au réseau en permanence.

Le séisme a été parfaitement enregistré sur les trois stations (voir ci-dessous). L’analyse de ces 3 enregistrements permet de proposer une estimation de la localisation de cet évènement.

Ces trois enregistrements sont présentés ci-dessous :  

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte (PNMM), à Iloni (station MILA).

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte (PNMM), à Iloni (station MILA).

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du SIDPC, à la préfecture, à Dzaoudzi (station MDZA).

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du SIDPC, à la préfecture, à Dzaoudzi (station MDZA).

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du BRGM Mayotte à Kawéni (station YTMZ).

Enregistrement de l’accéléromètre installé dans les locaux du BRGM Mayotte à Kawéni (station YTMZ).

Une analyse sismologique de ces enregistrements permet de noter que :

  • les ondes sismiques arrivent en premier à Mamoudzou, puis à Dzaoudzi ;
  • les arrivées d’ondes à Dzaoudzi sont plus rapides qu’à Iloni

L’ordre d’arrivée aux stations permet donc de proposer l’hypothèse que l’épicentre est plus proche de Mamoudzou que de Dzaoudzi et d’Iloni, ce qui correspondrait donc à un séisme qui serait survenu plutôt au Nord de Mayotte. Cependant les témoignages reçus proviennent plutôt de l’Est et du Sud de l’archipel.

Les essais de pointés des ondes donnent les résultats suivants :

  • Station Mamoudzou (YTMZ) :
    • P_ 06 :02 :53.496
    • S_ 06 :02 :55.655
    • S-P =2.16s (hypocentre=foyer situé à environ 20 km è distance à l’épicentre = 17.3 km si profondeur fixée arbitrairement à 10 km)
  • Station Dzaoudzi (MDZA) :
    • P_ 06 :02 :53.998
    • S_ 06 :02 : 56.419
    • S-P= 2.42s (hypocentre=foyer situé à environ 23 km è distance à l’épicentre =20.7 km si profondeur fixée arbitrairement à 10 km)
  • Station Iloni (MILA) (station non calée par GPS, non exploitable) :
    • P_ : 06 :02 :39.11
    • S_ : 06 :02 :41.72
    • S-P=2.61 s (hypocentre=foyer situé à environ 24 km è distance à l’épicentre =21.8 km si profondeur fixée arbitrairement à 10 km)

La localisation de l’épicentre est supposée par triangulation être située proche des coordonnées suivantes : -12.67S ; 45.10°E (pour une  profondeur fixée à 10 km), soit vers 5 km au Nord Est de Mtsamboro (voir figure ci-dessous). Cette localisation reste très approximative, l’incertitude de localisation est de l’ordre de 5 à 10 km.

Une autre possibilité serait une localisation plus au Sud-Est, ce qui correspondrait mieux aux témoignages reçus, qui ne sont cependant que très parcellaires. Toutefois cette localisation n’est pas privilégiée à l’issue de l’étude des enregistrements.

La profondeur du séisme ne peut pas être évaluée à partir des données collectées. Elle est sans doute faible, le séisme ayant été assez fortement ressenti et sa magnitude est supposée assez faible (voir ci-dessous). Par convention elle est ici fixée à 10 km.

Par analogie avec des séismes similaires survenus dans la région et enregistrés sur le même type de stations, la magnitude locale (Ml) peut être estimée pour cet évènement de l’ordre de 3.5 à 4.0. En effet pour une accélération de 6 mg (6 millième de l’accélération de la pesanteur) à 20 km de distance et pour la période 0.1 seconde, cela correspondant à une magnitude de 3,5 à 4,0 selon les abaques généralement utilisés. Il convient de noter que cette évaluation est également approximative. Cette magnitude serait compatible avec une aire de perception relativement importante pour cet évènement.

Evaluation de la localisation de l’épicentre de l’évènement par triangulation à partir des distances estimées par les 3 stations du BRGM ayant enregistré l’évènement du 27 octobre.

Evaluation de la localisation de l’épicentre de l’évènement par triangulation à partir des distances estimées par les 3 stations du BRGM ayant enregistré l’évènement du 27 octobre.

Ce séisme a par ailleurs été enregistré par la station sismique de Sambava à Madagascar. La station de Sambava est située à plus de 500 km de Mayotte et n’apporte pas de précision sur la localisation.

Séisme du 27/10/2016 - Enregistrement de l’observatoire de Sambava.

Séisme du 27 octobre 2016 - Enregistrement de l’observatoire de Sambava. On note par ailleurs qu’un autre séisme, plus faible, a été enregistré la veille, 26 octobre, un peu avant 19h30.

Sur la même station, le signal de ce séisme est nettement inférieur à celui du séisme du 21 septembre 2016 (dernier séisme important dans cette région). La magnitude du séisme du 27 octobre était donc sans doute beaucoup plus faible que celui de septembre. Ce dernier était d'une magnitude de l’ordre de 5.1, mais était situé à grande distance de Mayotte (environ 200 km).

Séisme du 21/09/2016 - Enregistrement de l’observatoire de Sambava.

Séisme du 21 septembre 2016 - Enregistrement de l’observatoire de Sambava.

Le séisme du 21 septembre et celui du 27 octobre s’inscrivent dans une sismicité connue et modérée dans le canal du Mozambique, comme on peut le voir sur la figure ci-dessous :

Sismicité enregistrée depuis 1990 dans la région du canal du Mozambique

Sismicité enregistrée depuis 1990 dans la région du canal du Mozambique.

Une sismicité modérée mais mal connue à Mayotte

La sismicité dans cette région demeure à ce jour assez mal connue. Un rapport du BRGM paru en 2000 relève que la sismicité est réelle comme en témoigne par exemple l’événement du 1er décembre 1993 (intensité épicentrale VII-VIII ; magnitude Mb=5,2 ; profondeur 10 km) qui est heureusement survenu en mer à une quarantaine de kilomètres à l’Ouest de l’île principale. Ce séisme est le plus fort relevé dans l’archipel comorien depuis au moins 60 ans. Des dommages nombreux ont été relevés sur des cases d’habitation à Mayotte.

L’archipel des Comores présente, le long de ses 500 kilomètres, une sismicité diffuse qui a probablement une double origine volcanique et tectonique. Cette sismicité est cependant régulière avec une fréquence relativement importante de séismes de magnitude proche de 5 (au moins cinq séismes relevés au cours de ces 20 dernières années : 21/5/2000 proche de Moheli (Mw 5.2) ; 23/6/2007 Banc de Geyser (Mw 5.1) ; 14/10/2010 Nord-Ouest de Grande Comore (Mw 5.2) ; 9/9/2011 Est d’Anjouan (Mw 5.0) ; 21/9/2016 Ouest de Moheli (mb 5.1). En revanche, aucun séisme destructeur de magnitude supérieure à 6 n’a été enregistré à proximité de Mayotte.

Une étude d’aléa sismique permettrait de mieux connaître la sismicité de la région et d’estimer les périodes de retour associées à des événements pouvant impacter le bâti.

Sismicité instrumentale dans l’archipel des Comores (catalogues : ISC jusqu’en 1997 et NEIC jusqu’en 2000).

Sismicité instrumentale dans l’archipel des Comores (catalogues : ISC jusqu’en 1997 et NEIC jusqu’en 2000).

Sismicité historique dans l’archipel des Comores.

Sismicité historique dans l’archipel des Comores (source : site SisFrance Réunion).

Contexte sismotectonique

Les zones sismotectoniques présentant une sismicité notable autour de Mayotte sont : le rift Est-Africain, la ride de Davie, le bassin du Mozambique, le bloc de Madagascar et l'archipel des Comores.

Les séismes des Comores ont probablement une double origine qui traduit :

  • leur position géodynamique sur un point chaud actif,
  • leur position probable au front de la déformation du rift Est-Africain.

La croûte océanique du bassin des Comores supporte les quatre îles volcaniques de Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte. Mayotte constitue l’île volcanique la plus ancienne. De nos jours, l’activité volcanique est restreinte au volcan du Karthala à la Grande Comore. L’ouverture du rift Est-Africain se poursuit en mer en utilisant le système de failles de la ride de Davie et semble progresser vers le sud-est, c’est-à-dire vers les Comores et Madagascar. Il est probable que ce phénomène remette en activité les anciennes failles de ces deux secteurs, et en particulier les failles sub-méridiennes parallèles au rift Est-Africain et à la ride de Davie.

Cadre sismotectonique des Comores et de Mayotte (source : CCGM et UNESCO, 2001).

Cadre sismotectonique des Comores et de Mayotte (source : CCGM et UNESCO, 2001).

Un territoire concerné par la nouvelle réglementation parasismique

Alors que Mayotte était hors du cadre réglementaire national jusqu’en 2011, la nouvelle réglementation parasismique s’y applique désormais. Le département de Mayotte est ainsi entièrement situé en zone de sismicité modérée (zone de sismicité 3). Cette classification est en cohérence avec la sismicité reconnue dans cette région.

Pour mémoire, dans une telle zone de sismicité modérée, toutes les constructions nouvelles ou portant des modifications à des constructions existantes sont concernées par la réglementation parasismique. Par ailleurs, les établissements scolaires ainsi que les ouvrages dont le fonctionnement est primordial pour la sécurité civile font systématiquement l’objet à Mayotte d’une étude de site afin d’évaluer les mouvements sismiques de référence à prendre en compte pour la construction ou la rénovation de ces ouvrages.

Toute personne souhaitant témoigner, qu’elle ait ou non ressenti le séisme, est invitée à déposer son témoignage auprès du BRGM au 02 69 61 28 13.

CONTACTS

BRGM
Direction Risques et Prévention / Unité Risques sismique et volcanique
Direction des Actions Territoriales - Mayotte
Note préparée par : J. Rey, S. Bès de Berc, T. Bertil et G. Dectot

Contact BRGM Océan Indien
S. Bès de Berc
s.besdeberc@brgm.fr
Tél. : 02 62 21 22 14

Contact BRGM Orléans
Olivier Bouc
o.bouc@brgm.fr
Tél. : 02 38 64 48 21

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34