banner-ombre-top
banner-ombre-left
Un concentré de pépites d'or (Guyane, 2005). © BRGM - Jean-François Tomassin

Lutte contre l’orpaillage illégal : le BRGM partenaire du WWF Guyane

23.02.2016
Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM.

Est-il possible d’établir une carte d’identité des grains d’or, permettant de caractériser voire de garantir leur provenance géographique ? C’est la question qu’a soulevée le WWF en vue de lutter contre l’orpaillage illégal, dans le cadre du projet TAO (Traçabilité analytique de l’or de Guyane), financé par l’Union Européenne (fonds FEDER).

Le BRGM a apporté des pistes de réponse très prometteuses en étudiant une trentaine d’échantillons d’or guyanais.

Projet TAO - Traçabilité analytique de l’or de Guyane

  • Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM. 1er épisode : les enjeux de la traçabilité de l'or de Guyane. © BRGM / WWF Guyane - 2015

  • Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM. 2e épisode : les analyses nécessaires pour remonter à l'origine de l'or. © BRGM / WWF Guyane - 2015

  • Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM. 3e épisode : les applications concrètes d'une traçabilité physico-chimique de l'or. © BRGM / WWF Guyane - 2015

Une traçabilité de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal en Guyane

Riche en ressources minérales, la Guyane possède un potentiel en or estimé à un minimum de 200 tonnes. Deux filières minières se partagent aujourd’hui son extraction : une filière officielle, employant environ 500 personnes pour une production annuelle comprise entre 1 et 2 tonnes, et un secteur illégal produisant environ 10 tonnes par an grâce à une main d’œuvre majoritairement clandestine pouvant compter jusqu’à 10 000 "garimpeiros".

Alors que les activités minières officielles sont encadrées et tentent de maîtriser leurs impacts environnementaux, les pratiques des orpailleurs illégaux sont particulièrement néfastes : destruction et pollution des cours d’eaux, émissions de mercure, absence de réhabilitation des sites après exploitation…

L’enjeu du projet TAO est d’améliorer la lutte contre l’orpaillage illégal, en mettant au point des procédés permettant de connaître l’origine de l’or commercialisé, et notamment de distinguer son origine légale ou illégale.

Des méthodes d’analyse complémentaires pour déterminer la provenance de l’or

Dans le cadre du projet TAO, le BRGM a apporté son appui scientifique pour la caractérisation physico-chimique de l'or. Les scientifiques ont eu recours à une palette de méthodes d’analyse : étude de la morphologie, des inclusions de minéraux, de la composition chimique et des éléments traces présents dans les grains d’or.

Les résultats de cette étude exploratoire sont très prometteurs, comme le montre le test des "échantillons aveugles" proposé par WWF. A côté des échantillons de provenance connue, cinq étaient fournis sans indication sur leur origine. Le BRGM a pu identifier avec succès les provenances de ces cinq échantillons, sur la base de leur "carte d’identité" physico-chimique.

Une première à l’échelle du continent sud-américain

Il existait jusqu’à maintenant peu d’outils d’analyse pour déterminer l’origine du métal à partir de ses propriétés physico-chimiques. Il s’agit ici d’une première à l’échelle du continent sud-américain.

Les applications restent à concrétiser dans les années à venir. Les enquêtes judiciaires autour de l’orpaillage pourraient notamment disposer d’un outil supplémentaire pour déterminer l’origine d’échantillons saisis. En parallèle, dans un esprit de "traçabilité positive", les opérateurs miniers pourraient valoriser leurs bonnes pratiques à l’aide d’une garantie d’origine.

POUR ALLER PLUS LOIN

Lire le communiqué de presse

En savoir plus sur le projet TAO

Consulter le rapport public "Faisabilité technique d’une traçabilité physico-chimique de l’or de Guyane"

Visiter le site internet du WWF Guyane

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34