banner-ombre-top
banner-ombre-left
Campagne ReunEM de géophysique héliportée à la Réunion. © BRGM - René Carayol

GEOFCAN 2016

Du 08 au 09 Novembre 2016 - Orléans (BRGM) - Colloque
Le BRGM organise le 10e colloque GEOFCAN (Approche GEOphysique et structurale de l’organisation spatiale et du Fonctionnement des Couvertures pédologiques Anthropisées et Naturelles), les 8 et 9 novembre 2016 au BRGM à Orléans.

GEOFCAN (approche GEOphysique et structurale de l’organisation spatiale et du Fonctionnement des Couvertures pédologiques Anthropisées et Naturelles) est un réseau de laboratoires de différents instituts de recherche liés par un protocole d’accord.

Le réseau est composé par l’UPMC, l’UPSUD, l’IRD, l’INRA, le BRGM et l’IRSTEA. Son objectif est de rassembler des compétences techniques et des connaissances pratiques et théoriques dans le domaine de la géophysique de subsurface appliquée aux formations superficielles. Tous les deux ans, ce groupe organise un colloque francophone sur ce thème.

En 2016, le 10e colloque GEOFCAN, organisé par le BRGM, aura lieu à Orléans les 8 et 9 novembre 2016.

Logo GEOFCAN

Au programme du colloque GEOFCAN 2016

Hydrogéophysique

A l’interface entre l’hydrologie, l’hydrogéologie, la physique des sols et des milieux poreux, l’hydro-géophysique traite des questions mettant en œuvre les technologies de la géophysique de subsurface pour caractériser les milieux poreux saturés ou non et leur fonctionnement hydrique, sur des échelles allant du décimètre au kilomètre.

On présentera ici des méthodologies et des études de cas qui permettent la description de milieux poreux en général (matériaux de génie civil, sols, roches) et de la zone critique en particulier (ensemble s’étendant du toit de la couverture végétale jusqu’au toit de la roche non-altérée) ainsi que leurs propriétés de transport.

Archéogéophysique

L'utilisation des méthodes géophysiques dans le cadre de la prospection archéologique prend une place de plus en plus importante depuis plusieurs décennies. Ces méthodes non destructives constituent un atout précieux dans la compréhension rapide et globale des sites archéologiques par l’apport des informations sur les structures présentes dans le sous-sol qui ne sont révélées par aucun indice en surface. Cependant, l’utilisation de la géophysique pour l’archéologie n'est possible que par une interaction étroite entre archéologue et géophysicien, à la fois pour la définition des problématiques mais aussi pour l’interprétation des résultats géophysiques. On présentera des exemples d’études de cas permettant de localiser des sites archéologiques.

Méthodes inverses

Les mesures réalisées à la surface du sol ou dans des forages en utilisant différentes méthodes géophysiques ne peuvent être exploitées telles quelles pour caractériser ou "imager" le sous-sol. Le processus d’inversion est une étape  de traitement indispensable qui permet de déterminer les structures et/ou les flux qui sont à l’origine des anomalies mesurées et d’interpréter les résultats de manière quantitative. Ce processus est une mathématique basée sur  un processus de modélisations conduisant à réduire  l’écart entre la réponse observée et la réponse calculée afin de déterminer un modèle du sous-sol satisfaisant, selon un critère objectif qui correspond aux données a priori ou mesurées. On présentera ici quelques méthodes d’inversion illustrées par des exemples d’application.

Modèles et expérimentations de laboratoire

La géophysique n’a de sens que par les modèles expliquant les phénomènes physiques mesurés. Empiriques ou phénoménologiques, les modèles géophysiques permettent de relier la mesure au paramètre intéressant le thématicien (teneur en eau, porosité, température, teneur en argile, élasticité, cohésion, concentration électrolytique, potentiel RedOx, etc.).

Les expérimentations en laboratoire sont souvent un lien entre le modèle et l’observation in situ. Elles simulent des phénomènes physiques en conditions simplifiées et maitrisées.

On présentera ici des modèles théoriques géophysiques assortis ou non d’expérimentations de laboratoire ou d’observations de terrain.

Cartographie numérique des sols

La cartographie du sol a connu d’importantes avancées depuis ses débuts il y a plus d’un siècle. La cartographie numérique des sols (DSM en anglais : Digital Soil Mapping), correspond à des techniques numériques qui vise à prédire des classes de sol ou  des propriétés de sol en utilisant d’une part des données pédologiques et d’autres part des données spatiales, appelées covariables. On trouve parmi ces covariables des données issues de prospections géophysiques. Des exemples d’application seront présentés.

CONFÉRENCES INVITÉES

  • Philippe Lagacherie, INRA - "Comment utiliser les données issues de prospections géophysiques sur les sols pour la cartographie numérique des sols ?"
  • Daniel Hubé, BRGM - "Destruction massive d’anciennes munitions chimiques de la Grande Guerre près de Verdun. Une vision originale sur une histoire oubliée grâce aux géosciences"

PROGRAMME COMPLET

Accéder au programme complet du colloque

LIEU

Auditorium du Centre Scientifique et Technique du BRGM

3 avenue Claude-Guillemin - Orléans Cedex 2

INFOS PRATIQUES

Liste d'hôtels conseillés proches du BRGM

DATES CLÉS

INSCRIPTION

S'inscrire au colloque

TARIFS ET INFORMATIONS BANCAIRES

Tarifs* (déjeuners inclus) Inscription
jusqu’au 07/10/2016
Inscription
à partir du 08/10/2016
Tarif normal 100 € TTC 150 € TTC
Etudiants 50 € TTC 50 € TTC
Dîner de gala (en supplément) 50 € TTC 50 € TTC
Stand exposant** 300 € TTC 350 € TTC

*Frais bancaires éventuels à la charge de votre établissement.
**Le prix comprend le stand avec les droits d’une inscription.

Les frais d'inscription sont à régler par virement en utilisant le RIB suivant :

Titulaire du compte : BRGM
Domiciliation agence : Société Générale, 14 avenue des Droits de l’Homme, 45000 Orléans
Banque : 30003
Agence : 01540
Numéro de compte : 00020027669
Clé : 86
IBAN: FR7630003015400002002766986
BIC : SOGEFRPP

Merci de suivre strictement le modèle de référence de paiement suivant : GEOFCAN2016_NomPrénom_Institut/Université
Par exemple pour Omar Sy de l’Université Paris-Sud, la référence de paiement sera GEOFCAN2016_SyOmar_UniversiteParisSud.

ENVOI DES RESUMÉS POUR LES ACTES DU COLLOQUE

Pour la rédaction des actes du colloque GEOFCAN 2016, il est demandé aux auteurs de transmettre leurs résumés étendus (4 pages maximum) pour le 2 septembre 2016 au plus tard.

Consulter les consignes aux auteurs

COMITÉ D'ORGANISATION

  • Fawzia Asfirane, BRGM
  • Jean-Christophe Gourry, BRGM
  • Roger Guérin, président de GEOFCAN, UPMC Paris 6
  • Nolwenn Hervio, BRGM
  • Sylvain Moreau, IRSTEA
  • Marc Pessel, UPSUD
  • Henri Robain, IRD
  • Maud Seger, INRA

CONSEIL SCIENTIFIQUE

  • Hervé CHAURIS, Mines ParisTech
  • Rémi CLEMENT, IRSTEA HBAN
  • Isabelle COUSIN, INRA, Sols
  • Marc DESCLOITRES, IRD, LTHE
  • Anne-Marie DUVAL, CEREMA
  • Jérôme GAILLARDET, IPGP
  • Jean-François GIRARD, Université de
  • Strasbourg, EOST
  • Gilles GRANDJEAN, BRGM
  • Donatienne LEPAROUX, IFSTTAR,
  • GeoEND
  • Frédéric NGUYEN, Université de Liège,
  • GEO3
  • Fayçal REJIBA, UPMC, METIS
  • Albane SAINTENOY, UPSUD, GEOPS
  • Catherine TRUFFERT, IRIS Instruments

CONTACT

BRGM
DRP/RAI
3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009
45060 Orléans Cedex 2 - France
Téléphone : +33 (0)2 38 64 33 37

Courriel : geofcan2016@brgm.fr

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger la première circulaire

Télécharger la seconde circulaire

GEOFCAN - Logos des partenaires

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34