banner-ombre-top
banner-ombre-left
Un concentré de pépites d'or (Guyane, 2005). © BRGM - Jean-François Tomassin

TAO (Traçabilité analytique de l’or de Guyane) - Les applications

22.02.2016

Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM. 3e épisode : les applications concrètes d'une traçabilité physico-chimique de l'or.

Caractériser la provenance géographique de l’or pour lutter contre l’orpaillage illégal : tel est l’objectif du projet TAO, mené par le WWF Guyane en partenariat avec le BRGM. 3e épisode : les applications concrètes d'une traçabilité physico-chimique de l'or. © BRGM / WWF Guyane - 2015

Transcription de la vidéo

- Les problèmes associés au phénomène d'orpaillage illégal sont multiples. Le 1er qui vient, naturellement, c'est l'impact sur l'environnement, sur cette forêt préservée et, notamment, au sein du parc amazonien de Guyane. Il y a d'autres, bien entendu, impacts. Des impacts en termes de criminalité. Donc de sécurité. Sécurité vis-à-vis des populations locales qui vivent au plus près des garimpeiros, mais aussi sécurité de ces garimpeiros à travers tous les crimes et délits qui peuvent être commis en forêt.

- La traçabilité de l'or devrait avoir des applications certaines dans le cadre judiciaire sur plusieurs points. Le 1er point, la possibilité de faire des comparaisons physico-chimiques entre différents prélèvements. Des prélèvements saisis dans le cadre de procédures judiciaires et des prélèvements faits sur site afin de localiser la provenance de l'or. 2e point. À l'international, on peut envisager de travailler sur la captation des avoirs criminels à l'étranger tout simplement en identifiant la provenance de l'or qui se trouve dans les comptoirs du Suriname ou du Brésil, puisque la majeure partie de l'or extrait de Guyane illégalement part au Brésil ou au Suriname.

- Nous sommes ici sur une concession minière qui appartient à la compagnie minière de Boulanger. En tant qu'opérateur minier, mais aussi et surtout en tant que président de la grappe ORkidé, je considère que cette action va dans le bon sens dans la mesure où elle va permettre de différencier l'or produit par les opérateurs légaux de l'or qui peut être produit illégalement. Vous n'êtes pas sans savoir qu'en Guyane, malheureusement, il y a beaucoup d'opérateurs illégaux. Outre le fait que les clandestins et les illégaux pillent les réserves qui pourraient être exploitées par les opérateurs légaux, ils conduisent à véhiculer une mauvaise image de l'activité minière parce que les populations ont parfois du mal à faire la différence entre ce qui se passe dans les mines légales et dans les mines clandestines.

- La SAAMP est un acteur majeur dans les métaux précieux depuis plus de 40 ans. en France et dans les DOM-TOM, puisque nous sommes implantés en Guyane. Aujourd'hui, ce qui est intéressant avec le procédé TAO, c'est, justement, de proposer de l'or tracé de Guyane. L'idée directrice, c'est d'avoir vraiment un produit qui bénéficierait d'une appellation d'origine contrôlée, qui serait du 100 % "made in France". L'idée, encore une fois... Nous, nous avons la possibilité de travailler avec des fabricants, des joailliers, l'industrie de la bijouterie. L'investissement... Ou même l'industrie générale. Nous avons la possibilité de vendre notre or et ce qui serait vraiment très intéressant pour tous nos clients, ça serait d'avoir un or qui serait traçable, propre et français.

- Dans la globalité, ce qui est important, c'est de savoir que l'or est extrait de manière responsable et répond à certains standards, que ce soient des standards d'origine, comme une appellation d'origine contrôlée, ou que ce soient des standards économiques, environnementaux ou organisationnels sur le terrain. Et, pour ça, il faut une série de standards qui soient solides et qui soient vérifiés sur le terrain à l'origine auprès de la mine. Il faut dire que la traçabilité physique... Le but de la traçabilité physique, c'est de garantir au consommateur à la fin que son or provient bien d'un site et d'une mine.

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34