banner-ombre-top
banner-ombre-left
Les grès rouges de la formation d'Eriksfjord - Province du Gardar (Sillisit, Groenland, 2013). © BRGM - Nicolas Charles 

Le métier de géologue

15.12.2008

Le métier de géologue - film de vulgarisation réalisé à l'occasion de l'exposition La Terre et nous à la Cité des sciences et de l'industrie, du 16 décembre 2008 au 30 août 2009.

Le métier de géologue - film de vulgarisation réalisé à l'occasion de l'exposition La Terre et nous à la Cité des sciences et de l'industrie, du 16 décembre 2008 au 30 août 2009. © BRGM / Cité des Sciences et de l'Industrie

Transcription de la vidéo

La géologie est une science qui permet d'étudier le passé, la Terre depuis sa formation. Ce qui est important, c'est de comprendre comment ça s'est passé pour essayer d'anticiper ce qui va venir. Ça s'est formé comme ça, ça s'est transformé comme ça. Donc, de manière analogue, on vivra telle chose.

Les qualités requises pour être géologue : être un grand observateur, curieux, pugnace comme un détective qui veut absolument trouver la réponse à une question. Il faut avoir cet ensemble de choses pour pouvoir tenir et remplir les objectifs qu'on s'est fixés au départ.

Le géologue a une panoplie d'outils à son actif, dont ceux qui lui permettent de faire une observation in situ. Par exemple, son marteau, sa boussole, son appareil photo, sa tablette ou son carnet de terrain. Et puis, également, s'il a besoin de voir les formations géologiques en profondeur, il va forer. Il aura des foreuses plus ou moins profondes, voire des petites carotteuses, quelque chose qui pénètre la terre jusqu'à une trentaine de mètres, pas plus. Tout ça va lui permettre de faire des prélèvements in situ, qui vont être ensuite analysés dans des laboratoires, par exemple.

On pourra aussi utiliser des capteurs géophysiques pour pouvoir obtenir leurs propriétés physiques. On a aussi toute une panoplie de capteurs qui peuvent être portés soit par un géophysicien à pied, soit en voiture, soit, carrément, en avion, voire, maintenant, en satellite.

L'ensemble de l'information qu'on récolte, qu'elle soit liée à l'observation ou qu'elle soit liée à des mesures avec des capteurs, on l'archive dans des bases de données vivantes. Avec un mot, vous avez accès à un ensemble d'informations, qui sont dans plein de bases de données, qui sont géographiquement réparties dans le monde, détenues par des gens qui n'ont rien à voir les uns par rapport aux autres.

Par exemple, les calcaires du Bajocien. On peut avoir accès à un ensemble d'informations liées à ce terme, calcaire du Bajocien. À partir de là, on peut faire une intégration beaucoup plus nouvelles technologies que celles qu'on pouvait faire avant.

Tantôt, on a des supports très professionnels, comme la carte géologique, qui sont lisibles, surtout, par des initiés, mais on tente de plus en plus de livrer aussi des supports comme des modèles tridimensionnels, exploitables par tout un chacun. C'est très important de pouvoir se rapprocher de l'utilisateur et de pouvoir toucher un maximum d'individus. Étant donné qu'il faut pouvoir éduquer la population, lui donner des informations et de la compréhension du système, il faut aussi qu'on puisse se mettre à ce niveau de simplicité.

Le métier de géologue est un métier d'avenir. Face aux défis que la société est en train de rencontrer, on aura de plus en plus besoin de géoscientifiques. La société fait de plus en plus appel à la connaissance géologique.

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34