banner-ombre-top
banner-ombre-left
Une éruption fissurale au niveau de la partie sommitale de l'Etna (Sicile, Italie, 2000). © BRGM - Patrick Lachassagne

La gestion des risques naturels

15.12.2008

La gestion des risques naturels - film de vulgarisation réalisé à l'occasion de l'exposition La Terre et nous à la Cité des sciences et de l'industrie, du 16 décembre 2008 au 30 août 2009.

La gestion des risques naturels - film de vulgarisation réalisé à l'occasion de l'exposition La Terre et nous à la Cité des sciences et de l'industrie, du 16 décembre 2008 au 30 août 2009. © BRGM / Cité des Sciences et de l'Industrie

Transcription de la vidéo

Le risque est le produit de l'aléa et de l'enjeu. L'aléa est la possibilité qu'un événement géologique se passe à tel endroit et durant telle période. L'enjeu peut être humain ou économique. Il n'y a pas de risque s'il n'y a pas d'enjeu. Une zone désertique soumise à un aléa sismique très fort, il n'y aura pas de risque car pas d'enjeu.

Il y a divers types de risques ou d'aléas. L'aléa naturel, comme les mouvements de terrain. On parle également d'aléa technologique. C'est là qu'arrive l'activité de l'homme, entropique. Les phénomènes naturels sont directement liés aux mouvements perpétuels de la Terre, au phénomène d'érosion, à la tectonique des plaques. Par exemple, les mouvements de terrain sont une conséquence de l'érosion. La tectonique des plaques engendre les séismes, qui sont un ajustement des contraintes géodynamiques de la Terre.

L'action de l'homme, l'activité entropique, est un facteur aggravant par rapport aux aléas naturels. Par exemple, on parle de facteurs de prédisposition. Pour les mouvements de terrain, ça va être la nature des sols géologiques, la pente qu'on observe à cet endroit-là. L'action de l'homme aggravante sera par exemple la déforestation. Je pense à Haïti. La présence d'arbres permet une cohésion du sol. A Haïti, une grande déforestation a été réalisée par l'homme. Du coup, chaque année, dès qu'il y a de fortes pluies ou des cyclones, il y a de gros glissements de terrain.

Pour faire de la prévention, on doit connaître les phénomènes. La connaissance de ces phénomènes géologiques consiste en l'étude, en la réalisation d'inventaires, en la surveillance... La mise en place de stations de surveillance sur un volcan permet de savoir si le volcan est entré dans une phase éruptive et de prévenir la population du danger qui risque de se produire. Ainsi, on va pouvoir réaliser des cartes d'aléas. Je pense notamment à l'inventaire qu'on réalise pour le compte du ministère de l'Ecologie des cavités souterraines sur l'ensemble du territoire français.

Ces inventaires permettent d'abord de ne pas perdre la mémoire collective. Car dans certaines zones, des cavités et des carrières désaffectées ont été oubliées. Des gens s'installeront dans ces zones quelques dizaines d'années plus tard. S'il n'y a pas un inventaire de ces phénomènes et qu'il y a perte de mémoire collective, on s'expose directement aux risques. Nos travaux nous permettent d'apporter la connaissance sur les différents phénomènes aux pouvoirs publics qui informeront le grand public dans un but de prévention. Les inventaires réalisés pour le ministère de l'Ecologie sont diffusés via un site Internet. Parallèlement à ça, les inventaires servent aux services déconcentrés de l'État, au niveau de chaque région et département, pour la réalisation de documents aidant à l'aménagement du territoire.

A l'échelle des temps géologiques, les catastrophes naturelles ont toujours influé sur l'évolution de la Terre. La médiatisation a un rôle dramatisant. Cela va nous laisser croire qu'il y a une amplification de ces aléas naturels. La hausse de la population et des zones urbanisées va augmenter le risque. Les aménagements abusifs et anarchiques dans des zones beaucoup plus exposées à certains aléas vont générer un risque plus fort. On ne peut pas nier que l'activité entropique a un rôle et va amplifier le risque en tant que tel.

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34