banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le site du puits Sabatier après sa réhabilitation (Nord). © BRGM - Charbonnages de France

Après-mine : La gestion des eaux dans les zones minières affaissées, Bruay-la-Buissière

01.03.2012

Dans le bassin houillier Nord-Pas-de-Calais, suite aux exploitations des ressources de charbon, les terrains se sont affaissés jusqu'à 20 mètres, ce qui a eu pour conséquence des désordres hydrauliques. A Bruay-la-Buissière, le BRGM a réalisé des travaux de mise en sécurité : rehaussement de la digue de la Lawe et mise en place de batardeaux.

Dans le bassin Nord-Pas-de-Calais, suite aux exploitations du charbon, les terrains se sont affaissés jusqu'à 20 mètres, ce qui a eu pour conséquence des désordres hydrauliques. A Bruay-la-Buissière, le BRGM a réalisé des travaux de mise en sécurité (2009). © BRGM

Transcription de la vidéo

Dans le bassin houiller Nord-Pas-de-Calais, l'activité minière industrielle a démarré en 1860 avec le fonçage du 1er puits et s'est achevée en 1990.

Suite aux exploitations des ressources de charbon, les terrains se sont affaissés jusqu'à 20 m. Cela a eu pour conséquence des désordres hydrauliques. Parmi les désordres constatés : le changement de sens d'écoulement de certains cours d'eau ou la présence de zones affaissées. Ces changements ont engendré des risques d'inondation de terrains souvent urbanisés.

Pour limiter ces risques, l'exploitant minier a installé des ouvrages pour protéger les biens et les populations : digues, stations de relevage et autres ouvrages de contrôle comme les batardeaux.

Illustration à Bruay-la-Buissière, ville minière du Pas-de-Calais, où, après la disparition de l'exploitant, l'État garant de la sécurité des biens et des personnes a mandaté son gestionnaire le BRGM pour des travaux complémentaires en tant que maître d'ouvrage délégué.

Il fallait surélever la digue de quelques centimètres, à peu près 50 cm, de part et d'autre de ce pont de passage du public et du pont de passage de circulation, ce qui a nécessité la mise en place du système dit de batardeaux pour barrer ces 2 passages et éviter que les eaux s'écoulent dans la cuvette d'affaissement.

On s'inscrit plus dans une démarche nationale avec le Service de prévention des crues qui surveille un certain nombre de cours d'eau et qui, en fonction des intempéries définies par Météo France, peut prévoir à l'avance les risques d'inondation pouvant intervenir sur un cours d'eau. En fonction de ça, un système d'alerte régional et départemental est prévu pour qu'on puisse prendre les mesures nécessaires pour prévenir les populations concernées.

En plus de ces travaux, le BRGM, pour le compte de l'État, veille à la maîtrise hydraulique des zones affaissées au moyen de stations de relevage des eaux qui permettent le pompage des eaux météoriques et leur transfert dans la rivière.

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34