banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le lac Pavin dans le Puy-de-Dôme (France, 1997). © BRGM - François Michel

Les régions

Sélectionner
Toutes les régions
 

Auvergne-Rhône-Alpes

12.02.2020
Le BRGM dispose d’implantations dans toutes les régions de France métropolitaine et en Outre-mer, afin de répondre aux attentes de ses partenaires régionaux et de les accompagner face aux enjeux territoriaux. Présentation des activités de sa direction régionale Auvergne-Rhône Alpes.

Carte de la région

Le BRGM Auvergne-Rhône Alpes dispose de deux implantations à proximité immédiate de Lyon (direction régionale, à Villeurbanne) et de Clermont-Ferrand (délégation régionale, à Aubière). Les deux sites fonctionnent en réseau, intervenant de façon mutualisée sur le territoire. Ils totalisent une quinzaine d’agents dont des spécialistes des eaux souterraines et thermales, de la pollution des sols et des nappes, des ressources en matériaux, des risques naturels, des problématiques géothermiques et s’appuient sur les compétences du centre scientifique et technique du BRGM basé à Orléans.

Une des régions françaises les plus dynamiques

Avec douze départements (Ain, Allier, Ardèche, Cantal, Drôme, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône, Savoie, Haute-Savoie), Auvergne-Rhône Alpes a une superficie de 70000 km² et est la deuxième région française en termes de PIB et de démographie avec près de 8 millions d'habitants.

À cheval sur trois bassins hydrographiques (Adour-Garonne, Loire-Bretagne et Rhône-Méditerranée), elle est traversée par le Rhône, par la Saône et, plus à l’ouest, par la Loire amont et l’Allier.

C’est une région aux facettes multiples, à la fois touristique, fortement aménagée (ouvrages hydrauliques, grandes infrastructures, etc.) et intensément exploitée sur d’importants bassins houillers en Auvergne, Loire et Dauphiné ou actuellement pour les matériaux de construction etc. Elle est la plus industrialisée en France, ce qui se retrouve dans la présence d’une trentaine de pôles de compétitivité et clusters. Mais elle est aussi riche de plusieurs massifs géologiques (Massif Central, Massif alpin, sud du Massif du Jura, avec 67% de son territoire en zone de montagne) et dotée d’une agriculture très développée.

Risques naturels : les risques géologiques

Les enjeux

Du fait, d’une part, de la variété des paysages et de l’étendue du territoire, et, d’autre part, de la répartition contrastée de la population (avec des métropoles urbaines majeures, un réseau de villes maillant le territoire et des zones rurales dynamiques), l’exposition aux risques naturels des biens et des personnes est une préoccupation réelle sur l’ensemble du territoire. Parmi ceux-ci, eu égard aux nombreux évènements passés et actuels, les risques géologiques constituent une problématique d’importance. Les enjeux portent sur une meilleure compréhension de l’aléa tenant compte des différents contextes géologiques (cristallin, secondaire, volcanique, quaternaire) et sur la caractérisation de la vulnérabilité socio-économique des populations.

L'implication et les réponses du BRGM

Les ingénieurs du BRGM interviennent en premier lieu comme experts en période de gestion de crise, au côté de la préfecture, de la sécurité civile, des DDT, des mairies… De récentes crises (par exemple éboulement rocheux à Culoz, dans l’Ain ou événement sismique au Teil) ont nécessité la réactivité et l’expertise des agents de la Direction régionale Auvergne-Rhône Alpes pour répondre aux besoins urgents de l’État.

Le BRGM réalise également des travaux d'inventaires, notamment de présence de cavités souterraines, par exemple sous la butte de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. Souvent inutilisées ou à l’abandon, elles ne sont pas toutes recensées, certaines n'étant identifiables qu'à l'occasion d'un désordre en surface, spécifiquement lors de travaux d’aménagement.

Le BRGM mène également des études approfondies de cartographie d’aléas relatifs aux différents mouvements de terrain qui touchent le territoire : glissements, chutes de blocs, coulées de boue, effondrement de cavités, érosion.

La région Auvergne-Rhône Alpes est la deuxième région métropolitaine en termes d’exposition au risque sismique avec des niveaux d’aléa très variables. Le BRGM accompagne la DREAL, les DDT et les collectivités dans une démarche régionale pour la prévention du risque sismique. Le BRGM intervient aussi pour les industriels pour la définition de l’action sismique à prendre en compte pour la tenue au séisme de leurs installations. Enfin, le BRGM développe des projets de recherche et d’innovation pour mieux appréhender et prévenir les risques. Il s’agit par exemple de connaitre et s’adapter aux grandes instabilités de versant dans le contexte du changement global, comme dans les Gorges de l’Arly et de la Haute vallée du Guil.

Environnement, aménagement du territoire et risques anthropiques : des friches urbaines à une ville durable

Les enjeux

Les enjeux économiques, environnementaux et d’aménagement du territoire requièrent aujourd’hui l’accès à une connaissance précise et complète du sol et du sous-sol.

Les sites et sols autrefois dédiés à des activités industrielles ou artisanales constituent des réserves foncières stratégiques et alternatives à l’extension des villes sur les espaces ruraux, en particulier dans les grandes agglomérations régionales (Lyon, Clermont-Ferrand, Grenoble…). Leur valorisation requiert toutefois un diagnostic et une caractérisation préalables afin de dimensionner les interventions de remédiation requises pour la réaffectation future de ces sols (travaux de confinement, d'excavation, de dépollution…).

Par ailleurs, le développement de nombreuses infrastructures souterraines de transport (métros, voie ferrée, périphérique etc.) constitue l’un des enjeux majeurs de la région à un horizon 2030. Le sol et le sous-sol peuvent aussi induire des risques et des nuisances pour les biens et les personnes, qu’il convient de maîtriser par une connaissance fine mais aussi d’anticiper pour mener à bien ces projets et tendre vers une économie circulaire (demande de granulats, recyclage de la déconstruction, gestion des déblais, etc.).

L'implication et les réponses du BRGM

Autour des géosciences, le BRGM développe une expertise pour contribuer à une gestion harmonisée et un usage maîtrisé du sol et du sous-sol des villes et des territoires.

Les connaissances en géosciences acquises par le BRGM trouvent de nombreuses applications dans les domaines de l’aménagement des sols et du sous-sol. Concernant les infrastructures souterraines, le BRGM peut apporter une vision globale et utile aux aménageurs par une représentation géologique 3D du sous-sol sur l’emprise des projets. Le BRGM travaille également dans une logique d’économie circulaire à l’évaluation des filières de gestion des déblais (réutilisation des terres excavées) et des matières premières secondaires.

Concernant les sites et sols potentiellement pollués, le BRGM et le Grand-Lyon, précurseurs sur cette démarche, ont achevé en 2017 une opération phare d’Inventaires Historiques Urbains (IHU), qui permet une connaissance du passé industriel à l’échelle cadastrale. Plus généralement, c’est tout le territoire rhônalpin qui a bénéficié d’une mise à jour très significative de l’inventaire des sites industriels précédent : 1 933 sites étaient connus, ce sont maintenant plus de 43 000 qui sont recensés et progressivement publiés.

C’est un enjeu d’importance dans une région industrialisée, qui a mis en place IDfriches, une action originale, face au besoin de mobiliser le potentiel foncier que représentent les friches sur notre territoire.

A cette connaissance factuelle du passé industriel, les compétences du BRGM dans le domaine des sites et sols pollués sont mobilisées afin de hiérarchiser les sites identifiés en termes de potentialité de pollution historiques ou actuelles, de leurs origines ou encore de faisabilité de remédiation et de gestion des friches.

Transition énergétique : utiliser la chaleur du sous-sol

Les enjeux

Parmi les possibilités d’actions permettant de répondre aux enjeux climatiques et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la géothermie est une technologie à fort potentiel de développement parmi le panel des énergies renouvelables, en lien avec l’urbanisation et l’orientation vers la ville durable. Elle peut être puisée, en alternative à d’autres sources d’énergie, dans la chaleur naturelle de la Terre.

La géothermie a des usages multiples, du chauffage par pompe à chaleur possible dans l’habitat individuel, collectif ou le tertiaire jusqu’à la production d’électricité en présence d’un fort potentiel. La filière de géothermie est globalement insuffisamment connue quant à sa mise en œuvre et surtout quant à son potentiel dans les territoires. Visiter le site Géothermie Perspectives pour en savoir plus.

Pour autant certains territoires, du fait de la présence d’une forte ressource hydraulique comme Lyon ou Grenoble, ont vu le développement important de la géothermie dans certains quartiers sur ces dernières décennies. Certaines ressources en eau souterraines peuvent aussi être exploitées pour l’alimentation en eau potable. Le développement de la géothermie doit alors se faire de façon maîtrisée pour concilier les usages.

L'implication et les réponses du BRGM

Le potentiel géothermique des territoires demande en premier lieu à être cartographié finement pour son développement opérationnel. Le BRGM accompagne les collectivités pour diagnostiquer le potentiel de la géothermie de surface pour l’optimisation du dimensionnement des systèmes. Le développement de la géothermie doit prendre en compte une connaissance fine de l’hydrogéologie et des aquifères (transmissivité hydraulique, débits, température, profondeur…) et du sous-sol (conductivité thermique, température du sous-sol…) pour les sondes géothermiques.

Une carte de potentiel est ainsi établie à partir d’une analyse multicritère pour juger de la pertinence du développement de solutions géothermiques (sur aquifère ou sur sonde géothermique verticale). La méthodologie déployée par le BRGM peut intégrer un croisement des ressources et besoins sur le territoire concernée en comparant la densité théorique d’énergie extractible par maille avec la consommation énergétique actuelle, voire future.

Il est aussi nécessaire dans ces projets de prendre en compte l’existence d’enjeux importants sur la ressource en eau souterraine (délimitation de zones de sauvegarde pour l’eau potable, réchauffement de la ressource en eau) ou encore l’interdiction de forages (comme autour de l’anneau du CERN…).

Le BRGM développe des projets avec les collectivités pour maitriser ce développement et assurer le bon fonctionnement et la rentabilité des installations. A titre d’exemple, le BRGM développe pour le Grand Lyon avec des partenaires (CEREMA Centre Est, DREAL AURA, ADEME AURA) depuis 2019 un Observatoire du réchauffement de la nappe lyonnaise. Il s’agit d’un observatoire thermique et hydrodynamique de la nappe, qui vise à distinguer les zones où le développement des installations géothermiques n’est plus recommandé, du fait d’un impact déjà observé, de celles où il est au contraire encore possible. Sa finalité est de maîtriser le réchauffement de la ressource souterraine mais aussi d’établir une stratégie d’exploitation permettant de maintenir le potentiel géothermique de l’aquifère et préserver la ressource en eau sur le long terme.

Ressources naturelles : les eaux souterraines

Les enjeux

Les eaux souterraines constituent une ressource primordiale, dont l’importance est exacerbée dans la perspective des changements climatiques. Dans les bassins Rhône-Méditerranée et Corse, 80% des volumes d’eau brute destinés à l'eau potable sont prélevés dans les eaux souterraines. Soumises à de fortes pressions anthropiques, liées au développement de l'urbanisation et des activités industrielles et agricoles, les ressources en eau souterraines utilisées pour l'eau potable peuvent également être affectées par des pollutions “historiques”, héritage de l'activité industrielle ou militaire.

L'identification et la compréhension des phénomènes hydrogéologiques à l'œuvre face aux différentes sources de pollution, le suivi qualitatif des masses d'eau, la connaissance des conditions favorables à la recharge des aquifères et l'identification de nouvelles ressources constituent des enjeux majeurs pour la gestion durable de ces ressources essentielles.

L'implication et les réponses du BRGM

En lien avec l’historique industriel de la région, des actions visent à développer des méthodes d’évaluation de l’impact des pressions industrielles sur la qualité des eaux souterraines. Ce travail permet de fournir des éléments techniques pertinents pour réaliser un diagnostic de la qualité des masses d’eaux souterraines au regard des pressions industrielles, qui sont nombreuses à proximité des métropoles de la région. Ces travaux sont principalement menés avec les agglomérations de la région et le soutien de l’Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse.

Le BRGM apporte son expertise aux gestionnaires et utilisateurs de l’eau comme les syndicats, les organismes de gestion dans sous-bassins, à la fois pour améliorer les connaissances du fonctionnement hydrogéologique des masses d’eaux souterraines, des relations entres nappes / rivières / zones humides ou de l’évolution prévisible de la ressource dans des scénarios de changement climatique. Cela peut passer par le développement de modèles numériques 3D de fonctionnement des aquifères, qui fournissent des outils d’aide à la décision aux gestionnaires.

Le BRGM développe aussi des thématiques de recherche innovantes, comme des outils d’aide à la décision afin de cartographier les sites potentiels d’infiltration des eaux pluviales les plus bénéfiques aux eaux souterraines, conformément aux objectifs du SDAGE Rhône-Méditerranée-Corse concernant la gestion de l’eau pluviale et la lutte contre l’imperméabilisation des sols. La méthodologie, récemment développée, s’appuie sur de nombreuses informations (occupation/usage des sols, paramètres intrinsèques des sols et du sous-sol…) disponibles à l’échelle de toute l’ancienne région Rhône-Alpes.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la directive Nitrates et plus particulièrement dans le contexte de révision du zonage actuel, de nombreuses interrogations sont apparues quant au manque de représentativité du réseau de suivi de la qualité des eaux de la masse d’eau souterraine “Limagne” (en Auvergne), et aux conséquences en terme de classement des communes concernées par cette masse d’eau. L’étude, menée de 2016 à 2019, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, a permis d’appréhender cette représentativité et de faire des propositions d’actions, en partenariat avec les services de l’État et les représentants de la profession agricole.

Et aussi :

  • Recherche et caractérisation de nouveaux aquifères susceptibles d'alimenter en eau potable de petites collectivités – définition de zones de sauvegarde
  • Identification et caractérisation de nouvelles ressources potentielles en eaux minérales, dans le cadre du développement de ce secteur économique

Ressources naturelles : les matériaux géologiques

Les enjeux

Les ressources géologiques régionales (sables, granulats…) sont aujourd'hui très sollicitées en Auvergne-Rhône Alpes pour accompagner le développement économique. La mise à jour des connaissances et l'identification de nouvelles ressources en matériaux – en particulier de gisements à enjeux – sont une priorité.

L'implication et les réponses du BRGM

Dans le domaine des matériaux géologiques, afin de répondre aux livrables des schémas régionaux des carrières, le BRGM a réalisé un travail d’inventaire géologique, qui s’est traduit par l’élaboration d’une carte régionale des ressources en matériaux primaires, s’appuyant sur les travaux préexistants. Le BRGM a poursuivi ces travaux sur ce sujet par l’identification des gisements d’intérêt présents sur le territoire.

Le BRGM est aussi sollicité par des entreprises d’extraction de matériaux pour une amélioration de la connaissance géologique locale permettant d’identifier de nouveaux sites de ressources nationaux voire européens.

Les partenaires peuvent potentiellement bénéficier du dispositif Extra&Co qui est destiné aux entreprises (TPE, PME & ETI) de la filière économique "Industries Extractives & Première Transformation" et financé par le programme "Investissements d’Avenir" de l’Etat. La vocation première d’Extra&Co est d’accompagner les entreprises dans leurs projets de Recherche-Développement-Innovation, en leur proposant une offre de services articulée autour de l’accès aux compétences et moyens ("plateformes") technologiques de premier plan (exploration du sous-sol, extraction & exploitation des ressources et maitrise des impacts environnementaux).

Dans ce cadre, le BRGM réalise actuellement, en partenariat avec un carrier, un projet R&D de développement de méthodes géophysiques pour l’identification d’un matériau spécifique de la région.

Pour accroitre sa connaissance géologique, en tant que socle sur lequel s’appuie l’ensemble des projets portés par le BRGM, un premier levé de géophysique aéroportée (électromagnétisme, magnétisme et gamma-spectrométrie) va être réalisé sur le territoire auvergnat courant 2020 ; ce levé permettra de vérifier l’apport de cette méthode à grands rendements pour l’imagerie 3D du sous-sol et son utilisation en réponse aux enjeux du territoire.

En terme de diffusion de la connaissance géologique, et géoscientifique au sens large, le BRGM innove avec une entreprise présente sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes, pour diffuser de façon plus ludique et attractive ses données au plus grand nombre, à travers des applications de randonnées sur smartphone.

Un ensemble de partenaires publics et privés

Le BRGM a l’expérience de partenariats pour des projets d’appui aux politiques publiques, de recherche publique mais également privée en réponse aux besoins des industriels, et de formation à toutes les échelles décisionnaires et d’aménagement de la région : représentants et services déconcentrés de l’État (Préfecture, DREAL…), Agences de l’eau (Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse, Agence de l’eau Loire-Bretagne et Agence de l'eau Adour-Garonne), services régionaux et départementaux, ainsi que les collectivités (métropole, agglomérations, communes…) ou les syndicats de gestion de l’eau ou du foncier.

Le BRGM travaille également en recherche partenariale avec des entreprises privées de toutes tailles dans la mise au point de méthodologies, en Recherche, Développement et Innovation en appui à leurs domaines d’activité.

Informations pratiques

Direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes
Site de Lyon

BRGM
Direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes
151 boulevard Stalingrad
69626 Villeurbanne Cedex

Tél. : 04 72 82 11 50

Ouverture au public
En journée, sur demande

Voir le plan d'accès

Délégation régionale Auvergne-Rhône-Alpes
Site de Clermont-Ferrand

BRGM
Délégation régionale Clermont-Ferrand
12 avenue des Landais
63170 Aubière

Tél. : 04 73 15 23 00

Ouverture au public
En journée, sur demande

Voir le plan d'accès

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34