banner-ombre-top
banner-ombre-left
Dégâts sur l'église de Terre de Bas (archipel de Saintes) en Guadeloupe après le séisme du 21 novembre 2004 (Terre de Bas, Guadeloupe, 2005). © BRGM

SURICATE-Nat, nouvelle plateforme pour le suivi en temps réel des catastrophes naturelles

Communiqués de presse - 12.11.2019
Développée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), en partenariat avec l’université de technologie de Troyes (UTT) et avec le soutien de la fondation MAIF, la plateforme publique SURICATE-Nat collecte et analyse en continu les messages publiés sur le réseau Twitter pour accélérer la remontée d’informations de terrain en cas de catastrophe naturelle.

SURICATE-Nat est un outil de veille du réseau Twitter en lien avec le sujet des risques naturels. Après un premier ciblage des tweets potentiellement pertinents sur la base de mots-clés liés aux séismes et aux inondations, les algorithmes d’intelligence artificielle développés par le BRGM analysent chaque message individuellement. Ceux qui relèvent d’un phénomène de catastrophe naturelle sont alors géolocalisés et classés en fonction du type d’informations qu’ils apportent. Tout en veillant au respect des données personnelles des utilisateurs de Twitter, SURICATE-Nat dessine ainsi minute après minute une image du phénomène et de ses effets, sur la seule base des informations citoyennes.

Suricate-Nat permet de remonter rapidement les informations sur une catastrophe naturelle via l’analyse du réseau Twitter. © BRGM

L’ensemble de l’information est partagé publiquement sur le site. « Le point fort de l’outil est sa réactivité, explique Samuel Auclair, ingénieur en sismologie appliquée au BRGM et responsable du projet. Par exemple, le séisme survenu à Cholet en juin 2019 a été repéré en moins de 2 minutes sur la seule base du pic d’activité sur Twitter ». Outre la détection automatique du séisme, l’analyse des tweets ainsi collectés (plus de 3 000) a permis d’obtenir une représentation assez précise de l’étendue de la zone de perception des secousses, qui ont été ressenties dans un rayon de plus de 200 kilomètres autour de l’épicentre.

En parallèle, dès qu’un message détecté sur Twitter est reconnu par l’algorithme comme ayant été manifestement envoyé par un témoin direct du séisme ou de l’inondation, un tweet est directement envoyé à son auteur pour lui donner des conseils de protection et l’inviter à fournir davantage d’informations : lieu exact de l’événement, dégâts éventuels, images.

SURICATE-Nat est également une plateforme participative. Chaque internaute peut se rendre sur le site internet afin de contribuer à l’analyse manuelle des tweets : cet exercice ludique doit permettre au BRGM et à l’UTT d’améliorer leurs algorithmes, ainsi que la réalisation de tâches d’analyse pour lesquelles l’intelligence humaine demeure indispensable.

Un outil participatif destiné au grand-public et aux acteurs de la gestion de crise

SURICATE-Nat ambitionne de participer à l’information rapide des citoyens ainsi qu’au développement d’une culture du risque, en abordant les risques naturels sous l’angle des nouvelles technologies et des sciences participatives.

Pour Marc Rigolot, directeur de la Fondation MAIF, « Lors de catastrophes naturelles, le temps joue toujours en défaveur des victimes. La compréhension de ce qu’il se passe en temps réel est un bien précieux pour les personnes et les institutions qui doivent prendre des décisions urgentes et proportionnées. SURICATE-Nat pourrait créer un lien collectif et salvateur entre les gens, une nouvelle utilité pour les réseaux sociaux ».

La création de la plateforme est née de la volonté d’outiller les acteurs de la gestion de crise (collectivités, services de secours et de sécurité), qui ont pour impératif de connaitre au plus vite l’impact des catastrophes naturelles, et qui manquent aujourd’hui de supports efficaces pour exploiter les réseaux sociaux. Aussi, toutes les données collectées et analysées par SURICATE-Nat leur sont in fine destinées. En plus des séismes et des inondations, le programme pourrait être étendu à l’avenir à d’autres risques naturels, tels que les tempêtes et les cyclones.

POUR ALLER PLUS LOIN

Visiter le site de Suricate-Nat

À PROPOS DU BRGM

Le BRGM, Bureau de recherches géologiques et minières, placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de la Transition écologique et solidaire, et du ministère de l’Economie et des Finances est l’établissement public de référence pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Il remplit diverses missions : recherche scientifique, appui aux politiques publiques, recherche partenariale en tant qu’Institut Carnot, coopération internationale et aide au développement, prévention et sécurité minière, formation supérieure. C’est le service géologique national français.

Retrouvez plus d’informations sur le site du BRGM et sur @BRGM_fr

À PROPOS DE LA FONDATION MAIF

La Fondation MAIF est une Fondation reconnue d’utilité publique. Elle a pour mission d’étudier les comportements humains et le monde qui nous entoure afin de prévenir au mieux les risques qui affectent les personnes et leurs biens au quotidien. Elle étudie quatre domaines de risques : ceux liés à la mobilité, à la vie quotidienne, les risques numériques et les risques naturels. Convaincue qu’il vaut mieux prévenir que guérir, la Fondation MAIF développe des outils de prévention et de formation et mène des actions concrètes de sensibilisation en direction du grand public et des institutions.

À PROPOS DE L’UTT

Avec plus de 3000 étudiants, l’Université de technologie de Troyes fait partie des dix plus importantes écoles d’ingénieurs françaises. La politique de développement de l’UTT mise sur une recherche de haut niveau, axée sur la thématique transverse Science et Technologies pour la Maitrise des Risques, et une stratégie internationale ambitieuse. L’UTT est membre de la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieur (CDEFI), de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) et de la European University Association (EUA). 

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le communiqué de presse

 

CONTACT

Service presse

+33 (0)2 38 64 46 65
+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34