banner-ombre-top
banner-ombre-left
Les résurgences du cirque de Choranche. Elles drainent les eaux du massif des Coulmes vers la Bourne (Pont en Royan, Isère, 2009). © BRGM - François Michel

Etat des nappes d'eau souterraine au 1er mars 2019

Notes d'information - 14.03.2019
50% des nappes phréatiques affiche un niveau modérément bas à très bas. La recharge hivernale est généralement plus marquée à cette période.

Résumé de la situation

Situation du niveau des nappes

Le niveau des nappes au 1er mars 2019 est hétérogène d’une région à l’autre.

La situation reste assez similaire à celle de janvier. 17 % des nappes affiche un niveau modérément haut à très haut mais la moitié d’entre elles (50 %) affiche un niveau modérément bas à très bas. Le tiers restant (32 %) se situe autour de la moyenne. Cette situation n’est pas très satisfaisante pour cette période pour laquelle on observe généralement une incidence plus marquée de la recharge hivernale.


Tendance d’évolution du niveau des nappes

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit une généralisation de la recharge, avec des niveaux globalement en hausse. Le phénomène est cependant tardif. La recharge se poursuit sur 62 % des points, avec des niveaux en hausse. Le nombre de points stables (21 %) ou orientés à la baisse (17 %) demeure important. Cette situation n’est pas habituelle pour cette période de l’année. On devrait en effet déjà observer une incidence beaucoup plus marquée de la recharge hivernale, ce qui n’est pas le cas sur une grande partie du territoire.

La situation générale des nappes au 1er mars 2019 traduit une période de recharge hivernale déjà bien entamée mais encore peu active. Cette situation de recharge hivernale reste limitée mais on peut espérer une une amélioration de la situation avant le début du printemps et de la reprise de la végétation.

Carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er mars 2019

Carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er mars 2019. © BRGM

Sur l’ensemble du territoire, les statistiques sur les tendances des niveaux n’ont que peu évolué par rapport au 1er janvier 2019 : le nombre de points en hausse (62 %) demeure constant et seul un nombre réduit de points reste stable (21 %) ou à la baisse (17 %). L’évolution des niveaux est cependant hétérogène selon les secteurs. Du nord au sud-ouest, la recharge hivernale s’est généralisée à l’ensemble des nappes et les niveaux sont globalement en hausse. En Alsace, en vallées de la Saône et du Rhône ainsi que sur le pourtour méditerranéen, le déficit pluviométrique se fait ressentir avec des niveaux stables ou en baisse.


Après un automne peu arrosé, la situation s’était maintenue entre novembre 2018 et janvier 2019. En février 2019, les pluies déficitaires n’ont pas permis d’assurer la recharge hivernale attendue. La situation se dégrade mais demeure contrastée selon les secteurs. Les niveaux des nappes se situent globalement autour de la moyenne pour 32 % ou modérément bas à très bas pour 50 % (respectivement 22 % et 50 % au 1er janvier 2019). Dans le détail, on note que seulement 4 % des points d’eau sont hauts, 13 % modérément hauts, 32 % autour de la moyenne, 26 % modérément bas et 24 % bas à très bas. Les niveaux de nappe sont encore bas et la période de recharge hivernale, tardive sur une grande partie du territoire, n’a pas encore produit ses effets de manière significative.


Parmi les nappes qui présentent les situations les plus favorables en cette période, avec des niveaux autour de la moyenne voire plus haut, on peut citer :

  • Les nappes de la région Corse dont les niveaux présentent une tendance générale à la hausse et restent au-dessus des moyennes mensuelles. Les épisodes pluvieux du début d’automne et de février ont induit une dynamique de recharge significative.
  • Les nappes du pourtour méditerranéen, dont la situation reste satisfaisante mais qui s’est dégradée par rapport au 1er janvier 2019. Les fortes pluies de début février 2019 n’ontpas permis de garantir une recharge significative : les niveaux sont stables ou en baisse mais se retrouvent autour de la moyenne.
  • Une grande partie des nappes d’Adour-Garonne, qui ont bénéficié d’une recharge significative durant l’automne et plus faible en début d’hiver et dont les niveaux sont globalement autour de la moyenne.

Plusieurs secteurs présentent des situations moins favorables, avec des niveaux moyens voire bas par rapport aux moyennes mensuelles, on peut citer par exemple :

  • Les nappes de la vallée amont du Rhône et de la Saône, dont les niveaux restent bas à très bas pour la saison. Le déficit pluviométrique de l’automne-hiver 2018-2019 n’a pas permis une recharge significative des nappes.
  • La nappe de la plaine d’Alsace, dont les niveaux, globalement stables ou toujours en baisse, restent bas. Au sud de Colmar, le secteur n’a pas encore bénéficié d’une recharge active et les niveaux deviennent très bas, situation peu satisfaisante pour la saison.

La nappe de la Beauce observe des tendances contrastées et des niveaux bas à très bas, la recharge ayant été tardive et peu marquée jusqu’à présent.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger la note d'information sur l'état des nappes d'eau souterraine

Télécharger la carte de France de la situation des nappes au 1er mars 2019

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34