banner-ombre-top
banner-ombre-left
Effondrement de maisons suite au séisme des Abruzzes (Italie) du 6 avril 2009 (Onna, Italie, 2009). © BRGM - Samuel Auclair

Des bases de données pour mieux connaître les risques sismiques

Enjeux des géosciences - 01.04.2008
À l'exception des Antilles, la France n'est pas un pays à risque sismique important, mais on y recense pourtant chaque année près de 500 petits séismes. Sous l'initiative du ministère en charge de l'Ecologie et de plusieurs organismes scientifiques, un travail d'élaboration de bases de données a été mis en oeuvre. Le BRGM, depuis plus de trente ans, garde la mémoire des anciens séismes et participe à l'enrichissement et à la gestion de ces banques de données.

Aperçu de la fiche scientifique en version imprimée

SISFRANCE pour connaître l'histoire des séismes

Le tremblement de terre du 29 novembre 2007 en Martinique nous rappelle que la sismicité reste active dans les Antilles. En métropole, les séismes sont relativement fréquents mais d'intensité modérée avec en moyenne un séisme fortement destructeur et quatre séismes responsables de dommages sévères par siècle sur mille ans d'histoire. Le risque n'est pourtant pas à négliger. Pour mieux l'appréhender “il faut travailler sur l'histoire, explique Pascal Dominique, chef de l'unité risques sismiques au BRGM, car les régions qui ont connu de gros séismes ont de fortes chances d'en connaître de nouveaux”.

De grandes zones d'habitat, des ouvrages sensibles (barrages, centrales nucléaires, ICPE-Installations Classées pour la Protection de l'Environnement) pourraient être sérieusement impactés par un séisme. C'est pourquoi plusieurs bases de données traquent les séismes actuels mais aussi ceux du passé pour mieux les quantifier et les localiser.

Près de 6000 secousses en 1000 ans

La construction des centrales nucléaires dans les années 70 s'est accompagnée d'un programme de connaissance du “passé sismique”. C'est en 1975 que le BRGM, EDF et l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire s'associent pour lancer SIRENE qui recense les anciens séismes. Gérée par le BRGM, cette base de données, appelée aujourd'hui SisFrance, bénéficie toujours d'une actualisation permanente afin de garantir le meilleur état des connaissances de la macrosismicité (celle dont on peut ressentir les effets). Cette base est accessible en ligne depuis 2002.

SisFrance recense près de 6.000 secousses : on y trouve ainsi la liste de tous les séismes d'intensité supérieure ou égale au degré 4 sur l'échelle des intensités macrosismiques, de 1800 épicentres avec leur date, leur intensité, leur localisation exacte et près de 100 000 observations ou localités touchées. La base offre également 10 000 références bibliographiques témoignant de l'activité des tremblements de terre au cours des temps, le premier mentionné datant de l'an 463 dans les bas plateaux Dauphinois. 

Historien des séismes 

Chaque séisme fait l'objet d'une fiche détaillée avec données, cartes renseignées, interrogeables et à échelle variable, liste d'observations, bibliographie, avec des menus d'interrogation par dates, coordonnées ou géographie.Toutes ces données ont été contrôlées et vérifiées sous la responsabilité de Jérôme Lambert, historien des séismes qui parcourt les bibliothèques à la recherche de documents anciens qu'il faut traduire et décrypter bien souvent de l'ancien français. "Il faut, explique-t-il, croiser les informations pour évacuer les mauvaises données, les témoignages douteux ou les "faux séismes" : explosions, effondrements de mines, éboulements de terrain". Tous ces documents historiques sont scannés, numérisés et archivés dans SisFrance.

“les tremblements de terre en France”, J. Lambert et al., ed BRGM, 1997

Tremblement de terre du 11 juin 1909 - église de St Cannat. © Photo extraite de :“les tremblements de terre en France”, J. Lambert et al., ed BRGM, 1997

Tous les ans, un millésime accessible sur internet fournit l'intégralité de l'activité sismique en France pour l'année écoulée. SisFrance est alimentée par les réponses aux enquêtes réalisés par le BCSF (Bureau Central Sismologique Français) en France, dans et hors métropole. Situé à Strasbourg, le BCSF collecte, analyse, diffuse et archive les observations sismologiques. Tout séisme de plus de 3,7 de magnitude en métropole ou largement ressenti hors métropole fait en effet l'objet d'une enquête. Juste après un séisme, le BCSF adresse un questionnaire aux préfectures concernées qui le renvoient aux maires pour signaler les effets observés ainsi que les éventuels dommages. Cette procédure collective est complétée par des questionnaires individuels que chacun peut remplir sur le site internet du BCSF (www.franceseisme.fr). En cas d’effets notables sur les bâtiments, le BCSF pilote un Groupe d’intervention macrosismique (GIM) sur le terrain pour évaluer les niveaux de dégâts en fonction de la vulnérabilité des bâtiments. 

Le site www.sisfrance.net ne concerne que les séismes métropolitains. Pour les DOM-TOM, le ministère en charge de l'Ecologie a confié au BRGM le soin d'établir des bases de données historiques sur les séismes des Antilles, de la Réunion et des Comores et de l'océan Pacifique pour le territoire de la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et- Futuna.

Le site SisFrance connaît un grand succès avec près d'un million de visiteurs -grand public, professionnels, bureaux d'étudesdepuis 2002. Au fil des mois, SisFrance remonte dans le temps et complète ses données. À terme, cette base de données pourrait encore évoluer et s'enrichir en intégrant des données réglementaires.

POUR ALLER PLUS LOIN 

CONTACT

Service presse

+33 (0)2 38 64 46 65
+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34