banner-ombre-top
banner-ombre-left
La Loire dans la région d’Orléans (Orléanais, Loiret, 2007). © BRGM - François Michel

Retour d’expérience sur les mouvements de terrain survenus dans le Loiret suite aux intempéries du printemps 2016

19.10.2017
L’épisode climatique du printemps 2016 a touché la moitié Nord de la métropole et a occasionné des impacts et dégâts importants dans le département du Loiret et tout particulièrement dans la région orléanaise. Dans le secteur d’Orléans, les fortes précipitations (l’équivalent de 3 mois de pluie est tombé en 3 jours), et surtout les inondations générées (par ruissellement et par débordement) ont causé près d’une centaine d’effondrements/affaissements liés à des cavités souterraines.

Fontis ayant touché une carrière souterraine située dans l’axe de la vallée sèche karstique de la Retrève (inondée pendant plus de 10 jours suite aux intempéries de mai-juin 2016). Les plus grands fontis atteignent 10 m de diamètre et 8 m de profondeur. Les enjeux proches (maisons, routes) n’ont pas été affectés. © BRGM

Fontis ayant touché une carrière souterraine située dans l’axe de la vallée sèche karstique de la Retrève (inondée pendant plus de 10 jours suite aux intempéries de mai-juin 2016). Les plus grands fontis atteignent 10 m de diamètre et 8 m de profondeur. Les enjeux proches (maisons, routes) n’ont pas été affectés. © BRGM

Contexte

Le BRGM, le CEREMA et le service de prévention des risques d’Orléans Métropole ont été mobilisés pendant plusieurs semaines en appui à la cellule de crise préfectorale afin de prévenir les conséquences de ces mouvements de terrain sur les différents enjeux impactés : villes, réseaux routier et autoroutier et digues de protection contre les inondations.

Répartition des interventions.  © BRGM – CEREMA - Orléans Métropole

Répartition des interventions.  © BRGM – CEREMA - Orléans Métropole

Les équipes du BRGM, mobilisées en cellule de crise, ont commenté les phénomènes, mené des expertises relatives à la sécurité des biens et des personnes et fourni une aide à la décision pour la gestion immédiate du risque associé aux phénomènes constatés. Elles ont plus particulièrement pris en charge les expertises sur les communes de Gidy et de Chécy suite à l’apparition de fontis et d’affaissements afin d’évaluer le risque afférent sur les sites sinistrés et de proposer des mesures d’urgence.

Effondrement lié au karst à Chécy (diamètre d’environ 12 m et profondeur de 4 m). © BRGM

Effondrement lié au karst à Chécy (diamètre d’environ 12 m et profondeur de 4 m). © BRGM

Objectif

Suite à ces évènements exceptionnels, le Ministère chargé de l'Environnement a confié au BRGM la réalisation d’un retour d’expérience sur ces mouvements de terrain. L’aspect hydrogéologique de la crise a fait quant à lui l’objet d’une étude complémentaire.

Programme des travaux

Les actions initiées au cœur de la crise (essentiellement des interventions en urgence pour sécuriser les personnes et les biens) ont été approfondies. L’analyse des archives disponibles, des observations faites depuis plusieurs années par les spéléologues ainsi que des données détenues par le CEREMA et Orléans Métropole a permis d’acquérir une meilleure connaissance du risque d’effondrement liés aux karsts et aux cavités souterraines anthropiques (carrières souterraines, caves, etc.) dans les zones calcaires du département du Loiret.

Les sites touchés ont quant à eux fait l’objet d’une expertise sous un prisme géologique avec, en particulier, une recherche d’indices karstiques sur le terrain par une équipe pluridisciplinaire du BRGM.

L’analyse a également porté sur des documents à plus petite échelle, en particulier les survols aériens et satellitaires effectués lors de la crise. Une comparaison avec les évènements enregistrés ailleurs en France lors de cette même crise et ceux ayant eu lieu par le passé (en France et ailleurs) permet enfin une première mise en perspective.

Résultats obtenus

Même si le nombre de désordres est loin d’atteindre ceux enregistrés lors de crises majeures, avec près de 1 500 effondrements/affaissements lors des inondations de la Somme en 2001 par exemple, ceux enregistrés en 2016 sont de nature et d’intensité exceptionnelles. Le Loiret, avec une centaine de désordres, a été le département le plus touché (à comparer avec un nombre d’événements recensés généralement inférieur à une dizaine par an en région Centre-Val de Loire). On retiendra également les cas du Pas-de-Calais et de l’Eure.

Dans le Loiret, au moins la moitié des cavités qui se sont effondrées sont d’origine anthropique (caves et petites carrières artisanales).

Le cas d’une carrière plus étendue a toutefois suscité, lors de la crise, des inquiétudes relayées par la presse et les réseaux sociaux.

Lever spéléologique d’un des fontis. © BRGM

Lever spéléologique d’un des fontis. © BRGM

Les cas associés à des cavités karstiques (au moins le quart des évènements) ont confirmé la sensibilité de ce territoire à ce type de phénomène encore mal connu. En première approche, l’inondation d’une partie de la commune de Chécy aurait accéléré très significativement le soutirage des alluvions recouvrant le karst.

Carte montrant la correspondance entre les zones inondées (tirets bleu) et les mouvements de terrain dans le val de Bou. © BRGM

Carte montrant la correspondance entre les zones inondées (tirets bleu) et les mouvements de terrain dans le val de Bou. © BRGM

Bien qu’aucun de ces désordres n’ait causé de victimes, près d’un quart d’entre eux ont, cependant, généré des dégâts matériels ou conduit à des sécurisations préventives (maisons évacuées, routes coupées, inspections approfondies d’enjeux économiques majeurs). Le retour à la normale n’était par ailleurs pas entièrement acquis plusieurs mois après l’épisode pluvieux.

Les enseignements tirés de ce retour d’expérience fournissent des pistes précieuses pour, non seulement améliorer la compréhension des phénomènes en cause, mais aussi pour en prévenir les conséquences, que ce soit en matière de prédiction, de prévention ou de gestion de crise.

PARTENAIRES

Direction Départementale des Territoires du Loiret

CEREMA

Service prévention des risques d’Orléans Métropole

Groupe Spéléologique Orléanais

RAPPORT PUBLIC

BRGM/RP-66462-FR - Retour d'expérience sur les mouvements de terrains liés à des cavités survenus dans le Loiret suite à la crise météo du printemps 2016 - Télécharger le rapport

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34