banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le salar d’Uyuni est le plus grand gisement mondial de lithium (Sud Lipez, département de Potosi, Bolivie, 2002). © BRGM - Bernard Bourgine

Ressources françaises en lithium sous la forme de roches dures

08.10.2019
Le Bureau des Ressources Minérales de la DGALN (MTES) et le BRGM se sont associés pour réaliser une synthèse sur les ressources en lithium. Les ressources métropolitaines ont ainsi été replacées dans le cadre européen et mondial de la chaîne de valeur. L’analyse du potentiel, important, a été mis en évidence par la méthode de prédictivité Cell-Based Association, développée au BRGM.

Carte de probabilité de découverte de minéralisations en lithium en France métropolitaine. Les zones les plus favorables sont en rouge. © BRGM

Le besoin

Dans un contexte international de réduction des émissions de CO2 et où l’électromobilité prend une place de plus en plus importante, la consommation de lithium a doublé en dix ans et l’usage principal du lithium est à 40% dévolu au secteur des batteries. A l’échelle mondiale, la production de lithium est réalisée à parts égales à partir de saumures et de roches dures. En France métropolitaine, plusieurs concentrations de lithium, sous la forme de roches dures, sont connues depuis très longtemps et actuellement exploitées pour les besoins de l’industrie de la céramique et du verre. Toutefois, ces ressources de lithium n’avaient jusqu’à présent pas fait l’objet d’une synthèse ni d’évaluation du potentiel.

Les résultats

L’étude réalisée a permis de faire un bilan des usages et du marché du lithium en 2018, de la métallogénie et des types de gisements de lithium sous la forme de roches dures, des procédés de traitement des minerais et donner un apperçu des gisements et des projets d’exploration en Europe. En France, trois types de minéralisation portent l’essentiel de la ressource connue : les pegmatites lithinifères, les granites à métaux rares et les greisens associés. La synthèse des gisements et des districts métropolitain fait ressortir des éléments suivants :

  • 41 minéralisations lithinifères appartenant à 6 types différents de gisements sont recencées en France,
  • 4 granites ou rhyolites à métaux rares et un greisen portent actuellement l’essentiel de la ressource, subdivisée en 23 564 t Li2O mesurées, 65 895 t Li2O indiquées et 443 200 t Li2O supposées.

L’utilisation

Tous les résultats de cette étude sont désormais diffusés sur le site MineralInfo pour faciliter leur utilisation. L’analyse et l’évaluation du potentiel par la méthode de prédictivité Cell-Based Association montre que celui-ci est élevé. Le Massif central apparait clairement comme le domaine le plus prospectif pour l’exploration minière, notamment ses parties ouest, nord, centre et est. Le sud du Massif Armoricain et les massifs varisques isolés de la Montagne Noire, des Maures-Tanneron et des Vosges et les massifs cristallins externes des Alpes apparaissent également très favorables. En prospection tactique, les cibles recommandées sont l’évaluation du potentiel du dyke de Richemont et du granite de Montebras. En prospection stratégique, il est suggéré prioritairement des recherches de granites à métaux rares, dans les districts de Beauvoir, de Montebras, de Richemont et de Tréguennec et à la prospection de nouvelles zones, prioritairement, le triangle Montebras – massif de Montmarault – Beauvoir, le nord de la Margeride et le flanc ouest du massif du Millevaches.

Exemple de minéralisation en lithium à l'origine de la couleur violette de cette roche magmatique du Limousin à Ambazac (Haute-Vienne). © BRGM - Eric Gloaguen

Les partenaires

Bureau des Ressources Minérales de la Direction Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature (Ministère de la Transition écologique et solidaire)

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34