banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le lac du Bouchet occupe un maar, dépression circulaire née d’un cratère d'explosion d'origine phréato-magmatique (Le-Bouchet-Saint-Nicolas, Haute-Loire, 2007). © BRGM - François Michel

Protection de la ressource en eau potable : Identification et délimitation d’une zone de sauvegarde exploitée

21.09.2020
En 2017, la ville de Pontcharra (Isère) a souhaité mieux prendre en compte les enjeux liés à la préservation des eaux souterraines. Dans cet objectif, elle a co-construit puis lancé, avec l’appui du BRGM, une étude hydrogéologique visant à confirmer sur son territoire le fort potentiel de la ressource (plusieurs millions de m3/an), susceptible d’en faire un nœud majeur d’un futur réseau d’eau potable intercommunal.

Echantillonnage des eaux lors d’un pompage de longue durée, Pontcharra (2017). © Ville de Pontcharra

Le besoin

Les objectifs de la ville de Pontcharra étaient multiples : comprendre la circulation des eaux souterraines jusqu’à ses captages, estimer la productivité maximale de l’ouvrage principal, et penser l’aménagement de la commune en fonction des enjeux liés à la préservation de la ressource en eau potable. Pour y répondre, la collectivité a sollicité le BRGM, référence dans ce secteur de la vallée de l’Isère, notamment en raison de son récent travail dans l’identification/délimitation d’autres zones de sauvegarde exploitée (ZSE) pour l’eau potable pour l’horizon 2050.

Les résultats

L’approche multi-discpilinaire (mesures en forages, essais de pompage, analyses isotopiques, jaugeages en rivière…) déployée dans le cadre de ce projet a permis de mieux connaitre l’origine et le parcours des eaux souterraines jusqu’aux captages AEP de Pontcharra : une partie du flux provient de la nappe d’accompagnement du Bréda (rivière traversant la commune) ; l’autre partie vient de l’infiltration et de la nappe des anciennes alluvions de l’Isère (arrivant par le nord). Les avancées majeures de ce projet  restent :

  • L’atteinte d’un débit supérieur à 430 m3/h, pendant 3 jours, confirmant ainsi l’excellente productivité de l’aquifère ;
  • La concertation fructueuse, menée avec l’aide des communes limitrophes, autour de la délimitation et du mode de préservation de cette ZSE ;
  • La réalisation de deux piézomètres pour la surveillance de la nouvelle ZSE.

L'utilisation

La création et la délimitation de cette ZSE ont encouragé toutes les communes concernées par le nouveau périmètre à une prise en compte accrue des eaux souterraines dans la gestion de leur territoire respectif (intégration dans le PLU, réorientation de projets d’aménagement, etc). Depuis la fin de l’étude, la compétence « Eau potable » a également été transférée à la Communauté de communes du Grésivaudan. Via une fiche dédiée à cette ZSE, celle-ci dispose maintenant d’un outil de surveillance de la nappe phréatique (préconisations concernant les piézomètres de suivi et les paramètres physico-chimiques) et de gestion de l’urbanisation. De plus, cette étude devrait motiver, à moyen terme, la révision des périmètres de protection sanitaire des captages de Pontcharra par les services de l’Etat.

Ils en parlent

« Le BRGM a mené un travail important de médiation et de vulgarisation auprès des élus afin qu’ils se saisissent de la question environnementale. Les résultats de l’étude ont donc permis d’élaborer des préconisations avec un impact direct sur notre plan local d’urbanisme. Le périmètre tel qu’il a été défini dans l’étude va devoir nous faire réfléchir à une autre manière d’urbaniser afin de préserver la ressource, notamment sur les deux-tiers du territoire nord du Puits des Planches. »

Fabienne TRONEL-BADETZ, directrice des Services techniques de Pontcharra

Foration d’un piézomètre de surveillance en milieu urbain (Pontcharra, 2018). © BRGM – F. Crastes de Paulet

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34