banner-ombre-top
banner-ombre-left
La Pointe Lézarde, un site d'exploitation de la géothermie très prometteur, au Nord de la baie de Bouillante (Guadeloupe, 2002). © BRGM - Bernard Sanjuan

Prospections hydrogéologiques sur les bassins versants de Grande-Anse, Lostau et Nogent (île de Basse-Terre, Guadeloupe)

12.12.2014
L’approvisionnement en eau potable en Guadeloupe est en très grande partie issu de prises d’eau en rivières, qui sont vulnérables à la contamination chimique et bactériologique et aux risques naturels. De plus, la production actuelle est insuffisante pour soutenir l'alimentation durant les périodes de sécheresse.

En partenariat avec la Région Guadeloupe et l’Office de l’Eau de Guadeloupe, le BRGM a entrepris de réaliser un programme de reconnaissance des eaux souterraines de la Basse-Terre. Après une première évaluation à l’échelle de l’île, trois bassins versants ont fait l’objet de prospections géologiques, hydrogéologiques et géophysiques. 12 secteurs favorables à l’implantation d’un forage de reconnaissance ont été proposés. Afin d’affiner les conclusions de l’étude, les données, issues de la couverture héliportée en magnétisme et électromagnétisme haute résolution réalisée en avril 2013 en Guadeloupe (programme GuadEM), ont été exploitées.

Contexte de réalisation

Le projet "Prospections hydrogéologiques sur les bassins versants de Grande-Anse, Lostau et Nogent" a été réalisé par le BRGM dans le cadre de ses activités d’appui aux politiques publiques, avec une participation financière de la Région Guadeloupe et de l’Office de l’Eau Guadeloupe.

Prospections terrain sur les BV de Lostau (Bouillante), vue sur une prise d’eau en rivière

Prospections terrain sur les BV de Lostau (Bouillante), vue sur une prise d’eau en rivière

Objectifs

La prospection hydrogéologique menée vise à approfondir les connaissances du fonctionnement hydrogéologique de l’île volcanique de la Basse-Terre, encore mal connu aujourd’hui. Le but est d’augmenter et de diversifier les ressources en eau potable par l’exploitation des eaux souterraines (de meilleure qualité que les eaux de surface), et moins vulnérables aux aléas climatiques et naturels.

Programme des travaux

La réalisation du projet se décline en trois phases.

La première phase a donné lieu à des reconnaissances géologiques et hydrogéologiques sur les trois bassins versants cités. Celles-ci se sont déroulées en période de carême (saison sèche) afin de relever de manière optimale les contributions éventuelles des eaux souterraines aux cours d’eau. Ces reconnaissances de terrain ont consisté à : identifier les formations aquifères et imperméables, puis réaliser l’inventaire des émergences et faire des mesures physico-chimiques in situ le long des rivières, des principaux affluents et au niveau des sources repérées. Elles permettent de proposer des hypothèses quant aux écoulements souterrains suspectés et les aquifères ciblés. L’objectif est de proposer, pour la phase 2 de l’étude, l’implantation de profils pertinents pour la réalisation de panneaux électriques sur la base de critères hydrogéologiques et d’accessibilité (accès aux véhicules et pente).

La deuxième phase concerne la mise en œuvre effective de la campagne géophysique. Ainsi, 12 sites d’implantation de profils définis en phase 1 ont été étudiés. Les résultats géophysiques, couplés aux données recueillies lors des prospections de terrain de la phase 1, ont permis de proposer des sites d’implantation de forages de reconnaissance sur les bassins versants étudiés.

La troisième phase, réalisée en 2013, porte sur la préparation de la campagne de forages de reconnaissance et de pompages d’essai. Elle fait l’objet d’un rapport distinct.

Recoupement entre un profil de résistivité issu de la géophysique par panneaux électriques au sol avec un profil issu de l’interpolation des sondages électromagnétiques réalisés par hélicoptère, bassin versant de Nogent (Sainte-Rose)

Recoupement entre un profil de résistivité issu de la géophysique par panneaux électriques au sol avec un profil issu de l’interpolation des sondages électromagnétiques réalisés par hélicoptère, bassin versant de Nogent (Sainte-Rose)

Résultats obtenus

Les reconnaissances géologiques et hydrogéologiques menées en février-mars 2012 ainsi que les 12 panneaux électriques réalisés en mai-juin 2012 (4 par bassin versant) ont permis de préciser la géométrie des formations volcaniques potentiellement aquifères. Par le biais des observations faites sur le terrain et des coupes de résistivité issues des opérations de géophysique, une identification des horizons résistants, correspondant vraisemblablement à des laves saines fracturées, a pu être réalisée.

Ainsi, 12 secteurs favorables à l’implantation d’un forage de reconnaissance (4 par bassin versant) ont été proposés avec des profondeurs prévisionnelles comprises entre 40 et 90 m selon l’aquifère visé. Ces sites ont été hiérarchisés en fonction de leur potentiel hydrogéologique et de leur accessibilité.

Afin d’affiner les conclusions de cette étude, compte tenu des enjeux, les données issues de la couverture héliportée en magnétisme et électromagnétisme haute résolution réalisée avril 2013 à l’échelle de la Guadeloupe ont également été exploitées.

Les deux approches "géophysique au sol" et "géophysique aéroportée" sont complémentaires. La première permet d’imager localement avec une bonne résolution les contrastes de résistivité proches de la surface (0-100 m environ), La deuxième offre une vision relativement fine à petite échelle.

Source aménagée lieu-dit Cardonnet (n° BSS 1159ZZ0070), BV rivière Grande-Anse, commune de Trois-Rivières

Source aménagée lieu-dit Cardonnet (n° BSS 1159ZZ0070), BV rivière Grande-Anse, commune de Trois-Rivières

Le couplage de ces deux méthodes rend plus aisée la définition de modèles conceptuels hydrogéologiques des écoulements souterrains. Les horizons préférentiellement ciblés à l’échelle d’un profil sont les plus résistants. Pour les bassins étudiés, ils correspondent vraisemblablement à des laves massives supposées saines et fracturées pouvant permettre la circulation d’eau (perméabilité de fractures et fissures). A l’inverse, les horizons conducteurs sont assimilés à des formations géologiques plus altérées et moins perméables.

Des prospections sont par ailleurs en cours sur un 4ème bassin versant, celui de la rivière Grande-Plaine sur la commune de Pointe-Noire, toujours dans l’objectif de pallier le manque d’eau chronique, particulièrement prononcé en Côte-Sous-le-Vent (côté ouest de la Basse-Terre).

A terme, sur l’ensemble des bassins versants étudiés, la réalisation de forages de reconnaissance sera nécessaire pour confirmer ou non le potentiel hydrogéologique des zones prospectées.

PARTENAIRES

  • Région Guadeloupe
  • Office de l’Eau Guadeloupe

RAPPORT PUBLIC

  • BRGM/RP-61678-FR - Prospections hydrogéologiques sur les bassins versants de Grande-Anse, Lostau et Nogent (Basse-Terre, Guadeloupe). Rapport intermédiaire - Télécharger le rapport
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34