banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le lac du barrage franco-suisse d'Emosson, destiné à la production d'électricité, sur la Barberine (Emosson, Finhaut, Valais, Suisse, 2009). © BRGM - François Michel

Préservation de la qualité des ressources en eau souterraine

01.07.2012
Le projet PRESCRIRE mène une réflexion sur la préservation de la qualité des ressources en eau souterraine de sites sélectionnés, afin d’apporter des éléments d’appréciation quant aux actions à engager pour maintenir leur bon état. Au terme de sa deuxième année, le projet a établi un partenariat avec plus de la moitié des sites visés. De nombreuses techniques d’investigations ont été mobilisées. A titre d’exemple, il a été montré que la signature isotopique de l’eau de Châteldon est très proche de l’eau de pluie moyenne du Massif Central, confirmant ainsi son origine météorique. Ces résultats confirment la nécessité pour ce site de protéger les secteurs d’infiltration d’eau météorique.

Contexte 

Le projet PRESCRIRE, initié par le Commissariat à l’Aménagement, au Développement et à la Protection du Massif Central (DATAR), est mené avec les Agences de l'Eau Adour-Garonne, Loire-Bretagne et Rhône-Méditerranée & Corse ainsi qu’avec le Conseil Régional de Bourgogne. Il est mis en œuvre par le Service Géologique Régional Auvergne du BRGM. 

Outre ces partenariats institutionnels, le projet PRESCRIRE propose aux gestionnaires de 20 sites du Massif Central de s’engager dans la réflexion menée. Il s’agit dans ces sites dits "test" de mener 20 études de cas. Chaque gestionnaire de site "test" contribue au projet par un apport spécifique à la réflexion et par un apport financier. Ces gestionnaires de sites "test" constituent ainsi des partenaires à part entière du projet PRESCRIRE.

Objectif 

Le projet PRESCRIRE a pour objectif de mener une réflexion sur les notions de préservation de la qualité des ressources en eau souterraine et de protection des gisements, afin d’apporter des éléments d’appréciation quant aux actions à engager pour maintenir le bon état qualitatif de ressources en eau souterraine non altérées par des pollutions anthropiques.

Ce projet s’inscrit dans la logique de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) pour ce qui concerne le maintien du bon état des ressources en eau des Masses d’Eau (ME).

Le projet PRESCRIRE est orienté sur l’étude de sites qui représentent un enjeu fort pour l'alimentation en eau potable et/ou pour les activités industrielles. Il vise à l’édition, en fin de projet, d’un guide méthodologique à usage des acteurs (exploitants, décideurs) en charge de promouvoir le développement durable de l’exploitation de ressources en eau souterraine de qualité.

Programme des travaux 

Le projet PRESCRIRE, qui s’étend sur une période de 4 ans (2010-2014), est structuré autour des 3 étapes suivantes :

  1. L’étape "conceptuelle" relative à la structuration dans le détail des actions à engager et la mise en œuvre de l'information nécessaire auprès des gestionnaires des sites à enjeux pour sélectionner les 20 sites "test" requis ;
  2. L’étape "dynamique" relative à la mise en œuvre, pour chaque site "test", de l’analyse des conditions de préservation de la ressource et de protection du gisement. Cette étape concerne l’Information/sensibilisation du site "test", la compilation et l’analyse critique des données disponibles, la définition et la programmation des données à acquérir et enfin la restitution des données.
  3. L’étape "prospective" relative à la compilation et à la capitalisation des informations recueillies puis à la communication des résultats acquis dans le cadre du projet (guide méthodologique).

Résultats obtenus 

Au terme de sa deuxième année, le projet a établi un partenariat avec plus de la moitié des sites "test" visés. 

De nombreuses techniques d’investigations ont été mobilisées par le projet sur les différents sites "test" pour montrer l’apport relatif de chaque méthode. L’objectif est de montrer par l’exemple l’intérêt de mieux connaître sa ressource pour mieux la protéger. Les exemples permettent de montrer que chaque site est spécifique en termes d’investigation et qu’il convient de s’adapter au cas par cas au contexte local, pour cibler au mieux les actions à engager pour protéger la ressource.

A titre d’exemple, il a été montré que la signature isotopique de l’eau de Châteldon est très proche de l’eau de pluie moyenne du Massif Central, confirmant ainsi l’origine météorique de cette eau. En outre, aucun signal géothermal n’a été enregistré par les isotopes de la molécule d’eau. Les résultats obtenus confirment la nécessité, dans le cas d’un circuit assez court (en temps), de protéger les secteurs d’infiltration d’eau météorique, en particulier dans des zones d’altération de socle favorables à la circulation préférentielle d’eau de pluie vers les gisements à protéger

Partenaires

Agences de l’Eau Loire-Bretagne, Adour-Garonne, Rhône-Méditerranée & Corse      

Conseil Régional de Bourgogne 

Pierre Fabre Dermo-Cosmétique 

Danone Eau France 

Oméga Pharma 

Alma 

Aquamark 

Hôpital Bourbon-Lancy 

Thermes d’Evaux-Les-Bains

RAPPORTS PUBLICS

  • BRGM/RP-59441-FR - "Projet PRESCRIRE - Préserver et protéger les ressources en eau souterraine. Le site d'Avène-Les-Bains (34). Rapport final" - Télécharger le rapport
  • BRGM/RP-59878-FR - "Projet PRESCRIRE - Préserver et protéger les ressources en eau souterraine - Le site de Chateldon (63) Rapport final" - Télécharger le rapport
  • BRGM/RP-60304-FR - "Projet PRESCRIRE - Préserver et protéger les ressources en eau souterraine - Le site de Bourbon-Lancy (71) Rapport final" - Télécharger le rapport
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34