banner-ombre-top
banner-ombre-left
Cône de l’Yvrande ayant fait l’objet des prélèvements par carottage. © BRGM - Ingrid Girardeau

Observatoire de la Risle moyenne : étude des phénomènes karstiques, impacts sur l’eau potable, les interactions eaux de surface / eaux souterraines et conséquences sur les écosystèmes aquatiques

16.10.2017
Le secteur de la Risle moyenne, situé dans le département de l'Eure en Normandie, connaît régulièrement, sur certains tronçons, des pertes totales en période d'étiage, liées à la formation de bétoires, qui peuvent entraîner un assec du lit mineur sur plusieurs kilomètres en aval. Des assecs ont notamment été constatés en 2005 et 2012 sur, respectivement, 6 km et 12 km.

Bétoire ouverte à Ajou en 2012 et Assec de la Risle sur 12 km. © BRGM

Bétoire ouverte à Ajou en 2012 et Assec de la Risle sur 12 km. © BRGM

Contexte

La formation fréquente de nouvelles bétoires, la méconnaissance de leurs conséquences et de celles induites par leur rebouchage systématique, ainsi que la complexité des écoulements karstiques ont amené les acteurs des territoires concernés à s’interroger sur l’impact que ces phénomènes peuvent avoir sur la ressource en eau et sur ses différents usages, comme l’alimentation en eau potable et la pisciculture. L’évaluation des impacts potentiels en termes de respect de la législation, notamment de la Directive cadre européenne sur l’eau ou de la Directive Habitat qui appellent respectivement à préserver la ressource en eau et la biodiversité, était également nécessaire. L’amélioration de la connaissance du fonctionnement de cet hydrosystème, constitué de la nappe de la craie, de la Risle et de ses zones humides, permettrait en outre de prendre des décisions éclairées en cas d’évènements naturels extrêmes (crue ou étiage par exemple), mais également concernant l’aménagement ou non des bétoires.

Face à ces enjeux, la Sous-préfecture de Bernay, la DREAL Normandie, l’Agence de l’eau Seine-Normandie, le Département de l’Eure et le BRGM se sont associés pour mettre en place et coordonner l’Observatoire de la Risle moyenne, ce dernier, par le biais d’un suivi réalisé durant deux périodes hivernales et estivales, mettant de conforter la connaissance du fonctionnement hydrogéologique et écologique de cet hydrosystème.

Objectifs

L’objectif principal de cet observatoire est d’apporter des éléments d’aide à la décision relatifs au niveau de protection de la ressource en eau, et plus généralement aux aménagements et interventions à réaliser dans le bassin versant de la Risle, notamment en réaction à l’ouverture de nouvelles bétoires.

Programme des travaux

Ce projet multi-partenarial a permis d’aborder les différents aspects de l’hydrosystème karstique en croisant les résultats d’approches pluridisciplinaires portant sur ses aspects physiques, chimiques et écologiques. Des analyses directes et indirectes de l’hydrosystème ont notamment été réalisées, relatives :

  • au réseau karstique à l’aide de  techniques géologiques, d’investigations spéléologiques et de campagnes géophysiques,
  • aux échanges nappe/rivière en utilisant des approches hydrogéologiques, hydrologiques, hydrogéochimiques, thermiques et biologiques,
  • à la réadaptation et recolonisation des espèces et, plus généralement, de la reconstitution des écosystèmes dans les secteurs d’assec après remise en eau, en examinant la végétation, les macro-invertébrés et les populations piscicoles.

Les six partenaires techniques (ONEMA, DREAL, Fédération Départementale de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de l’Eure, Comité départemental de Spéléologie de l’Eure, université de Rouen et BRGM) ont mis en œuvre ces campagnes d‘acquisition de données.

Résultats obtenus

Cet observatoire a permis d’apporter des réponses concrètes sur les différents points suivant :

  • La restauration de la vie aquatique sur le tronçon ayant connu l’assec de 2012,

Inventaire par pêche électrique. © Fédération Départementale de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de l’Eure

Inventaire par pêche électrique. © Fédération Départementale de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de l’Eure

  • L’identification spatiale et temporelle des zones de connexion/déconnexion de la nappe et de la rivière, 

 identification des zones de connexion/déconnexion de la nappe et de la rivière en période de hautes-eaux.

Coupe longitudinale de synthèse : identification des zones de connexion/déconnexion de la nappe et de la rivière en période de hautes-eaux

  • La dynamique spatiale et temporelle des pertes en rivière,

Répartition et localisation des pertes de débit le long de la Risle médiane. © BRGM

Répartition et localisation des pertes de débit le long de la Risle médiane. © BRGM
 exemple des résultats simulés sur le tronçon Ajou-Grosley lors du passage de l’onde de crue de décembre 2013. © BRGM

Résultat de la modélisation des échanges de débit entre la rivière et la nappe phréatique : exemple des résultats simulés sur le tronçon Ajou-Grosley lors du passage de l’onde de crue de décembre 2013. © BRGM

  • L’identification des vides karstiques, 

Vides ou indices de vide identifiés dans les forages entre Ajou et Grosley-sur-Risle. © BRGM

Vides ou indices de vide identifiés dans les forages entre Ajou et Grosley-sur-Risle. © BRGM

  • Les facteurs déclencheurs des bétoires en rivières,
  • L’impact pour l’usage alimentation en eau potable (AEP) de la ressource en eaux souterraines, 

 

 turbidité mesurée (vert) et simulée (rouge). © BRGM

Captage AEP d’Ajou : turbidité mesurée (vert) et simulée (rouge). 

  • Le traitement des bétoires en rivière. 

PARTENAIRES

Conseil départemental de l’Eure

Agence de l’eau Seine-Normandie

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34