banner-ombre-top
banner-ombre-left
Terril du bassin houiller lorrain (Freyming-Merlebach, Moselle, 2012). © Laurent Mignaux - MEDDE

Inventaire des anciens dépôts de déchets miniers : collecte des informations

01.07.2012
Le BRGM participe au projet de réalisation de l’inventaire français des anciens dépôts de déchets miniers, dans le cadre de la Directive européenne sur les Déchets de l’Industrie Extractive. Le site pilote retenu est celui des anciennes exploitations d’étain, tungstène et arsenic de Vaulry (Haute-Vienne).

L’élaboration d’un socle de données géologiques et minières est nécessaire à une bonne compréhension de chaque site minier pour, lors de travaux ultérieurs, réaliser les études environnementales de caractérisation des pollutions.

Ce socle consiste en une présentation des données géologiques, gitologiques et géochimiques du gisement minéralisé d’une part, des méthodes d’exploitation et des procédés de traitement minier employés d’autre part, lesquels ont généré des dépôts de résidus miniers sur les sites.

Le site pilote retenu est celui des anciennes exploitations d’étain, tungstène et arsenic de Vaulry (Haute-Vienne).

Dépôts de résidus de traitement en aval de l’usine (Vaulry, Haute-Vienne). © BRGM

Contexte de réalisation

Dans le cadre de la Directive européenne sur les Déchets de l’Industrie Extractive (DDIE), un inventaire français des anciens dépôts de déchets miniers pouvant présenter un impact environnemental ou géotechnique est en cours de finalisation par GEODERIS (2010-2012). Pour les sites retenus au titre de l’article 20 de la DDIE, des actions de remises en état seront à définir, puis à mettre en œuvre. 

Le BRGM est déjà intervenu depuis 2009 pour GEODERIS, dans le cadre d’opérations méthodologiques pilotes sur la DDIE effectuées dans les régions Auvergne et Languedoc-Roussillon et pour le test in situ des fiches de terrain élaborées pour la phase de recueil d’informations.

Il a participé ensuite aux investigations sur le terrain pour la réalisation des inventaires en régions Auvergne et Languedoc-Roussillon, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, puis en 2011 en région Rhône-Alpes. Ces travaux seront complétés en 2012 par un examen des pratiques européennes déjà existantes en termes de transcription et d’application de la Directive, puis par un examen critique de la méthode irlandaise, qui était en 2010 la démarche la plus aboutie.

Objectifs

L’objectif est d’élaborer, par une approche documentaire, un socle géologique et minier nécessaire à une bonne compréhension de chaque site (objets et ouvrages miniers, processus et particularité de l’altération, polluants, etc). Cette étape préliminaire est nécessaire aux études environnementales de caractérisation des pollutions, qui comprendront les étapes d’élaboration du schéma conceptuel et de l’Interprétation de l’État des Milieux (IEM) pour ensuite aboutir, si nécessaire, à la réalisation d’un plan de gestion.

Ce socle géologique consiste en une présentation en détail de l’ensemble des données géologiques, gitologiques, géochimiques du gisement minéralisé d’une part, des méthodes d’exploitation et des procédés de traitement minier employés d’autre part, lesquels ont généré des dépôts de résidus miniers sur les sites.

Programme des travaux

L’étude s’est déroulée en deux temps : 

  • présentation générale des données géologiques et minières à acquérir (y compris concepts et classifications existantes). Cette étape a été présentée tant sous forme de  rapport que sous forme orale auprès des futurs gestionnaires d’anciens dépôts de résidus miniers ;
  • application de la méthode à un site pilote. Le site retenu est celui des anciennes exploitations d’étain, tungstène et arsenic de Vaulry (Haute-Vienne), qui combine plusieurs aspects : présence des anciennes installations de traitement, plusieurs types de dépôts de résidus miniers et de traitement (digue à stériles), contamination avérée des abords, projet d’aménagement régional de la zone.

Résultats obtenus

Une grande partie des données sur le site de Vaulry avait été acquise lors de l’étude détaillée des aléas miniers du site faite en 2009, qui comportait un volet environnement, avec notamment des prélèvements solides et liquides et mesures in situ de fluorescence X.

La visite faite sur site en fin 2011 a permis de compléter les informations concernant les dépôts de résidus miniers :

  • examen des différents dépôts et de leur typologie, 
  • état de contamination lié à la présence des résidus miniers, 
  • état de contamination par les émissions de fumées sur les murs des anciennes installations de traitement.

Cette visite a été aussi l’occasion de faire de nouvelles mesures in situ sur les eaux ainsi que des prélèvements complémentaires de déchets.

Partenaires

GIP-Géodéris

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34