banner-ombre-top
banner-ombre-left
Baie de Saint Pierre, en Martinique, au pied de la montage Pelée (Martinique, 2012). © BRGM - Maryse Le Roy

Impact quantitatif du changement climatique sur les ressources en eau de Martinique

14.10.2014
La DEAL Martinique et le BRGM ont souhaité étudier l’impact du changement climatique sur les ressources en eau, superficielle et souterraine, de la Martinique à l’horizon 2081-2100. Les modélisations ont été conduites par l’intermédiaire d’un modèle hydrologique global à trois réservoirs, développé par le BRGM, et sur la base des projections climatiques élaborées par Météo France.

Les résultats de l’étude montrent que la quantité d’eau disponible (infiltration + ruissellement) diminuerait de façon significative en saison sèche. Des tensions quantitatives croissantes sont, par conséquent, attendues sous l’effet du changement climatique pendant le carême, notamment dans le centre de la Martinique où les rivières, exploitées pour l’AEP, apparaissent particulièrement vulnérables.

Avec une recharge des aquifères plus intense pendant la saison des pluies, la ressource en eau souterraine serait quant à elle moins sensiblement impactée.

Contexte de réalisation

En Martinique, la production en eau potable provient à plus de 90 % des rivières et pose régulièrement des problèmes en période d’étiage avec le non-respect des débits réservés à l’aval des prises d’eau.

Dans la mesure du possible, cette question de la disponibilité de la ressource en eau doit cependant être traitée à plus long terme, en considérant le changement climatique attendu dans les décennies à venir. C’est pourquoi la DEAL Martinique et le BRGM ont souhaité étudier l’impact du changement climatique sur les ressources en eau, superficielle et souterraine, de la Martinique à l’horizon 2081-2100.

Objectifs

L’enjeu principal était de mesurer l’impact du changement climatique sur la disponibilité future de la ressource en eau (superficielle et souterraine) pour l’alimentation en eau potable de l’île, en particulier en période d’étiage.

Évolutions du module à l’exutoire des 24 unités hydrogéologiques (à gauche) et des niveaux piézométriques moyens selon le scénario climatiques RCP 8.5

Évolutions du module à l’exutoire des 24 unités hydrogéologiques (à gauche) et des niveaux piézométriques moyens selon le scénario climatiques RCP 8.5

Programme des travaux

Les modélisations ont été conduites par l’intermédiaire d’un modèle hydrologique global à trois réservoirs, développé par le BRGM, et sur la base des projections climatiques élaborées par Météo France. En accord avec les dernières conclusions du GIEC (2013), deux scénarios climatiques ont été étudiés à l’horizon 2081-2100 : les scénarios RCP 4.5 et RCP 8.5.

Résultats obtenus

Les principales limites et incertitudes des modèles hydrologiques et climatiques ont été clairement exposées. Aussi, les résultats de l’étude ne constituent pas des prévisions mais bien des projections de deux situations futures possibles et équiprobables, à l’horizon 2081-2100.

Pendant la saison sèche, la quantité d’eau disponible (infiltration + ruissellement) diminuerait de façon significative avec, à l’échelle de la Martinique, une baisse moyenne de 25 % pour le scénario RCP 4.5 et de 50 % pour le scénario RCP 8.5. D’un point de vue géographique, le Sud-Est de l’île serait moins impacté.

Pendant la saison des pluies, l’évolution diffère notablement selon le scénario climatique, avec une augmentation moyenne des précipitations efficaces de 38 % pour le scénario RCP 4.5 et une évolution stable pour le scénario RCP 8.5.

En période de basses eaux, les modélisations hydrologiques indiquent une baisse quasi-systématique des débits mensuels moyens des cours d’eau à l’horizon 2081-2100, avec des déficits plus prononcés pour le scénario RCP 8.5. La moitié nord de la Martinique, où se situent la totalité des captages AEP, serait plus particulièrement impactée. Des tensions quantitatives croissantes sont, par conséquent, attendues sous l’effet du changement climatique pendant le carême, notamment dans le centre de la Martinique où les rivières apparaissent particulièrement vulnérables à ce phénomène.

Avec une recharge des aquifères plus intense pendant la saison des pluies, la ressource en eau souterraine serait, quant à elle, moins sensiblement impactée. Dans le futur, les volumes d’eau souterraine potentiellement exploitables pourraient même être en augmentation dans le centre de la Martinique, quel que soit le scénario climatique étudié, ainsi que dans le Sud dans le cas du scénario RCP 4.5.

PARTENAIRES

  • DEAL Martinique
  • METEO France

RAPPORT PUBLIC

  • BRGM/RP-62676-FR - Impact du changement climatique sur les ressources en eau de Martinique. Rapport final - Télécharger le rapport
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34