logoprin

Grandes instabilités historiques de versant à hauteur des Gorges de l’Arly (communes de Cohennoz et d’Ugine en Savoie)

25.10.2017
Cette étude a été réalisée à la demande de la Direction Départementale des Territoires (DDT) de Savoie, avec la collaboration technique du Conseil départemental et du service de restauration des terrains en montagne (RTM) de Savoie.

 Réactivation sur 30 à 50 m de dénivelé du pied de versant sous forme de glissements. © BRGM

 Réactivation sur 30 à 50 m de dénivelé du pied de versant sous forme de glissements. © BRGM

Contexte

Suite à un épisode pluvieux intense, survenu du 1er au 5 mai 2015, la RD1212 a été fortement endommagée par des crues torrentielles et des départs dans le versant des Gorges de l’Arly. Les activités économiques implantées en fond de vallée en aval, sur Ugine et Albertville, ont été également touchées du fait du charriage solide torrentiel.

Suite à un épisode pluvieux intense, survenu du 1er au 5 mai 2015, la RD1212 a été fortement endommagée par des crues torrentielles et des départs dans le versant des Gorges de l’Arly. Les activités économiques implantées en fond de vallée en aval, sur Ugine et Albertville, ont été également touchées du fait du charriage solide torrentiel.

Destruction de la RD1212 lors de la crue du 2 mai 2015. © CD73

Destruction de la RD1212 lors de la crue du 2 mai 2015. © CD73

Objectif

L’objectif pour la DDT de Savoie est de disposer d’un dispositif de suivi opérationnel des Gorges de l’Arly permettant de gérer le risque gravitaire sur la vallée en anticipant au mieux les masses actives en mouvement et en appréhendant les dommages directs et indirects.

L’étude, réalisée par le BRGM fin 2015 et début 2016, a permis de réaliser un état des lieux synthétique sur la zone des Gorges d’Arly à partir d’une expertise de terrain et de données géologiques et géotechniques déjà existantes. Ce travail a permis de prendre en compte la problématique des apports solides en masse au niveau de l’Arly et d’aboutir à une première caractérisation des versants pour orienter les futurs travaux. La problématique de gestion des risques naturels a ainsi pu être appréhendée dans sa globalité avant la mise en œuvre d’études plus approfondies.

Programme des travaux

Dans un premier temps, une synthèse géologique, géotechnique et hydrogéologique a été réalisée. En dehors de la documentation géologique courante de base (cartes géologiques, rapports d’expertises ponctuelles du BRGM), toute l’information existante se concentre essentiellement sur le principal cours d’eau, le Nant Cortay, situé au centre de la zone instable des Panissats : il est en effet le siège d’événements torrentiels marqués et est, à ce titre, géré et suivi par le RTM de Savoie (monographie complète réalisée début 2015). Un travail de terrain (accompagné par le RTM) a permis de compléter ces informations.

Le cadre initial de l’étude ne concernait que la seule commune de Cohennoz et, notamment, les deux grandes instabilités de versant situées en rive gauche dites des Panissats (en amont) et du Moulin Ravier (en aval). Le restant des Gorges de l’Arly (partie aval de la rive gauche et rive droite) est situé sur la commune d’Ugine (non reconnue sur le terrain) et pris en compte dans une moindre mesure : il renferme notamment une troisième grande zone d’instabilité de versant dite du Mont Gombert, qui s’est à nouveau réactivée en 2016.

Résultats obtenus

Les grandes instabilités de versant dans la vallée de l’Arly impliquent les micaschistes de la Série Satinée, au niveau d’horizons déstructurés, qui s’étalent du pied de versant jusqu’aux zones démantelées de bordure de plateau, soit sur plusieurs centaines de mètres de dénivelé.

Cette déstructuration est historiquement héritée du récent passé glaciaire mais elle resterait aussi toujours active du fait de l’altération des terrains favorisée par une surabondance des eaux souterraines sur la rive gauche (apports du plateau des Saisies, écoulements préférentiels au sein de masses d’éboulis).

Dans les zones déstructurées, les mesures structurales éparses confirment le foudroyage des masses rocheuses résiduelles.

Seules les grandes phases de réactivation sont partiellement connues (1948, 1955, 1981 à 1983 et 2015-2016), la dynamique de détail des versants reste indéterminée, tant dans les phases de crise que d’accalmie. Un suivi inclinométrique récent en fonds de vallée laisse penser à une activité résiduelle continue du resserrement en pied de la vallée.

Le fort encaissement du fond de vallée et les fortes pentes du lit de l’Arly favorisent ensuite en période de crue soutenue le charriage solide.

Une première cartographie sommaire, principalement basée sur une analyse et un découpage géomorphologique, a été réalisée pour mettre en avant les secteurs de versant des Gorges les plus propices, a priori, à fournir des apports solides au lit encaissé afin de pouvoir y concentrer en priorité les efforts d’analyse et de terrain pour les études à venir.

Hiérarchisation des secteurs des Gorges de l’Arly susceptibles, a priori, d’engendrer des apports solides volumineux à l’Arly © BRGM

Hiérarchisation des secteurs des Gorges de l’Arly susceptibles, a priori, d’engendrer des apports solides volumineux à l’Arly © BRGM

PARTENAIRES

DDT Savoie

CD Savoie

RTM Savoie