logoprin

Évaluation du potentiel géothermique du secteur de Nice-Méridia

11.03.2015
Dans un contexte d’envolée des prix de l’énergie et une nécessité de réduire son empreinte écologique, le recours aux énergies vertes semble offrir une réelle alternative, particulièrement quand celles-ci présentent un caractère local et que leur viabilité économique est prouvée.

De ce point de vue, une étude réalisée par le BRGM en 2013 a prouvé que la géothermie constitue une solution concrète et bien adaptée pour couvrir les besoins thermiques de la future technopole de Nice-Méridia, sous réserve de lever certains verrous techniques (liés à la réinjection, la nappe étant proche de la surface et le faciès sableux pouvant entraîner un colmatage du puits de réinjection) qui pourraient réduire sa performance énergétique.

Contexte

Dans un contexte d’envolée des prix de l’énergie et une nécessité de réduire son empreinte écologique, le recours aux énergies vertes semble offrir une réelle alternative, particulièrement quand celles-ci présentent un caractère local et que leur viabilité économique est prouvée.

Objectifs

L’établissement public d’aménagement (EPA) de l’Éco-Vallée de la plaine du Var et le BRGM ont décidé de réaliser une étude d’évaluation du potentiel géothermique du secteur de Nice Méridia. Cette évaluation consiste à caractériser les ressources géothermales sur le secteur d’étude et à les croiser avec les besoins thermiques des bâtiments concernés en surface.

La diversité des fonctions et la mixité à l'échelle des îlots dans le secteur de Nice-Méridia.

Programme des travaux

Afin de parvenir à cet objectif, la méthodologie appliquée a comporté trois grandes phases de travail :

  • réalisation d’une campagne de reconnaissance hydrogéologique des alluvions du Var au droit du site d’étude ;
  • modélisation hydrodynamique et simulation des impacts thermiques des opérations de géothermie sur la nappe ;
  • analyse technico-économique de la viabilité d’intégrer la géothermie dans le paysage énergétique de Nice Méridia.

Résultats

Les résultats de cette étude permettent de confirmer le potentiel géothermique élevé de la nappe des alluvions au droit du secteur de Nice-Méridia. En effet, avec des débits d’exploitation pouvant atteindre 300 m3/h par ouvrage (rabattement inférieur à 3m) et une température d’eau de nappe oscillant en fonction des saisons entre 13°C et 17°C, il a été démontré que la géothermie pourrait couvrir 100% des besoins thermiques (chauffage, ECS et froid sous forme de rafraîchissement et/ou de climatisation) des bâtiments de la future technopole.

Les impacts hydrodynamiques et thermiques que pourrait engendrer l’exploitation géothermique sur la nappe, et plus particulièrement sur les captages d’AEP situés dans un périmètre proche à l’ouest de Nice-Méridia, ont été étudiés via le modèle numérique conceptuel, construit à l’aide du logiciel Marthe dans le cadre de cette étude. Il en ressort que ces impacts sont limités aux seuls aspects thermiques, mais que ces derniers restent négligeables, car le faible écart de température constaté au niveau du périmètre rapproché des captages en AEP ne dépasse pas 2°C, ce qui reste dans la gamme des fluctuations saisonnières de la température des eaux de la nappe alluviale.

Enfin, l’analyse technico-économique réalisée pour l’optimisation de l’intégration de cette géothermie sur eau de nappe dans le paysage énergétique de Nice-Mérida a nécessité la mise en adéquation des  besoins thermiques du futur bâti, évalués dans le cadre de ce projet, avec la ressource géothermale, à travers une étude de trois scénarii d’exploitation, avec pour chacun une déclinaison selon trois hypothèses.

Impacts thermiques de la géothermie sur la nappe au cours d’une saison - Scénario 3 (modélisation réalisée à l’aide du logiciel Marthe).

PARTENAIRE

  • EPA de l’Éco-Vallée de la plaine du Var