banner-ombre-top
banner-ombre-left
La corniche des Basques (France, 1988). © BRGM - François Michel

Caractérisation de l’aléa submersion marine dans le cadre des Plans de Prévention des Risques Littoraux en Aquitaine

06.10.2014
Comme suite à la prescription des Plans de Prévention des Risques Littoraux, le BRGM a caractérisé l’aléa submersion marine sur les secteurs concernés des Landes, de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques.

Pour cela, une méthode d’analyses statistiques ainsi que de modélisation numérique de l’agitation marine et de la submersion a été mise en œuvre. Conformément au guide méthodologique du MEDDE, elle permet de prendre en compte l’effet combiné du vent, des vagues, des niveaux de marée et de la surcote atmosphérique. L’effet du changement climatique est estimé à partir d’une augmentation du niveau de la mer. Le rôle des ouvrages de protection contre la submersion marine (digue par exemple) est évalué à partir de la simulation de plusieurs scénarios de défaillance (brèche, ruine généralisée).

Les résultats finaux attendus sont des cartes d’un aléa (faible à très fort) basé sur le croisement des vitesses et des hauteurs d’eau à l’échelle 1/5 000ème.

Contexte et Objectifs

Comme suite à la prescription des Plans de Prévention des Risques Littoraux en Aquitaine, le BRGM a caractérisé l’aléa submersion marine sur les secteurs concernés suivants :

  • le pourtour du Bassin d’Arcachon,
  • le secteur de Mimizan,
  • le secteur du courant de Soustons,
  • le secteur du Bourret Boudigau,
  • le secteur de Saint-Jean-de-Luz,
  • le secteur d’Hendaye.

L’objectif de l’étude est de prendre en compte l’effet combiné du vent, des vagues, des niveaux de marée et de la surcote atmosphérique, ainsi que les particularités géomorphologiques locales de chaque secteur, pour reproduire les processus de submersion marine. Le résultat attendu est une cartographie des surfaces inondables, des vitesses et des hauteurs d’eau à une échelle au 1/5 000ème.

Méthode

La méthode développée par le BRGM repose notamment sur des analyses statistiques dites de « probabilités conjointes » pour déterminer un évènement météo-marin centennal (Bulteau et al., 2013) sur une modélisation numérique pour simuler l’agitation marine et la submersion marine induite par cet évènement, ainsi que sur un travail géomatique pour la restitution cartographique et la constitution d’un SIG.

En complément, une approche historique sur chaque secteur est indispensable afin de connaître les particularités locales et les évènements passés avec les impacts et éventuels dégâts occasionnés. Une réflexion sur les modalités de prise en compte des ouvrages de protection contre la submersion marine est également réalisée en concertation avec les DDTM (état fonctionnel, brèche, ruine généralisée).

La méthode est mise en œuvre conformément au Guide méthodologique du MEDDE (Décembre 2013).

Résultats

Les travaux ont permis de reproduire les submersions marines par débordement et franchissement de paquets de mer sur la façade océanique, mais aussi à l’intérieur des estuaires (courants landais et secteur d’Hendaye), d’une baie (secteur de Saint-Jean-de-Luz) et d’une lagune (Bassin d’Arcachon).

Sur tous les secteurs aquitains, l’évènement de référence retenu est un évènement centennal simulé car les études historiques et le peu d’enregistrements de données météo-marines n’ont pas mis en évidence d’évènement passé plus défavorable.

Dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, les mesures de débits et les informations collectées ont permis de prendre en compte la conjonction d’une submersion avec une crue décennale.

Déterminés en concertation avec la DDTM, le Conseil général et les services techniques des communes concernées, plusieurs scénarios de prise en compte des ouvrages de protection contre la submersion marine ont été réalisés (ruine généralisée, différents types de brèche) sur les secteurs des Pyrénées-Atlantiques. Ils sont en cours de détermination sur les secteurs des Landes et de la Gironde.

En Gironde, seules les cartes d’un aléa basé uniquement sur les hauteurs d’eau ont pour l’instant été produites et livrées. Elles correspondent au scénario de ruine généralisée des ouvrages de protection contre la submersion marine. Les cartes d’un aléa basé sur le croisement des vitesses et des hauteurs d’eau pour des scénarios de défaillance des ouvrages sont en cours de réalisation.

Dans les Landes, la complexité des interactions entre les phénomènes de remontée de nappe, d’inondation fluviale et de submersion marine requiert une analyse du fonctionnement du littoral approfondie, qui est en cours actuellement avec la collaboration du CEREMA. 

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les cartes d’un aléa basé sur le croisement des vitesses et des hauteurs d’eau ont été produites pour plusieurs scénarios de prise en compte des ouvrages de protection contre la submersion marine et pour 2 évènements : un actuel et un autre à l’horizon 2100, qui prend en compte une élévation du niveau de la mer de 60 cm liée au changement climatique. Elles mettent en évidence le rôle efficace de protection des ouvrages en l’absence de défaillance, ainsi qu’un aléa submersion moins défavorable que l’aléa inondation fluviale sur le secteur de Saint-Jean-de-Luz.

PARTENAIRE

  • Ministère de l’Ecologie, Direction générale de la Prévention des Risques (DGPR)
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34