banner-ombre-top
banner-ombre-left
Érosion majeure au droit de l’immeuble Le Signal, séparé du haut de falaise par 15 mètres de dune, suite aux tempêtes de décembre 2013 et janvier 2014 (Soulac-sur-Mer, Aquitaine, 2014).

Caractérisation de l’aléa recul du trait de côte sur le littoral de la côte aquitaine aux horizons 2025 et 2050

13.10.2017
Les actions de lutte contre l’érosion proposées dans la stratégie régionale de gestion de la bande côtière en Aquitaine (2012, GIP Littoral Aquitain) s’appuient sur la caractérisation de l’aléa érosion (2020-2040) de la Côte Aquitaine, réalisée par Aubié et al., en 2011.

Vue aérienne et mouvement de terrain affectant la falaise d’Erretegia, commune de Bidart (Pyrénées-Atlantiques). © OCA

Vue aérienne et mouvement de terrain affectant la falaise d’Erretegia, commune de Bidart (Pyrénées-Atlantiques). © OCA

Contexte

Depuis 2011, un certain nombre d’événements, et d’améliorations de la connaissance locale, ont conduit les administrateurs du GIP et les membres de l’Observatoire de la Côte Aquitaine à demander l’actualisation de la caractérisation de l’aléa recul du trait de côte en ex-Aquitaine et des cartographies associées (carte régionale et atlas).

Les contextes réglementaires ont par ailleurs évolué depuis l’étude menée en 2011. La mise en cohérence a été recherchée entre les démarches entreprises à ces différentes échelles (guide d’élaboration des Plans de Prévention des Risques Littoraux, stratégies locales de gestion de la bande côtière par exemple) et la présente caractérisation de l’évolution du trait de côte.

Objectifs

Cette étude vise à actualiser les taux et les projections d’érosion du littoral aquitain depuis l’estuaire de la Gironde au nord, jusqu’à la Bidassoa au sud, dans l’objectif d’évaluer les possibles positions futures du trait de côte en 2025 et en 2050.

Programme des travaux

La méthode développée repose essentiellement sur les précédents travaux de l’Observatoire de la Côte Aquitaine en la matière. Elle intègre par ailleurs les évolutions concernant la caractérisation de l’aléa recul du trait de côte émises au niveau national. En outre, les deux composantes décrivant cet aléa sont étudiées : le taux moyen d’évolution annuel d’une part, et le recul lié à l’impact d’un évènement majeur, d’autre part. Ces deux composantes sont définies pour les deux contextes géomorphologiques de la côte aquitaine : la côte sableuse (Gironde et Landes) et la côte rocheuse (Pyrénées-Atlantiques ou côte basque française).

L’analyse des tendances passées d’évolution du littoral (traitement géomatique et statistique à l’aide de l’outil DSAS, pour Digital Shoreline Analysis System) et le socle de connaissances des processus d’évolution du littoral sont les principaux outils qui  permettent d’estimer les taux d’évolution de la côte. Ainsi, les résultats des traitements statistiques sont systématiquement analysés à dire d’expert, de manière à éliminer les artefacts numériques et à intégrer des paramètres supplémentaires (connaissance historique, géomorphologie, processus hydro-sédimentaires par exemple). Une extrapolation dans le temps des taux d’évolution moyens annuels obtenus permet de dresser une cartographie des traits de côte en 2025 et en 2050.

Les reculs liés à l’impact d’un évènement majeur sur la côte sableuse sont déterminés à partir des observations de l’Observatoire de la côte Aquitaine. Sur la côte rocheuse, une approche par expertise intégrant les caractéristiques géologiques, géomorphologiques, géomécaniques et les évènements historiques est privilégiée, les reculs étant liés à l’occurrence de mouvements de terrain.

Pour chaque type d’environnement côtier, les incertitudes sur les positions futures du trait de côte sont caractérisées. Enfin, une estimation des reculs supplémentaires susceptibles d’intervenir dans un contexte de changement climatique est proposée pour l’horizon 2050.

Résultats obtenus

Sur la côte sableuse, l’érosion moyenne chronique du trait de côte conduit - pour les horizons 2025 et 2050 – à des reculs respectivement de l’ordre de 20 m et 50 m, auxquels s’ajoute un recul lié à un évènement majeur variant de 10 à 25 mètres.

Sur la côte rocheuse, en moyenne, le recul chronique est de l’ordre de 0,25 m/an. Sur les secteurs de falaises et de versants altérés (72 % du linéaire du littoral basque), les valeurs moyennes de recul total potentiel sont de l’ordre de 10 m pour 2025 et 27 m pour 2050, incluant le recul lié à un évènement majeur.

Taux moyens annuels d’érosion de la côte sableuse de l’ex-Aquitaine. © OCA

Taux moyens annuels d’érosion de la côte sableuse de l’ex-Aquitaine. © OCA

Ces résultats sont retranscrits dans diverses productions cartographiques. Elles permettent d’apprécier l’aléa recul du trait de côte aux horizons 2025 et 2050 aux échelles régionale et locale, cette dernière faisant en outre l’objet d’un atlas cartographique.

Extrait de l’atlas cartographique de l’aléa recul du trait de côte aux horizons 2025 et 2050. © OCA

Extrait de l’atlas cartographique de l’aléa recul du trait de côte aux horizons 2025 et 2050. © OCA

PARTENAIRES

Europe (FEDER), État (FNADT), Région Nouvelle-Aquitaine, Département de la Gironde, Département des Landes, Département des Pyrénées-Atlantiques, Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon, ONF.

EPOC (Université de Bordeaux), SIAME (UPPA), ERMMA, CEREMA, GIP Littoral Aquitain.

RAPPORT PUBLIC

BRGM/RP-66277-FR - Caractérisation de l'aléa de recul du trait de côte sur le littoral de la côte aquitaine aux horizons 2025 et 2050 - Télécharger le rapport

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34