Le BRGM a étudié, pour répondre à une sollicitation du Syndicat des eaux du Marseillon et du Tursan, le fonctionnement hydrogéologique d’une source utilisée pour l’alimentation en eau potable soumise régulièrement à des difficultés de gestion. Dans ce but, le rôle de l’anticlinal, duquel émerge la source, a été analysé et replacé dans le contexte hydrodynamique régional.
1 octobre 2021
La source du Marseillon à Audignon La source du Marseillon à Audignon

La source du Marseillon à Audignon (Landes, 2018).

© BRGM - Olivier Cabaret

Le besoin

La structure anticlinale d’Audignon, dans les Landes, porte à l’affleurement des formations carbonatées renfermant des ressources en eau importantes exploitées pour l’alimentation en eau potable (AEP) et l’agriculture. Ces formations sont soumises à la karstification, synonyme d’une vulnérabilité de la ressource vis-à-vis des pollutions. Cette vulnérabilité s’exprime à la source du Marseillon, ressource AEP stratégique pour la région, par des phénomènes récurrents de turbidité et des variations importantes de la qualité de l’eau. Le syndicat des eaux du Marseillon et du Tursan a souhaité engager une étude afin de comprendre le fonctionnement de cette source pour être en mesure d’en sécuriser l’approvisionnement en eau. Par ailleurs, cette étude menée également à l’échelle de la structure d’Audignon répond au classement de celle-ci en Zones à Objectifs plus Stricts (ZOS) du Bassin Adour-Garonne, pour lesquelles des programmes doivent être engagés de façon prioritaire, afin de réduire les coûts de traitement de l'eau potable.

Équipements de la source dans le griffon principal et en sortie de lagune à Audignon Équipements de la source dans le griffon principal et en sortie de lagune à Audignon

Équipements de la source dans le griffon principal et en sortie de lagune à Audignon (Landes, 2018).

© BRGM - Olivier Cabaret

Les résultats

L’approche pluridisciplinaire mise en euvre, focalisée sur la structure anticlinale, a permis d’évaluer son rôle d’alimentation et d’exutoire des nappes profondes selon les secteurs géographiques.

Les analyses effectuées sur la source du Marseillon ont quant à elles permis de proposer une première délimitation de son bassin d’alimentation. Par ailleurs, le rôle des formations qui recouvrent l’anticlinal couplé à la composante karstique du réservoir dans le fonctionnement hydrodynamique de la source et dans la survenue d’eaux turbides a été mis en évidence.

L'utilisation

Pour les besoins de l’étude, la mise en place d’un capteur de turbidité directement dans le griffon principal de la source a permis, au moyen d’une configuration spécifiquement définie pour ce site, de prévenir l’apparition d’eau turbide dans les forages de la source. Les équipements mis en œuvre, et maintenus par le syndicat, ainsi que les résultats ont été utilisés dans le cadre des travaux menés pour le schéma directeur AEP.

Les partenaires

  • Agence de l’Eau Adour-Garonne
  • Conseil Départemental des Landes
  • Syndicat des Eaux du Marseillon et du Tursan
Système de recharge de l'aquifère dunaire, Belgique Système de recharge de l'aquifère dunaire, Belgique

Ce travail a été techniquement très intéressant et nous permet de réagir plus tôt pour arrêter les forages avant qu’ils soient pollués. L’étude nous a montré que la provenance de l’eau était majoritairement superficielle alors qu’on pensait qu’il s’agissait davantage d’un apport en profondeur. Elle a aussi mis en évidence les liens entre la rivière qui passe à proximité et nos forages. Cela a aussi confirmé ce que nous pressentions : le traitement du problème de turbidité ne peut malheureusement être que palliatif et la solution définitive serait d’envisager un nouveau forage dans une zone moins karstique. Ces travaux ont aussi contribué à l’élaboration du schéma directeur d’alimentation en eau potable en vue de limiter les pollutions agricoles et le coût du traitement de l’eau.

Nicolas Ludeau, chargé de mission au Syndicat des Eaux Marseillon Tursan