Care-Peat est un projet Interreg - Europe du Nord-Ouest (ENO). Douze partenaires travaillent ensemble pour réduire les émissions de carbone et restaurer la capacité de stockage du carbone de différents types de tourbières en Europe du Nord-Ouest.
29 juillet 2019
Logo du projet Care-Peat

Logo du projet Care-Peat. 

© Care-Peat 

Les tourbières face au changement climatique

Pourquoi se concentrer sur les tourbières ? Les tourbières ne sont pas seulement des habitats abritant une flore et une faune très spécialisées, elles jouent également un rôle important dans la régulation du climat mondial. Les tourbières de l'hémisphère nord représentent 3 à 5% de la superficie totale des terres et contiennent environ 33 % du carbone du sol mondial. Par conséquent, les tourbières ont un fort potentiel naturel d'économie de carbone et jouent un rôle important dans les solutions naturelles au changement climatique.

Lorsque les tourbières sont drainées, le carbone bien préservé est libéré dans l'atmosphère sous forme de gaz à effet de serre. C'est pourquoi il est important de maintenir les tourbières humides. Malheureusement, de nombreuses tourbières sont dégradées et émettent du carbone au lieu de le stocker. Les émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre provenant des sols organiques drainés sont deux fois supérieures à celles de l'aviation. Nous devons agir maintenant pour empêcher toute nouvelle dégradation et encourager la reconstitution des tourbières restantes.

Tourbière de la Guette
  • 4.22
    M€
    Financement de l'UE

  • 7.03
    M€
    Budget total

  • 2019.00
    -2023
    Durée du projet

Tourbière de la Guette

Tourbière de la Guette - Sologne (France). 

© BRGM 

Objectifs du projet CARE-PEAT et résultats attendus 

L'objectif principal de Care-Peat (Carbone loss REduction in PEATlands : an integrated approach) est de mettre en place de nouvelles technologies innovantes de restauration et de mesure du carbone et d'impliquer les parties prenantes, locales et régionales.

Par conséquent, les organisations de protection de la nature, en collaboration avec les propriétaires fonciers locaux, restaurent les tourbières de 7 sites pilotes différents, d'une superficie de 1 à 250 hectares, et démontrent les économies de carbone (potentielles) réalisées grâce à la restauration. Pour chaque site pilote, différentes techniques de restauration sont utilisées - de la gestion manuelle à la culture de mousses de tourbe. Tout au long du projet, les organisations sont soutenues par les instituts de recherches pour développer et tester de nouveaux équipements, des méthodes et des modèles capables de prédire les flux de carbone (par exemple, en utilisant des drones et des satellites pour guider la restauration et fournir des données pour les modèles de carbone). Care-Peat travaille également avec des entreprises innovantes dans le domaine de la restauration et développe des partenariats avec des acteurs locaux et régionaux afin d'accroître l'impact des pilotes et maximiser les avantages socio-économiques.

Les principaux résultats de Care-Peat sont la publication d'un outil d'aide à la gestion et à la décision et d'un ensemble de modèles socio-économiques concernant les meilleures options de restauration des tourbières en matière de stockage du carbone. De cette façon, les résultats du projet sont transférés et reproduits aux utilisateurs de toute l'Europe du Nord-Ouest pour déterminer les mesures de gestion les plus appropriées, même après la fin de Care-Peat.
En 2021, dans le cadre du programme Interreg NWE, le projet Care-Peat a eu l'opportunité de renforcer son champ d'application avec un projet dit de "capitalisation". L'objectif est d'appliquer les résultats du projet à de nouvelles zones et à un nouveau groupe cible en Europe du Nord-Ouest. Grâce à cette approbation, pas moins de 3 nouveaux partenaires et 6 nouveaux partenaires associés ont rejoint notre consortium. Dans le projet de capitalisation, nous développons une méthodologie unifiée pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre des tourbières, qui est largement applicable en Europe du Nord-Ouest (différents types de tourbières et régions), et ainsi augmenter l'impact de l'outil d'aide à la décision. Nous incluons également les agriculteurs et les organisations d'agriculteurs comme nouveau groupe cible principal en nous engageant directement avec eux et en incorporant les meilleures pratiques pour les économies de carbone sur les terres agricoles.

Care-Peat est ambitieux. D'ici la fin du projet, en 2023, nous pensons qu'environ 8137 tonnes d'émissions de carbone par an auront été évitées et stockées dans les 7 sites pilotes (au total, environ 645 hectares).

Après 2023, nous espérons que les organisations de protection de la nature et autres organisations de toute la région du nord-ouest de l'Europe prendront d'autres mesures, ce qui permettra de restaurer beaucoup plus de tourbières. Et plus les tourbières seront restaurées, plus la quantité de carbone économisée sera importante. De cette manière, les tourbières peuvent devenir un partenaire naturel important des politiques climatiques dans toute l'Europe du Nord-Ouest.

    Rôle du BRGM 

    Le BRGM est impliqué dans l’ensemble des tâches techniques du projet, en particulier la modélisation des échanges de gaz à effet de serre (CO2 et CH4) à l’interface entre les tourbières et l’atmosphère. Il s’agit d’un rôle transverse puisqu’il consiste à simuler ces échanges de gaz et à prédire les bilans Carbone de l’ensemble des 7 sites pilotes du projet. Le BRGM travaillera en étroite collaboration avec l’ensemble des organismes et instituts en charge des mesures in-situ de flux sur chacun des sites.   

    Partenaires du projet 

    Le partenariat principal est composé de 7 instituts de recherche et 5 organisations de protection de la nature basés en Belgique, France, Irlande, Pays-Bas et Royaume-Uni. Avec 5 sous-partenaires et 47 partenaires associés, nous développons et testons de nouvelles techniques et stratégies socio-économiques pour la réduction du carbone.

    • Belgique :  Natuurpunt (porteur de projet) 
    • France :  BRGM, Université d’Orléans, Université de Rennes, CNRS 
    • Pays-Bas :  Vereniging Natuurmonumenten, Eurosite, Van Hall Larenstein University of Applied Sciences
    • Royaume-Uni  :  Lancashire Wildlife Trust , Manchester Metropolitan University, North Wales Wildlife Trust
    • Irlande :  National University of Ireland Galway