Nappes d’eau souterraine au 1er mai 2018

Près des deux-tiers des nappes phréatiques (60%) affichent un niveau modérément haut à très haut et moins d’un quart d’entre elles (21%) affichent un niveau modérément bas à très bas.
17 mai 2018
Carte de France de l’état des nappes d’eau au 1er  mai 2018

Carte de France de l’état des nappes d’eau au 1er mai 2018.

© BRGM

Le niveau des nappes au 1er mai 2018 est hétérogène d’une région à l’autre. 

Près des deux-tiers des nappes (60%) affichent un niveau modérément haut à très haut et moins d’un quart d’entre elles (21%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Un cinquième (19%) se situe dans la moyenne. Cette situation confirme l’incidence notable des pluies de ce début d’année et une recharge hivernale conséquente. A l’exception de quelques rares secteurs, on note, sur la plus grande partie du territoire, que les précipitations du début d’année ont été significatives en termes de recharge des aquifères. 

Tendance d’évolution du niveau des nappes 

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit une phase de recharge hivernale qui se termine. On se situe désormais, avec seulement 41 % des points encore orientés à la hausse, sur la période ou la plus grande majorité des points tend à se stabiliser. Le nombre de points dont la tendance d’évolution est à la baisse augmente de manière significative (39%) par rapport au mois précédent (25% fin mars). Cette situation traduit la période de bascule entre hautes eaux et baisse progressive des niveaux vers les basses eaux. La fin de la recharge hivernale semble désormais actée. 

La situation des nappes au 1er mai 2018 traduit la bascule entre hautes eaux et la période de basses eaux à venir.