Previous Page  59 / 98 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 59 / 98 Next Page
Page Background

faciles à localiser en raison de leur taille. L’arsenic, ini-

tialement contenu dans les roches et les minerais, se

retrouve piégé sous différentes formes chimiques dans

les sols et les sédiments qui résultent de leur altération

supergène. Lors de ce transfert, son support minéralo-

gique change et passe du sulfure, à l’équilibre avec la

roche non altérée, à celui d’arséniates, de phosphates,

de sulfates ou d’oxydes et hydroxydes de fer en équi-

libre (parfois réversible) avec les conditions de la sur-

face. Ce changement d’état se produit dans un

espace restreint, ce qui suppose un déplacement peu

important de l’élément chimique.

Ainsi, une roche riche en arsenic développe par

altération une auréole géochimique riche en arsenic

dans les sols qui se forment au-dessus, et l’érosion

disperse à son tour une anomalie dans les sédiments

fins du réseau hydrographique qui les draine.

Il est intéressant de noter, que, bien que les teneurs

enregistrées dans les sols ou les sédiments soient par-

fois élevées (les teneurs de plusieurs centaines de gram-

mes par tonne sont communes), les eaux de surface

restent généralement libres de la présence d’arsenic,

ce dernier restant piégé dans des phases minérales,

surtout oxydes et hydroxydes, en équilibre avec l’en-

vironnement.

La carte des anomalies naturelles en arsenic dans les

sédiments de ruisseau duMassif Central (fig. 1) qui est

présentée ci-contre ne doit donc pas être lue comme

une carte de contamination en arsenic avec risque

associé pour la santé.

L’arsenic analysé, correspond à la fraction fine des

sédiments de ruisseaux, qui concentre les minéraux

stables riches en cet élément.

Bien qu’incomplet, l’inventaire minier du Massif

Central n’ayant été réalisé qu’à environ 50 % (les

trous de la carte !), ce travail attire l’attention sur la

taille importante des formations arséniées. Les

anomalies, souvent de très grande dimension,

correspondent à divers types de roches ou de drains

hydrothermaux.

Les anomalies non linéaires de la carte correspondent

pour l’essentiel à des schistes noirs et des auréoles

thermiques dans l’encaissant immédiat de certaines

intrusions granitiques.

Les anomalies linéaires de grande extension sont

liées aux zones de cisaillement associées aux

phases tectoniques tardy-hercyniennes (300 MA).

L’arsénopyrite y imprègne les roches affectées par les

57

Géosciences

• numéro 2 • septembre 2005

de l’arsenic naturel

Fig. 1 : Massif Central,

sédiments de l’Inventaire,

isovaleurs As.

Fig. 1: Massif Central,

Inventory sediments,

As isovalues.

© BRGM-Im@gé

”“

Les eaux de surface

restent généralement

libres de la présence

d’arsenic .