banner-ombre-top
banner-ombre-left
Les mud-craks sont des figures de dessiccation dans des boues latéritiques (Canala, Nouvelle-Calédonie, 2004). © BRGM - Séverine Bès de Berc

Le retrait-gonflement des argiles

Enjeux des géosciences - 20.07.2016
En tant que risque naturel d’origine climatique, le phénomène de retrait-gonflement des argiles est directement lié aux conditions météorologiques et notamment aux précipitations. Ce risque est identifié depuis les années 1950.

Aperçu du dossier d'actualité sur le retrait gonflement des argiles

Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations

On qualifie de risque géologique tout incident catastrophique engendré par des phénomènes de mouvements de terrain, intervenant de manière plus ou moins rapide et plus ou moins brutale.

Les risques géologiques représentent 11,2% des évènements naturels catastrophiques. On distingue au sein des risques géologiques :

  • les risques telluriques liés au déplacement continu des plaques de la croûte terrestre causant séismes, éruptions volcaniques, tsunamis ;
  • les risques côtiers dépendants des mouvements des mers et océans et induisant l’érosion et la submersion des côtes ;
  • et enfin les risques climatiques inhérents aux éléments tels que le vent, la température et les précipitations dont les principales conséquences non météorologiques, sont des mouvements de terrain.

Le risque ou "aléa" de retrait-gonflement des argiles appartient à cette dernière catégorie.

Les sols argileux possèdent la curieuse propriété de voir leur consistance se modifier en fonction de leur teneur en eau. Ainsi, en contexte humide, les sols argileux se présentent comme souples et malléables, tandis que ce même sol desséché sera dur et cassant. Des variations de volumes plus ou moins conséquentes en fonction de la structure du sol et des minéraux en présence, accompagnent ces modifications de consistance.

Ainsi, lorsque la teneur en eau augmente dans un sol argileux, on assiste à une augmentation du volume de ce sol - on parle alors de "gonflement des argiles". Un déficit en eau provoquera un phénomène inverse de rétractation ou "retrait des argiles".

Un phénomène aux conséquences coûteuses

Non dangereux pour l’homme, le phénomène de retrait-gonflement des argiles est désormais bien connu des géotechniciens. Il est pris en charge depuis 1989 par la procédure Cat Nat, il est la deuxième cause d’indemnisation (au premier rang : les inondations).

Générant de sérieux dégâts sur l’habitat, c’est ainsi près de 6 milliards d’euros qui ont été dépensés entre 1990 et 2013 pour indemniser les propriétaires et limiter les désordres liés à ce phénomène.

POUR ALLER PLUS LOIN 

Télécharger le dossier d'actualité sur le retrait-gonflement des argiles

CONTACT PRESSE

Alice Chaumerat

+33 (0)2 38 64 48 47

+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34