banner-ombre-top
banner-ombre-left
La plaine du Roussillon est bordée par les Pyrénées à l’ouest, le massif des Corbières au nord et la Méditerranée à l’est. © Laura Baillet

Projet européen Dem’Eaux Roussillon : des forages pour mieux comprendre le comportement des nappes d’eau souterraine de la plaine du Roussillon

Communiqués de presse - 29.03.2018
Dans le cadre du projet de recherche Dem’Eaux Roussillon, le BRGM et ses partenaires vont mettre en place deux plateformes expérimentales d’observation des eaux souterraines sur les communes de Canet-en-Roussillon et de Pollestres. L’objectif est d’améliorer la connaissance des aquifères "Plio-Quaternaires" pour élaborer un modèle de gestion innovant de la ressource en eau souterraine.

Les nappes plio-quaternaires de la plaine du Roussillon permettent l’alimentation en eau potable de 400 000 habitants, soit plus de 85% de la population des Pyrénées-Orientales. Ces nappes constituent donc une ressource indispensable qu’il convient de gérer collectivement. Les prélèvements, trop importants aujourd’hui, entraînent une baisse du niveau des nappes profondes depuis plusieurs années, traduisant un déficit quantitatif. Lorsqu’elles se trouvent à proximité de la mer, elles sont susceptibles d’être mélangées à de l’eau de mer, en cas d’exploitation trop importante par les pompages. L’enjeu autour de la protection des ressources de cet aquifère est donc crucial et ne peut être traité sans une amélioration substantielle des connaissances scientifiques pour disposer d’un outil de gestion en temps réel.

Pour améliorer cette connaissance et trouver des solutions pour sécuriser cette ressource, les collectivités (Conseil Départemental, Communauté Urbaine, la Région Occitanie), le Syndicat mixte des nappes du Roussillon et l’Agence de l’eau se sont associés au projet de recherche Dem’Eaux Roussillon qui a pour but l’acquisition de données géologiques et hydrogéologiques et une meilleure compréhension du fonctionnement de cet aquifère.

Lancé depuis décembre 2016, ce projet a donné lieu à des premières actions de concentration et de synthèse des données géologiques et hydrogéologiques disponibles. Cette synthèse a mis en évidence des lacunes de connaissance qu’il est nécessaire de combler. Pour ce faire, 2 forages de reconnaissance sont en cours de réalisation :

  • Les travaux pour le premier forage (site Mer), situé sur la commune de Canet-en-Roussillon, ont débuté le 26 février dernier et se poursuivront jusqu’en octobre 2018.
  • Le second forage (site Terre), situé dans la commune de Pollestres, devrait être lancé entre avril et juin et s’achever en décembre 2018.

Vue de l’atelier de forage du site de Canet-en-Roussillon. © C. Duvail - FUGRO

Localisation des deux forages.

Ces forages ont pour objectif d’acquérir des échantillons des formations géologiques traversées qui permettront de mieux connaître la géométrie des aquifères profonds et leurs caractéristiques hydrauliques. Aussi, ils renseigneront sur les échanges qui se mettent en place entre les nappes d’eau souterraine superficielles et profondes.

Cette phase d’expérimentation est nécessaire pour comprendre les écoulements souterrains, les échanges entre la terre et la mer, qui contrôlent les risques d’intrusion saline et caractériser les zones de recharge de l’aquifère Plio-Quaternaire.

Vue de l’atelier de forage du site de Canet-en-Roussillon. © C. Duvail - FUGRO

Vue de l’atelier de forage du site de Canet-en-Roussillon. © C. Duvail - FUGRO

Un aquifère complexe, vulnérable et méconnu

Situé dans l’une des régions les plus arides de France avec une pluviométrie annuelle de 570 mm, l’aquifère Plio-Quaternaire est comme un mille-feuilles : des couches superposées dans lesquelles l’eau souterraine s’écoule sur une épaisseur pouvant aller jusqu’à de 250 m. Cette ressource joue un rôle central pour le développement urbain et agricole de la plaine Roussillon. Sa protection est donc cruciale et ne peut être réalisée sans une amélioration substantielle des connaissances scientifiques. Plusieurs questions se posent encore: Jusqu’où s’étend le réservoir sous la mer ? L’eau y est-elle douce ? Comment la ressource en eau souterraine sera-t-elle impactée par l’évolution future du climat? Comment vont évoluer les besoins en eau ? Comment utiliser au mieux les nouvelles technologies pour disposer d’un outil de gestion en temps réel ? Ces questions au coeur des travaux des partenaires du projet Dem’Eaux Roussillon.

À PROPOS DU PROJET

Le projet Dem’Eaux Roussillon durera jusqu’en 2020. Il mobilise des organismes de recherche (BRGM - coordinateur, Irstea, les Universités de Montpellier et de Perpignan Via Domitia), des entreprises spécialisées en géosciences (BRL Ingénierie, FUGRO Geoter et Yellowscan) et en informatique (Synapse), ainsi que les gestionnaires de la ressource en eau du territoire (Syndicat Mixte des Nappes de la Plaine du Roussillon et Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt) et des collectivités locales (Département des Pyrénées-Orientales , Communauté Urbaine, Région). Son financement est assuré à 20% par l’État et par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020), à 15% par le fonds européen FEDER, à 15% également par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, à 5% par Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine et à 3% par le Département des Pyrénées-Orientales. Le reste du financement du projet (soit 42%) est apporté grâce à la participation financière de la plupart des partenaires.

En savoir plus sur le projet Dem'Eaux Roussillon

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le communiqué de presse

CONTACT PRESSE

Alice Chaumerat

+33 (0)2 38 64 48 47
+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34