banner-ombre-top
banner-ombre-left
Griffon ou source latérale de la Fontaine de Vaucluse, la plus grosse exsurgence de France (Fontaine-de-Vaucluse, Vaucluse, 2007). © BRGM - François Michel

Etat des nappes d'eau souterraine au 1er novembre 2016

Notes d'information - 16.11.2016
Près des deux tiers des nappes phréatiques (62%) affichent un niveau normal ou supérieur à la normale. La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit, en ce début de période hivernale, la phase habituelle de bascule entre baisse et hausse des niveaux.

Résumé de la situation

Situation du niveau des nappes

Le niveau des nappes au 1er novembre 2016 est hétérogène d’une région à l’autre.

Près des deux tiers des réservoirs (62%) affichent un niveau normal ou supérieur à la normale. La situation montre qu’une grande partie du territoire commence à profiter des premières pluies de la recharge hivernale. La plus grande partie du Bassin parisien, le Nord et l’Est présentent des niveaux normaux, voire supérieurs à la normale. La Lorraine, la Vendée, la région PACA et quelques secteurs amont du bassin Adour-Garonne sont déficitaires en termes de niveau d’eau.

Tendance d’évolution du niveau des nappes

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit, en ce début de période hivernale, la phase habituelle de bascule entre baisse et hausse des niveaux. La moitié des points est certes encore orientée à la baisse (48%) mais le nombre des points stables (31%) ou déjà orientés à la hausse (20%) est en progression sensible. Sur une grande partie du territoire, la situation est assez habituelle pour cette période de l’année avec une orientation progressive vers la période de recharge hivernale.

La situation des nappes au 1er novembre 2016 traduit le début de la période de recharge hivernale. Celle-ci reste toutefois très partielle pour l’instant.

 

Carte de France de la situation des nappes phréatiques

La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er novembre 2016

La pluviométrie a été déficitaire sur une grande partie du territoire. Le déficit a dépassé 40% sur la façade ouest du pays, atteignant 60 % dans les Landes, en Charente-Maritime et en Vendée. En revanche, en Languedoc-Roussillon, les précipitations ont été très abondantes avec un excédent en moyenne proche de 20%. Dans l'Aude et l'Hérault, la pluviométrie représente le double du cumul mensuel moyen à cette période de l'année. En moyenne sur la France, la pluviométrie est très déficitaire pour le 4e mois consécutif et le déficit est proche de 40%.

L’évolution du niveau des nappes traduit une situation habituelle de passage progressif vers la période de recharge hivernale. Sur une grande partie du pays, les fortes pluies de juin ont engendré une phase de recharge marquée dont les conséquences sont restées visibles très tardivement, jusqu’en début d’automne. Les premières pluies d’automne commencent à engendrer les premières recharges. Le nombre de points en baisse a sensiblement diminué (48% des points en baisse fin octobre pour 82% fin août). Le nombre de points stables a progressé (31% fin octobre pour 12% fin août) ainsi que le nombre de points en hausse (20% fin octobre pour 5% fin août).

Sur l’ensemble du territoire, les niveaux des nappes sont normaux ou supérieurs à la normale pour 62% des points suivis, ils sont inférieurs à la normale pour les 38% restants. Les premières pluies d’automne ont permis le démarrage de la période de recharge hivernale.

Les niveaux des nappes fin octobre 2016 sont en baisse pour 48% d'entre eux, stables pour 31% et en hausse pour les 20% restant.

En ce début de période de recharge hivernale, un grand nombre de réservoirs (62%) affichent encore des valeurs normales ou supérieures à la normale.

Dans le détail, on note que 30% des points suivis sont supérieurs à la normale, 32% ont des niveaux normaux et 37% sont inférieurs à la normale.

Pour une grande partie du territoire, les niveaux des nappes sont normaux voire supérieurs à la normale. Quelques secteurs présentent cependant des niveaux plus déficitaires.

Parmi les nappes qui présentent les situations les plus favorables en ce début de période de recharge hivernale, avec des niveaux supérieurs à la normale, on peut citer :

  • La nappe alluviale de la plaine d’Alsace, en amont, qui présente des niveaux à nouveau orientés à la hausse et qui sont toujours supérieurs à la normale. La situation est favorable pour cette période de l’année.
  • La nappe des formations tertiaires de la Brie au Tardenois qui présente certes une tendance à la baisse mais qui profite des conditions humides des derniers mois avec des niveaux légèrement supérieurs aux normales.
  • Les nappes alluviales de l’Adour et du gave de Pau dont les niveaux sont stables avec des valeurs proches de la normale voire supérieurs à la normale, marquant une année hydrologique plutôt favorable pour ces systèmes.

Certains secteurs présentent des situations moins favorables, avec des niveaux  inférieurs à la normale, on peut citer par exemple :

  • Les nappes des calcaires du Sud de la Vendée qui présentent des niveaux inférieurs aux normales à cause d’une faible pluviométrie cumulée sur le secteur depuis le mois d’août.
  • Les aquifères de la région PACA, dont les niveaux sont relativement stabilisés mais majoritairement inférieurs, voire très inférieurs à la normale pour cette période de l’année. La situation est assez défavorable.
  • Les aquifères de la vallée du Rhône, en partie aval, qui sont à nouveau stables mais dont les taux de remplissage sont, pour beaucoup, inférieurs à la normale.

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger la note d'information sur l'état des nappes d’eau souterraine

Télécharger la carte de France de la situation des nappes au 1er novembre 2016

CONTACT PRESSE

Alice Chaumerat

+33 (0)2 38 64 48 47

+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

DOSSIER DE PRESSE

Recharge des nappes d'eau souterraine et adaptation au changement climatique

Dossier de presse - Recharge des nappes d'eau

Lire le dossier de presse

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34