banner-ombre-top
banner-ombre-left
La butte de Monsec, butte témoin détachée de la Côte de Meuse (Oxfordien) et dominant la plaine de Woëvre et le lac de Madine (Montsec, à l’ouest de Pont-à-Mousson, Meuse, 2007). © BRGM - François Michel

L'Agence de l'eau Rhin-Meuse et le BRGM partenaires au service des eaux souterraines

Communiqués de presse - 10.07.2015
Dans la continuité des deux accords précédents (2007-2010 et 2011-2014), les deux établissements joignent leurs efforts et leurs moyens afin d’atteindre les objectifs fixés par la directive-cadre européenne sur l’eau (DCE) et le Grenelle de l’Environnement, en particulier en ce qui concerne les eaux souterraines.

La bonne qualité des eaux souterraines, une ambition commune

L’Agence de l’eau Rhin-Meuse s’associe au BRGM afin de parvenir à des objectifs de plus en plus ambitieux en termes de qualité de l’eau. En effet, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE Rhin-Meuse 2010-2015), document d’application de la DCE établi par le Comité de Bassin et approuvé par le préfet, fixe l’objectif de 53% des masses d’eau souterraine du district du Rhin en "bon état" en 2015 (contre 40 % en 2009) et 64 % pour le district de la Meuse (maintien du niveau enregistré en 2009). A plus longue échéance (2021 ou 2027), l’objectif est que toutes les autres masses d’eau souterraine atteignent le bon état.

Un objectif très ambitieux de reconquête du bon état dans les aires d’alimentation de tous les captages dégradés a aussi été fixé pour 2015. Il nécessitera un effort tout particulier de maitrise des pollutions diffuses, notamment d’origine agricole.

Le "bon état" qualitatif d’une masse d’eau (nappe) souterraine se définit par rapport à une liste de polluants spécifiques pour lesquels des normes de qualité environnementale ont été établies : il est atteint lorsque les valeurs mesurées sont inférieures à ces normes. Mais cette démarche ne suffit pas. Il est également nécessaire de montrer :

  • que le niveau de qualité des nappes n’a pas d’incidence néfaste sur l’état écologique et chimique des cours d’eau et des zones humides alimentés par les nappes ;
  • que les usages des nappes, et en particulier la production d’eau potable, ne sont pas compromis.

Pour contribuer à satisfaire ces objectifs, un effort de développement des connaissances est nécessaire, autant pour parvenir à une meilleure appréciation de l’état de contamination des aquifères pour les différents polluants que pour mieux comprendre les mécanismes de diffusion des contaminations, et aussi pour prévoir à long terme les évolutions qualitatives en regard des effets des mesures de réduction des pollutions.

Un programme d’action dense et ouvert sur de nouvelles collaborations

L’accord entre l’Agence de l’eau Rhin-Meuse et le BRGM permettra de mobiliser des experts autour d’un certain nombre d’actions visant à faire progresser la connaissance sur les eaux du bassin Rhin-Meuse et les programmes de surveillance et de protection de leur qualité. Les deux partenaires ouvriront ensemble la voie vers de nouveaux champs de collaboration pour lesquels d’autres partenaires seront impliqués.

Les actions suivantes sont notamment au programme :

  • des études sur les modalités de transfert des nitrates et des produits phytosanitaires vers les eaux souterraines, les programmes de mesure de la qualité des eaux et l’optimisation des réseaux de surveillance ;
  • la modélisation du fonctionnement de plusieurs aquifères majeurs du bassin Rhin-Meuse, concernant notamment l’impact du changement climatique sur ces masses d’eau, l’établissement de scénarios prédictifs pour une gestion durable de la ressource en eau tant sur le plan de la qualité que de la quantité ;
  • des études portant sur la surveillance qualitative et quantitative du réservoir minier du bassin ferrifère lorrain et la surveillance du bassin potassique rhénan (anciennes zones d’exploitation minière) ainsi que sur les pollutions d’origine industrielle ;
  • la valorisation et la mise à disposition des données sur les eaux souterraines via des portails web tels que le SIGES Rhin-Meuse, lancé en décembre 2014, à l’échelle du bassin Rhin-Meuse.

La coopération Agence de l’eau-BRGM : un partenariat en développement, en appui aux actions locales

Pour atteindre des objectifs ambitieux fixés par la directive-cadre européenne sur l’eau (DCE), partout en France, les Agences de l’eau s’attachent les compétences scientifiques et techniques d’organismes de référence. Ainsi, parallèlement à la signature de ce nouvel accord de coopération à Metz, le BRGM est partenaire des autres Agences de l’eau françaises. Ces partenariats témoignent de la qualité et de la proximité du réseau régional du BRGM, présent sur tout le territoire national à travers ses Directions régionales. Celles-ci proposent un véritable appui aux services de l’Etat, aux collectivités locales et aux agences qui définissent et mettent en oeuvre les politiques publiques, au service du développement durable des territoires.

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le communiqué de presse

Le bassin Rhin-Meuse en chiffres

  • 4,2 millions d’habitants
  • 32 000 km2
  • 3 régions
  • 8 départements
  • 3 278 communes

CONTACT PRESSE

Alice Chaumerat

+33 (0)2 38 64 48 47

+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34