banner-ombre-top
banner-ombre-left
Exemple de dommages suite au séisme de l'Aquila le 6 avril 2009 dans les Abruzzes en Italie. Maison individuelle dans la commune de Roio Piano (Roio Piano, 2009). © BRGM - Julien Rey

Simulation de pertes liées aux séismes en France : résumé des travaux BRGM-CCR sur tout le territoire

16.11.2018
En France, les séismes sont perçus comme une menace diffuse, cette dernière est pourtant bien réelle avec des conséquences économiques potentielles importantes.

Le BRGM et la Caisse Centrale de Réassurance (CCR) ont initié, en juin 2014, un partenariat de recherche collaborative par le biais d’une convention-cadre portant sur la période 2014-2019. Ce partenariat s’est, entre autres, focalisé sur la réalisation d’une estimation des coûts engendrés par les séismes qui seraient indemnisés dans le cadre du régime français d’indemnisation des catastrophes naturelles (CatNat). Le besoin, exprimé conjointement par CCR et le BRGM, est de disposer d’une cartographie nationale homogène et cohérente du risque sismique, proposant une vision probabiliste du risque sur l’intégralité du territoire (métropole et Outre-mer) et ce, pour toutes les typologies de bâtiments présentes en France (résidences, commerces, bâtiments agricoles et industries).

Pour cela, une méthodologie, consistant à réaliser des scénarios de dommages départementaux afin d’évaluer les conséquences financières sur les constructions pour une source sismique donnée, a été développée. Le modèle BRGM-CCR prend ainsi en compte l’aléa (le phénomène sismique), la vulnérabilité des bâtiments, l’endommagement et les coûts assurés et ce, pour la France métropolitaine comme pour l’Outre-mer.

L’ensemble du territoire français (métropole et DROM) est dorénavant traité pour le bâti résidentiel. Pour ce qui concerne les bâtiments commerciaux et industriels, les travaux sont à ce jour finalisés seulement pour la métropole.

Extrait de la présentation diffusée lors de la conférence de presse CCR-BRGM du 18/11/2016. © BRGM-CCR

Extrait de la présentation diffusée lors de la conférence de presse CCR-BRGM du 18/11/2016. © BRGM-CCR

Contexte

En France, les séismes représentent une menace diffuse mais pourtant bien réelle aux conséquences économiques potentiellement importantes. Évaluer, en amont, l’impact des séismes permet de mieux se préparer à une crise potentielle et d’améliorer la résilience des territoires touchés.

Le BRGM et la Caisse Centrale de Réassurance (CCR) ont ainsi signé, en juin 2014, une convention-cadre pour établir un partenariat de recherche collaborative portant sur la période 2014-2019. L’objectif de cette convention cadre était de faciliter la mise en œuvre de programmes communs destinés à améliorer l’expertise multi-périls des vulnérabilités pour les deux partenaires et de faciliter la transformation de ces vulnérabilités en approche économique.

Dans le cadre de ce partenariat, des conventions d’application annuelles concernant le risque sismique ont été mises en œuvre de 2014 à 2017.

Objectif

Dans ce domaine, le besoin, exprimé conjointement par CCR et le BRGM, est de disposer d’une cartographie nationale homogène et cohérente du risque sismique Qui propose une vision probabiliste du risque sur l’intégralité du territoire (métropole et Outre-mer) et ce, pour toutes les typologies de bâtiments présentes en France (résidences, commerces, bâtiments agricoles et industries).

Le BRGM et CCR travaillent ainsi depuis 2014 à la réalisation d’une estimation des coûts engendrés par les séismes qui seraient indemnisés dans le cadre du régime français d’indemnisation des catastrophes naturelles (CatNat). Le modèle BRGM-CCR prend ainsi en compte l’aléa (le phénomène sismique), la vulnérabilité des bâtiments, l’endommagement et les coûts assurés et ce, pour la France métropolitaine comme pour l’Outre-mer.

Programme des travaux

Dans le cadre de ces travaux, une méthodologie a été développée. Elle consiste à réaliser des scénarios de dommages départementaux afin d’évaluer les conséquences financières, pour une source sismique donnée, sur les constructions assurées et relevant du périmètre d’indemnisation du régime CatNat. Dans un premier temps, ce sont les bâtiments d’habitations individuelles ou collectives qui ont été pris en compte. La méthodologie a ensuite été adaptée puis finalisée pour l’évaluation des dommages et des coûts assurés pour les petits bâtiments commerciaux ainsi que pour les zones commerciales. Enfin, une méthodologie simplifiée a été proposée pour l’évaluation des dommages affectant les ouvrages agricoles et industriels.

Plus précisément, un scénario de risque sismique consiste en une simulation numérique de l’impact et des conséquences d’un séisme de référence sur le milieu, en particulier les personnes et les biens. Il s’agit ici de simuler les dommages engendrés par une sollicitation sismique donnée et d’en déduire les coûts générés.

Sa mise en œuvre nécessite de :

  • caractériser l’agression sismique (aléa) : elle peut découler d’un événement de référence (séisme historique, séisme fictif) ou d’une évaluation régionale de l’aléa (étude probabiliste, carte réglementaire). Cette agression régionale est modulée en fonction des effets de site lithologiques ou topographiques locaux ;
  • inventorier les éléments physiques exposés (enjeux) et en évaluer la vulnérabilité physique sous forme de fonctions d’endommagement ;
  • calculer les dommages générés par une intensité sismique donnée, c’est-à-dire appliquer sur les enjeux cartographiés, à l’échelle du territoire considéré, l’agression sismique retenue, afin d’évaluer son impact en termes d’endommagement et de pertes.

Cette dernière étape est réalisée à l’aide d’un logiciel dédié, développé par le BRGM : ARMAGEDOM.

Résultats obtenus

L’analyse a été réalisée en premier lieu sur les départements les plus sismiques : Antilles et Pyrénées en 2014, Alpes et Vosges en 2015, Jura, Nord et Massif Central en 2016. Les autres zones du territoire métropolitain ont été finalisées en 2017. Des scénarios seront encore réalisés en 2018 pour les Antilles (bâti commercial et industriel) et pour les autres DROM concernés par le risque sismique (bâti résidentiel, commercial et industriel).

Malgré le fait que certaines typologies de risques ne sont pas couvertes (elles contribueront in fine à accentuer la charge de sinistralité globale), les modélisations réalisées permettent d’ores et déjà d’établir des ordres de grandeur et de hiérarchiser les scénarios entre eux. Ces scénarios fournissent des éléments d’information aux pouvoirs publics qui peuvent leur permettre de dimensionner leurs réponses sur le terrain, en amont, en termes de mesures de prévention et de sensibilisation des populations, aussi bien que lors de la gestion de crises. Ces résultats peuvent également permettre d’évaluer les actions nécessaires, y compris sur le plan financier, afin d’assurer une résilience rapide des territoires impactés.

Exemple des résultats obtenus pour la modélisation des coûts assurés sur la communauté d’agglomération de Pau pour un scénario déterministe (Mw=5,7 ; profondeur=8 km). © BRGM-CCR

Exemple des résultats obtenus pour la modélisation des coûts assurés sur la communauté d’agglomération de Pau pour un scénario déterministe (Mw=5,7 ; profondeur=8 km). © BRGM-CCR

Exemple des résultats provisoires obtenus pour la modélisation des coûts assurés pour un scénario déterministe (Mw=5,7 ; profondeur=8 km). Chiffrage pour l’ensemble des territoires touchés. © BRGM-CCR

Exemple des résultats provisoires obtenus pour la modélisation des coûts assurés pour un scénario déterministe (Mw=5,7 ; profondeur=8 km). Chiffrage pour l’ensemble des territoires touchés. © BRGM-CCR

Ces travaux pourront, à terme, être exploités de différentes manières en vue de :

  • Cartographies de manière cohérente et sur la France entière les conséquences des séismes ;
  • Évaluer l’impact de séismes passés ou de séismes plausibles mais non survenus à ce jour ;
  • Hiérarchiser les territoires en fonction de leur exposition au risque sismique ;
  • Réaliser des analyses coût-bénéfice des mesures de prévention visant à réduire l’exposition aux séismes ;
  • Définir des indicateurs de risque sismique.

Exemple des résultats obtenus pour la modélisation des coûts assurés sur les départements de Loire-Atlantique et de Vendée pour un scénario déterministe (séisme type séisme historique de Bouin du 25/01/1799, Mw=6,4 ; profondeur=24 km).  © BRGM-CCR

Exemple des résultats obtenus pour la modélisation des coûts assurés sur les départements de Loire-Atlantique et de Vendée pour un scénario déterministe (séisme type séisme historique de Bouin du 25/01/1799, Mw=6,4 ; profondeur=24 km). © BRGM-CCR

Partenaire

Caisse Centrale de Réassurance

RAPPORTS PUBLICS

Partenariat CCR-BRGM 2014-2019. Travaux menés en 2014 dans le cadre du programme commun sur le risque sismique. Rapport final - RP-64454-FR

Partenariat CCR-BRGM 2014-2019. Travaux menés en 2015 dans le cadre du programme commun sur le risque sismique. Rapport final - RP-65372-FR

Partenariat CCR-BRGM 2014-2019. Travaux menés en 2016 dans le cadre du programme commun sur le risque sismique. Rapport final. - RP-66473-FR

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34